MigrExploreR pour géo-visualiser des migrations internationales

« Et puis je suis parti. Sans guide, sans boussole.
Et les cris de ma mère. Par-dessus mon épaule. J’ai pris mon élan

Une fois et dix fois. Sauté par-dessus les grilles comme papa.
Où aller où ? Où aller ? Où aller où ? Je  ne sais pas où aller… »
(Tiken Jah Fakoly, Où aller où ?, 2007)

Comment explorer/visualiser aujourd’hui une matrice origine-destination décrivant des migrations genrées entre tous les pays du Monde à plusieurs dates ? Vaste sujet…

La première piste que nous explorons dans ce billet à deux voix consiste à proposer un outil cartographique interactif permettant moyennant différents filtrages de répondre aux questions suivantes : Dans quels pays y-a-t-il le plus de migrants en 2019 ? Quels sont les pays qui en accueillent le plus ? Les migrants sont-ils surtout des hommes ? Était-ce également le cas en 1990 ? Au fait, combien y-a-t-il de français à l’étranger ? De quels pays proviennent les migrants qui vivent aujourd’hui en Suède ? Etc.  

Cette proposition cartographique souhaite répondre à l’un des problèmes de la mise en carte de matrices origine-destination (OD), à savoir la troncature des données représentées. En effet, la complexité intrinsèque de ces tableaux croisés, associée à la difficulté de se les (re)présenter facilement, conduit à des analyses cartographiques qui sont tronquées, parce que trop fortement soumises à différents filtrages. Ces représentations partielles posent différents problèmes, parmi lesquels celui de transmettre une information erronée. Nous proposons d’examiner ce problème par la carte, en prenant le cas des migrations internationales.

Les migrations internationales de population observées à l’échelle mondiale sont symptomatiques des phénomènes sciemment mis en cartes de manière tronquée, pour transmettre un message souvent erroné quant au type, à la nature, au volume et à l’ampleur du phénomène (au regard des données existantes). En effet, les cartes de flux de migrants ne représentent habituellement que certains pays d’accueil, généralement ceux de l’Europe de Schengen et seulement certains types de migrants, plutôt des hommes qui proviennent d’Afrique sub-saharienne, ou encore de Syrie pour ne citer que deux cas emblématiques.

Pourquoi tronquer l’information de flux pose problème ?

Avant toute chose, il convient de rappeler que les cartes de flux de migrants ne mériteraient pas tant d’attention si elles n’avaient pas une forte capacité de remédiation. Il faut dire qu’elles circulent beaucoup, parce qu’elles sont naturellement dotées de l’autorité de pouvoir associée au statut de leurs émetteurs.

L’un des problèmes fondamentaux posé par ces cartes est qu’elles sont surtout éhontément partielles et cela, non parce que les données sont importantes ou nombreuses et qu’elles doivent être filtrées, ce qui est logique, mais parce qu’elles sont filtrées pour in fine ne pas décrire la réalité de la migration considérée. Le cas de la mise en cartes de la migration syrienne en 2005 est un bon exemple que nous avons pu analyser [voir]. Ces cartes ne décrivent donc pas une réalité de la migration de manière objective, en dessinant honnêtement des faits.

Parce qu’elles tronquent les données sous-jacentes de manière abusive pour soutenir un discours, ces cartes posent des problèmes évidents dans l’information communiquée sur les migrations internationales, dans la perception du message par les publics ciblés. Le fait qu’elles soient par ailleurs souvent erronées, du point de vue de leur construction, renforce des effets déjà désastreux quant à la rhétorique d’ensemble sur les migrations internationales contemporaines.

Pour tenter de remédier à ce problème de troncature, nous proposons ici une première exploration cartographique de données sur les migrations internationales, en les présentant dans leur totalité.

Ré-articuler les différentes focales d’un même tableau

Présenter les données dans leur totalité revient à ré-articuler les différentes composantes d’un même tableau de départ qui sont souvent mobilisées de manière séparée. ll s’agit d’une matrice OD décrivant habituellement des stocks (un effectif de personnes) observés à une date dans des pays d’arrivée en provenance de pays de départ. Elle décrit donc un flux de migrant.e.s dont on peut observer la localisation à destination ou selon l’origine. A noter qu’elle peut également être vue comme une matrice de (flux de) migrations  – décrivant les déplacements de migrants – si l’on considère qu’un.e migrant.e n’a effectué qu’une et une seule migration entre les OD sur la période.

Ces données s’expriment sur un zone géographique, dans notre cas, l’ensemble des pays du monde, pendant une période. Elles sont souvent difficiles à analyser et à (se)représenter aisément pour la simple raison qu’elles nécessitent d’articuler plusieurs informations : celles qui portent sur des lieux d’origine ; celles qui portent sur des lieux de destination et celles qui concernent des couples de lieux mis en relation par l’existence d’un flux (de migrants, de migrations). Aussi celles qui portent sur des caractéristiques sociales (ou économiques…) de ces migrant.e.s (par exemple : leur genre, leur niveau de formation …) ou encore sur la temporalité de leur déplacement.

La représentation qui découle de ces informations peut ainsi être réalisée selon trois grandes perspectives qui correspondent à trois cartes. Ces trois cartes sont fondamentalement différentes mais relèvent toutes de la même population observée sur la même zone et sur la même période. Elles sont respectivement focalisées sur  :
– les lieux de résidence antérieure à la migration, en réponse à la question d’où viennent les migrant.e.s ? ;
– les lieux de résidence au moment de l’enquête, pour savoir où sont accueilli.e.s les migrant.e.s ? ;
– les flux échangés entre des couples d’origine et de destination, pour savoir quels sont ceux les lieux qui échangent entre eux ?

