Carnet (neo)cartographique Site

0

Résoudre le problème de la superposition des cercles en cartographie

Camarades cartographes, tout comme moi, vous réalisez probablement souvent des cartes en symboles proportionnels. Voici un exemple sur l’Occitanie réalisé avec le package R cartography [voir] puis légèrement retravaillé graphiquement avec un logiciel de DAO. Ces cartes sont généralement très efficaces car, contrairement aux cartes par aplat de couleur, elles permettent de rendre compte de la masse, de la taille, du poids, ce qui est souvent très utile pour comprendre un phénomène géographique. Mais dans certains cas, quand l’information à représenter est dense, on est confronté à un problème de lisibilité dû à la superposition d’information. Tout d’abord, du fait de...

0

Géo-visualisation avec R

Camarades cartographes, je publie une court billet pour porter à vote connaissance ce support de formation en ligne, dédié à la représentation cartographique avec R. Ce document est la trace écrite d’un atelier sur la géovisualisation qui s’est tenu à Sète le 16 novembre 2018 dans le cadre d’une action nationale de formation [voir]. L’objectif était de couvrir en seulement 3h30 les usages courants et originaux de la cartographie dans l’environnement de R. Dans ce tuto, plusieurs échelles géographiques sont abordées (département de l’Hérault, région Occitanie, Europe, Monde) ainsi que plusieurs modes de représentation (cartes en symboles proportionnels, typologies, cartes...

0

Une carte exemplaire : la carte murale Equal-Earth

Sources et ressources : La carte est disponible en ligne, au format image JPEG mais aussi Adobe Illustrator vectoriel, selon trois centrages sur les méridiens 0°, 90°W et 150°E. Son utilisation est libre, elle a été placée dans le domaine public par son auteur, Tom Patterson (du service cartographique des parcs nationaux des USA). La projection Equal-Earth a été mise au point à partir de la projection Robinson par Bojan Šavrič, Bernhard Jenny et Tom Patterson en 2018. Les données utilisées proviennent essentiellement du projet Natural Earth, une compilation de données mondiales libres.  Introduction L’objet de ce post est de présenter...

0

Exploration cartographique de relations mondiales

La cartographie de relations mondiales souffre de problèmes graphiques spécifiques à ce type de données, à leur échelle géographique d’analyse, leur résolution notamment. Ces problèmes caractérisent, au sens général, un effet spaghetti qui témoigne de problèmes de représentation variés. Cet effet est parfois si prégnant, et difficile à appréhender que l’information est souvent filtrée arbitrairement, avant de pouvoir être représentée, la zone d’étude limitée, réduite, recadrée… Pour explorer quelques possibilités de géo-visualisation de ces données, nous présentons des travaux réalisés à partir d’un même jeu de données (la base de données Openflightdata1)appréhendée selon différentes perspectives. Une première approche essentiellement cartographique...

0

Things Maps

A force de passer des journées entières à longueur d’année à regarder ou dessiner des cartes, certains cartographes finissent par voir des cartes partout. Bien qu’inquiétante, cette alteration oculaire est heureusement une maladie mentale bénigne. C’est même une chance. Car pour ceux qui savent bien regarder les détails du monde qui nous entoure, c’est la promesse d’un beau voyage fantasmagorique à chaque coin de rue. Une façon de rêver le monde au quotidien. Parfois, une carte surgit en regardant au loin les nuages dans le ciel. Tantôt, la carte apparaît au coin d’une rue, lorsqu’on se promène les yeux collés...

2

Quand le fond de carte n’est pas qu’un simple contenant

Camarades cartographes, on explique souvent que l’information géographique se décline en deux grandes catégories. Il y a d’une part, le niveau géométrique qui décrit la forme et la localisation des objets géographiques ; c’est le fond de carte. Et d’autre part, il y a le niveau sémantique, constitué de chiffres ou de données textuelles permettant de caractériser les objets géographiques. On parle alors de données attributaires. A ces deux principales catégories, on ajoute parfois également un niveau dit topologique, qui définit les relations spatiales entre les différents objets (contiguïté, distance, etc.), mais c’est en réalité une information déduite du niveau...

0

Méfiez-vous des cartes, pas des migrants : les réfugiés syriens.

Depuis 2011, la Syrie est en proie à une violence inouïe, mettant des millions de gens sur les routes de l’exode. Rappelons que ce conflit est né d’un mouvement de contestation pacifique, dans le souffle libérateur des printemps arabes contre le régime de Bachar El-Assad. Ce mouvement fut réprimé dans le sang. Depuis, la situation n’a eu de cesse de se complexifier et de s’internationaliser avec l’entrée dans le jeu de groupes djihadistes et de puissances étrangères. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), cette guerre aurait causé la mort de plus de 353 000 personnes en 7 ans,...

0

A dans l’ABC de sémiologie

Dans un article peu mentionné en Cartographie, Jacques Bertin présente une classification des variations sémiologiques en typographie, en prenant l’exemple de la lettre A. L’article intitulé Classification typographique. Voulez-vous jouer avec mon A ? est un court texte d’ailleurs disponible sur Persée (ici), publié en 1980, dans la revue Communication et Langage, par Bertin lui-même. L’auteur y réalise une revue de ses premières propositions (les dits principes de sémiologie). Intéressant. L’objectif de l’article est, en effet, d’identifier « […] les variables indépendantes, c’est-à-dire toutes autres variations exclues, que l’on peut rencontrer dans la lettre, et, éventuellement, dans le mot […] »...

