Auteur : Nicolas Lambert

0

Un Monde sans frontières

Camarades cartographes, avant le break estival, je vous propose dans ce billet une carte inédite de la population mondiale. Il s’agit d’une carte entièrement “dessinée” en lignes de code. Elle est réalisée avec R (pour les calculs) et D3.js (pour l’affichage et l’interactivité). Elle est basée sur la méthode des potentiels selon Stewart telle qu’elle a été implémentée dans la package R SpatialPosition [voir]. L’effet relief de cette carte provient de l’utilisation d’ombrages sous chaque isosurface et s’inspire des travaux de Timothée Giraud sur Tanaka [voir] (même si la méthode utilisée ici n’est pas tout à fait la même). De...

1

Des cartes ou des globes ?

Camarades cartographes, et si nous en finissions enfin avec ces satanées cartes qui déforment la réalité ? A l’heure du numérique où tout est interactif, animé, augmenté, en 3 dimensions, en réalité virtuelle, n’est-il pas temps, en effet, de mettre au rebut ces représentations planes et distordues qui montrent le Monde tel qu’il n’est pas. La Terre n’est pas plate à ce que je sache… Cette idée n’est pas nouvelle. Au XIXe siècle, elle était notamment défendue par le géographe et anarchiste français, Élisée Reclus. Fermement opposé aux cartes qui, par construction, distordent la surface terrestre, il plaidait pour la construction...

3

Quelle est la bonne carte ?

Camarades cartographes, je vous propose dans ce nouveau billet une petite réflexion sur la multi-représentation cartographique, appliquée à la géographie des migrants morts et portés disparus en Méditerranée. Ce billet fait suite à la communication effectuée avec Timothée Giraud [voir] à la 29e conférence internationale de cartographie qui s’est tenue à Tokyo du 15 au 20 juillet dernier [voir]. Si l’aspect méthodologique vous intéresse, le papier [voir], les slides [voir] et les codes sources [voir] sont dores et déjà en ligne.  Cartographier les morts La première carte des migrants morts et disparus aux frontières de l’Union européenne a été conçue...

1

Cartographier les migrations #3 : enjeux rhétoriques

Ce billet est le troisième d’une série de trois billets consacrés aux représentations cartographiques des migrations, présenté lors d’un séminaire au laboratoire MIGRINTER, le 4 avril 2019. Celui-ci est dédié aux enjeux rhétoriques. Verbatim La carte est l’instrument fondamental du géographe. Elle permet de faire émerger des hypothèses, de tester une intuition, de valider un raisonnement, de spatialiser le regard. En sciences, la carte peut d’ailleurs valoir de preuve. L’élaboration d’une carte à la fin d’un processus de recherche permet aussi d’expliquer par l’image le résultat d’un raisonnement donnant toujours lieu à une représentation donnée du Monde, située. Le fait...

0

Atlas des migrants en Europe (English version)

Camarades cartographes, le réseau Migreurop est heureux de vous annoncer la parution de la version anglaise de l’Atlas des migrants en Europe aux éditions Routledge [voir]. Tout comme la version française, ce livre parle des hommes, femmes et enfants qui fuient la guerre, la pauvreté ou les crises politiques, risquant leur vie pour trouver refuge en Europe. Et parce que, comme l’écrivait Georges Orwell, “à une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire”, ce livre énonce, chiffres et cartes à l’appui, un certain nombre de vérités. Les réalités de l’enfermement en Europe (dont la France détient...

0

Le théorème des quatre couleurs

Le saviez-vous, 4 couleurs suffisent pour colorier n’importe quelle carte – la carte des pays du Monde, la carte des départements, la carte des communes, etc. – sans jamais utiliser deux couleurs identiques pour 2 pays adjacents. Faites l’essai sur n’importe quel fond de carte, ça marche à tous les coups. Bien que triviale, cette propriété ne fut pas facile à démontrer et nombre de mathématiciens s’y cassèrent les dents. C’est Francis Guthrie en 1852, qui s’intéressa le premier à cette question en travaillant sur la coloration des régions en Angleterre. Plus tard, Alfred Kempe et Peter Guthrie Tait tentèrent...

1

Pas de stocks en aplat !

Camarades cartographes, vous qui connaissez sur le bout des doigts la sémiologie graphique de Jacques Bertin, vous le savez pertinemment, la seule variable visuelle permettant de retranscrire visuellement des données quantitatives absolues est la variable visuelle Taille. En d’autres termes, s’il ne fallait retenir qu’une règle et une seule, elle s’énoncerait un peu caricaturalement de la façon suivante : Pas de stocks en aplat. Simple. Basique. Ce principe est d’ailleurs unanimement admis. Tous les cartographes utilisent cette règle de base de façon stricte, tous les étudiants en géographie l’apprennent et se font taper sur les doigts s’ils y dérogent. En...