Présenter ces perspectives sous la forme de cartes complémentaires (puisqu’elles couvrent le même tableau) au même endroit offre l’avantage de distinguer dans ces flux migratoires ce qui relève de l’émigration, de l’immigration ou du déplacement.

C’est pourquoi nous les avons réunies au sein de MigrExploreR, une application interactive  exploitant les technologies actuelles spécifiques au support écran, pour explorer l’évolution spatio-temporelle de flux de migrants internationaux.

Géovisualiser des migrations

MigrExploreR est une application développée en R et portée sur le web via le package Shiny [voir code source]. Elle permet de représenter par des symboles proportionnels dont il est possible de faire varier la taille, le nombre de migrants (ou de migrantes) dans les différents pays du monde à plusieurs dates. 

Au delà des aspects techniques et méthodologiques que nous ne détaillerons pas ici, l’objectif général de cette application cartographique est de proposer systématiquement, par un système d’onglets, une carte représentant l’immigration et une carte représentant l’émigration ; c-à-d. un couple de cartes qui fonctionnent ensemble, parce qu’elles nous apparaissent complémentaires pour l’analyse. Il s’agit par exemple de montrer combien de migrants étrangers vivent en France en même temps qu’on montre combien de migrants français vivent à l’étranger. Car on entend en effet souvent parler des chiffres de l’immigration de manière déconnectée de ceux de l’émigration, sans parler de la mise en catégories de ces voyageurs, du cas des ressortissants des pays riches qui vivent hors de leur pays. Pour ces derniers, on parle d’ailleurs souvent d’expatriés. 

Ici nous avons donc voulu (re)mettre tous les migrant.e.s au même niveau. Sait-on par exemple que s’il y a 3,4 millions de migrants venant de Turquie à travers le Monde en 2019, la Turquie accueille elle-même plus de 5,7 millions de migrants ? Et quid de pays Africains tel le Nigeria, le Cameroun ou encore la Mauritanie ? Sont-il des pays d’émigration ou des pays d’accueil ? Où vont les ressortissants de ces pays ? Et d’où viennent les migrants qui y résident aujourd’hui ? Cette application cartographique permet ainsi, par des déambulations et des filtrages successifs, de plonger dans ces questions, et, d’y répondre. Précisons au passage que les cartes proposées dans cette application sont toutes comparables entre elles.

Les données utilisées sont fournies librement par le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU [voir]. Elles reposent sur des estimations du nombre de migrants internationaux disponibles pour les années 1990, 1995, 2000, 2005, 2010, 2015 et 2019 pour tous les pays et régions du monde. Ces estimations sont basées sur les statistiques officielles sur la population née à l’étranger ou sur la population étrangère.
Les migrants internationaux ont été assimilés à la population née à l’étranger à chaque fois que cette information est disponible, ce qui est le cas dans la plupart des pays ou régions. Pour les pays où la donnée sur le lieu de naissance n’est pas disponible, ce sont les informations sur le pays de citoyenneté des personnes recensées qui ont servi de base à l’identification des migrants internationaux. Les données combinent donc des migrant.e.s internationaux et des citoyen.ne.s de nationalité étrangère.

Comment ça marche ?

Sur le bandeau de gauche, la possibilité de sélection porte sur le choix du pays à explorer, sur le genre (hommes, femmes, total) et sur l’année d’observation (de 1990 à 2019). Il est également possible, en cochant la case « All Countries« , de visualiser une situation d’ensemble. 


La sélection porte également sur l’affichage de l’émigration, de l’immigration ou des données cartographiées.

Via ces onglets, pour un pays donné (ou pour l’ensemble du monde), deux cartes sont proposées :

une carte d’immigration,

et une carte d’émigration.

Dans l’onglet data, un tableau « triable » permet d’accéder aux données qui se trouvent derrière ces cartes.

Un procédé pratique de filtrage cartographique

L’attention est attirée sur le fait que l’approche que nous mettons en œuvre étant purement cartographique, l’affichage de l’information, donc des valeurs sur la carte, passe par la sélection de différentes variables puis par le paramétrage de la taille (« Circle sizes ») des figurés, parce que ce que l’on perçoit d’abord sur une telle carte, ce sont les variations de taille plus ou moins importante des symboles circulaires, en fonction des valeurs qu’elles symbolisent ; ces tailles étant naturellement rendues proportionnelles au nombre de migrant.e.s émis ou reçu par le pays en question.

Il s’agit là d’un procédé inédit de filtrage, purement cartographique, d’une information statistique localisée (nous reviendrons sur ces possibilités dans un autre contexte).


Accéder à MigrExploreR


https://analytics.huma-num.fr/Nicolas.Lambert/migrexplorer/


Référence mentionnée :

Nicolas Lambert & Françoise Bahoken (2018), Méfiez-vous des cartes, pas des migrants : les réfugiés syriens, Carnet de recherches Néocartographiques [voir]


Citation :
Françoise Bahoken & Nicolas Lambert (2020)
MigrExploreR pour géo-visualiser des migrations internationales, Carnet de recherches Néocartographiques, URL : https://neocarto.hypotheses.org/9872 (ouvre un nouvel onglet)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.