1

Encore un peu de Street (c)art(es)

Camarades cartographes, après les cartes de EGS [voir], je vous propose d’aller un peu plus loin dans l’univers des street (c)art(es), avec quelques oeuvres réalisées par des pointures du graff. New York par MOMO Momo est un artiste américain né en 1974 à San Francisco. Sa carte de New York, est en réalité une coulée de peinture longue de 13 kilomètres. Cette ligne au sol, qui matérialise la trajectoire de l’artiste dans les rues de Manhattan, ne signifie rien quand on sillonne soi même les rues. Mais, son sens se révèle dès lors qu’on prend de la hauteur.  A l’échelle de...

1

Le monde vu par EGS

Camarades cartographes, j’ai toujours été convaincu de la nécessité de sortir la cartographie (et les resultant de la recherche en géographie) hors des murs de l’université. Certains, ont quant à eux décidé d’utiliser carrément les murs (mais pas que) pour y faire des cartes. Et quelles cartes !!! Pour commencer cette série d’articles (d’autres sont donc à suivre), intéressons nous à l’artiste Finlandais, EGS. Bienvenue dans l’univers des STREET cARTes… A border between states is the strongest line a human can draw EGS, c’est son blaze, est un artiste finlandais né en 1974. Connu pour avoir travaillé dans le monde entier,...

0

Reviewer un #mapfail : mosaïque de variantes (3/3)

Mots-clés : cartographie statistique, choroplèthe, représentation, sémiologie, grain, texture-structure. #cartostats #semio ———— Ce billet est le troisième et dernier d’une petite série présentant la review d’un #mapfail  sur une carte, dont le procédé de représentation est incorrect, d’un point de vue sémiologique. Il vient à la suite de celui-ci et de celui-ci listant respectivement les problèmes de sémiologie identifiés et la principale solution : l’utilisation de la variable visuelle (v.v.) Valeur. Ce billet présente les 56 possibilités minimales de variantes à la la carte d’origine : la 1ère possibilité de variante est un aplat en niveaux de gris – variation d’intensité...

0

Qu’est-ce qu’un #mapfail ?

Le blog Cartographie(s) numérique(s), principalement organisé autour d’un collectif d’enseignants en Histoire et Géographie, propose un long billet dédié au cumul de #mapfail dans l’analyse cartographique d’une information sensible, une pratique religieuse. Le billet de Sylvain Genevois, intitulé La cartographie du monde musulman et ses nombreux « map fails » (ici), est organisé autour d’une carte du géoweb (voir Fig. 1) extraite de l’article D’où viennent les pèlerins de la Mecque ? publié en 2017 dans La Croix. Intéressant. Fig. 1. Capture écran de la carte intitulée : « CARTE Plus de deux millions de musulmans, venus du monde entier, prennent part au...

2

Reviewer un #mapfail : Solution envisageable (2/3)

Mots-clés : cartographie statistique, choroplèthe, représentation, sémiologie, grain, texture-structure. #cartostats #semio ———— Bien que « l’Assemblée générale de l’ONU ait condamnée cette tradition mutilante, près de 30 millions de femmes pourraient être concernées dans les trente prochaines années ». Plus d’informations sont disponibles ici. Ce billet est le second d’une petite série présentant la review d’un #mapfail  sur la carte Épidémiologie des mutilations sexuelles féminines en Afrique, dont le procédé de représentation est incorrect, d’un point de vue sémiologique. Il vient à la suite de celui-ci listant les problèmes de sémiologie identifiés. En effet, vue la nature de l’information statistique à représenter,...

3

Eviter un #mapfail : tableau récapitulatif

Type d’implantation, type de caractère, type de variable visuelle Mots-clés : cartographie statistique, représentation, sémiologie, variables visuelles, variables attributaires (caractères) . #cartostats Éviter un #mapfail, c’est bien gentil, encore faut-il savoir quelle variable visuelle attribuer à quel type de caractère, en fonction de son implantation (spatiale). Ce billet présente un tableau récapitulatif accessible à tou.te.s. Christine Zanin et Marie-Laure Tremelo ont proposé, il y a de cela 15 ans, un tableau récapitulatif qui devrait, à mon avis, être placé entre toutes les mains. Fig. 1. Type d’implantation, type de caractère, type de variable visuelle Dans les sections suivantes, il ne...

2

Pour une cartographie honnête

“On se plaint que les images manipulent. Oui, et alors ? Le texte ne manipulait pas ?” (Jean-Luc Mélenchon, Le choix de l’insoumission, 2016) Camarades cartographes, pourquoi faisons-nous des cartes puisque elles ne sont pas objectives ? Je pose ici quelques éléments de réflexion. A débattre, évidemment 🙂 Des cartes, pour quoi faire ? La carte, c’est l’outil du géographe. Le point de départ et le point d’aboutissement du travail en géographie. Car il y a en réalité deux chemins de construction cartographique. Le premier est exploratoire. C’est la visualisation des données sans a priori, pour comprendre un phénomène géographique, se...