0

Le Manifeste des cartographes

Ce manifeste a été réalisé par Marie-Laure APERS-TRÉMÉLO, Nicolas LAMBERT & Hervé PARMENTIER, suite à l’ANF Dataviz qui s’est tenue à Sète du 12 au 16 novembre 2018 [voir]. Ce Manifeste est également issu de la démarche participative « Les 10 lois de la cartographie » engagée en septembre 2016 [voir]. ———- Télécharger le manifeste en pdf ———- Ci-dessous, nous mettons également à disposition de la communauté les différents supports de présentation utilisés pendant cette action de formation. Ces supports ne sont pas parfaits et contiennent assez peu de textes. Désolé par avance pour les coquilles, imprécisions et oublis. N’hésitez...

1

Magrit ou R ?

Camarades cartographes, veuillez-trouver ci-dessous mon intervention ainsi que celle de Timothée Giraud [voir], réalisée lors de la journée d’études sur les humanités numériques à l’ENS le 4 octobre 2018, sur les usages et formats de la cartographie aujourd’hui [voir].  Cette intervention en duo porte sur les outils cartographiques pour la recherche et l’enseignement que nous développons à l’UMS RIATE [voir], Nous y présentons deux solutions de cartographie qui visent deux types de besoins de production différents. D’une part, l’application en ligne MAGRIT qui a été pensée comme un support à l’enseignement de la cartographie thématique. D’autre part, le package « cartography...

0

Résoudre le problème de la superposition des cercles en cartographie

Camarades cartographes, tout comme moi, vous réalisez probablement souvent des cartes en symboles proportionnels. Voici un exemple sur l’Occitanie réalisé avec le package R cartography [voir] puis légèrement retravaillé graphiquement avec un logiciel de DAO. Ces cartes sont généralement très efficaces car, contrairement aux cartes par aplat de couleur, elles permettent de rendre compte de la masse, de la taille, du poids, ce qui est souvent très utile pour comprendre un phénomène géographique. Mais dans certains cas, quand l’information à représenter est dense, on est confronté à un problème de lisibilité dû à la superposition d’information. Tout d’abord, du fait de...

0

Géo-visualisation avec R

Camarades cartographes, je publie une court billet pour porter à vote connaissance ce support de formation en ligne, dédié à la représentation cartographique avec R. Ce document est la trace écrite d’un atelier sur la géovisualisation qui s’est tenu à Sète le 16 novembre 2018 dans le cadre d’une action nationale de formation [voir]. L’objectif était de couvrir en seulement 3h30 les usages courants et originaux de la cartographie dans l’environnement de R. Dans ce tuto, plusieurs échelles géographiques sont abordées (département de l’Hérault, région Occitanie, Europe, Monde) ainsi que plusieurs modes de représentation (cartes en symboles proportionnels, typologies, cartes...

0

Things Maps

A force de passer des journées entières à longueur d’année à regarder ou dessiner des cartes, certains cartographes finissent par voir des cartes partout. Bien qu’inquiétante, cette alteration oculaire est heureusement une maladie mentale bénigne. C’est même une chance. Car pour ceux qui savent bien regarder les détails du monde qui nous entoure, c’est la promesse d’un beau voyage fantasmagorique à chaque coin de rue. Une façon de rêver le monde au quotidien. Parfois, une carte surgit en regardant au loin les nuages dans le ciel. Tantôt, la carte apparaît au coin d’une rue, lorsqu’on se promène les yeux collés...

2

Quand le fond de carte n’est pas qu’un simple contenant

Camarades cartographes, on explique souvent que l’information géographique se décline en deux grandes catégories. Il y a d’une part, le niveau géométrique qui décrit la forme et la localisation des objets géographiques ; c’est le fond de carte. Et d’autre part, il y a le niveau sémantique, constitué de chiffres ou de données textuelles permettant de caractériser les objets géographiques. On parle alors de données attributaires. A ces deux principales catégories, on ajoute parfois également un niveau dit topologique, qui définit les relations spatiales entre les différents objets (contiguïté, distance, etc.), mais c’est en réalité une information déduite du niveau...

2

Méfiez-vous des cartes, pas des migrants : les réfugiés syriens.

Depuis 2011, la Syrie est en proie à une violence inouïe, mettant des millions de gens sur les routes de l’exode. Rappelons que ce conflit est né d’un mouvement de contestation pacifique, dans le souffle libérateur des printemps arabes contre le régime de Bachar El-Assad. Ce mouvement fut réprimé dans le sang. Depuis, la situation n’a eu de cesse de se complexifier et de s’internationaliser avec l’entrée dans le jeu de groupes djihadistes et de puissances étrangères. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), cette guerre aurait causé la mort de plus de 353 000 personnes en 7 ans,...

1

Encore un peu de Street (c)art(es)

Camarades cartographes, après les cartes de EGS [voir], je vous propose d’aller un peu plus loin dans l’univers des street (c)art(es), avec quelques oeuvres réalisées par des pointures du graff. New York par MOMO Momo est un artiste américain né en 1974 à San Francisco. Sa carte de New York, est en réalité une coulée de peinture longue de 13 kilomètres. Cette ligne au sol, qui matérialise la trajectoire de l’artiste dans les rues de Manhattan, ne signifie rien quand on sillonne soi même les rues. Mais, son sens se révèle dès lors qu’on prend de la hauteur.  A l’échelle de...