Fermer les frontières tue !

English below

Camarades cartographes, il est de bon ton aujourd’hui de dire qu’il faudrait fermer les frontières pour se protéger du Coronavirus et ainsi sauver des vies. C’est bien vite oublier que les frontières sont elles aussi responsables de la mort de milliers d’êtres humains à traverses le Monde. Aux frontières de l’Union européenne, c’est 50 000 hommes, femmes et enfants qui y ont péri depuis le début des années 1990. 

Afin que vous puissiez en juger par vous mêmes, je vous propose ici un petit outil cartographique permettant de visualiser les migrants morts et portés disparus au voisinage de l’Union européenne depuis 1993. L’objectif est de maintenir à jour cette “carte des morts” qu’on me demande régulièrement et de disposer d’une carte paramétrable par année et espace géographique.

Cette carte repose sur 3 bases de données : 

  • United for Intercultural Action (1993 – 1999)
    United for Intercultural Action est un réseau européen de lutte contre le nationalisme, le racisme et le fascisme et de soutien aux migrants, aux réfugiés et aux minorités. United coordonne des campagnes, organise des conférences, prend part à des projets, produit des publications et entreprend des actions de sensibilisation pour protester contre la discrimination et promouvoir notre vision commune d’une société diverse et inclusive. Dans ce cadre de leurs actions, ils publient sur des affiches ou de grandes bandes de papier déroulées dans l’espace public, la liste des migrants morts aux frontières de l’UE [voir]. Il s’agit donc d’une base de donnée militante qui a été longtemps la seule disponible et c’est elle qui a permis de lancer l’alerte à un moment où personne n’avait idée de l’ampleur du phénomène [voir].

  • The Migrant’s file (2000 – 2013)
    The Migrant’s file est une base de donnée créée par un consortium de journalistes provenant de 15 pays européens. Leur travail à consisté à vérifier toutes les données pour tenter de donner une image juste de la mortalité à nos frontières. Surprise, ce travail a démontré que toutes les données disponibles jusqu’ici sous estimaient largement la réalité.  Ce travail de recensement et de fact checking ont été abandonnés le 24 juin 2016. Il a été récompensé par plusieurs prix [voir].

  • OIM (à partir de 2014)
    Le projet “Missing Migrants” de l’Organisation internationale pour les migrations recense les incidents impliquant des migrants, y compris des réfugiés et des demandeurs d’asile, qui sont morts ou ont disparu au cours du processus de migration vers une destination internationale. C’est à ce jour la base de donnée sur le sujet la plus utilisée. Elle est quotidiennement mise à jour [voir].

Au final, cette carte est dans la lignée des différentes cartes produites depuis des années sous l’impulsion d’Olivier Clochard et Philippe Rekacewitz [voir] et mises à jour abondamment notamment par le réseau Migreurop [voir]. Elle s’inscrit dans la continuité de ces cartes radicales destinées à alerter sur les drames qui se produisent à nos frontières. Elles sont un appel politique à l’ouverture et la démocratisation des frontières pour que toute personne, qu’elle soit  riche ou pauvre, puisse circuler librement en toute sécurité. 

  • L’application cartographique est ici [voir]. Merci de me pardonner les quelques bugs qui subsistent encore. 
  • Le code source est ici [voir]

— English version —

The Borders Kills

Comrades cartographers, it is common practice today to say that borders should be closed to protect us against the Coronavirus and thus save lives. It is forgetting that borders are also the cause of death of thousands of human lives around the world. At the borders of the European Union, 50 000 men, women and children have died since the early 1990s.

So that you can judge for yourselves, I offer you here a small mapping tool to visualise the dead and missing migrants in the neighborhood of the European Union since 1993. The aim is to keep this “map of the dead”, which I am regularly asked to update, up to date and to have a map that can be configured by year and geographical area.

This map is based on 3 datasets: 

  • United for Intercultural Action (1993 – 1999)
    United for Intercultural Action is a European network fighting nationalism, racism and fascism and supporting migrants, refugees and minorities. United coordinates campaigns, organises conferences, takes part in projects, produces publications and undertakes awareness-raising activities to protest against discrimination and promote our common vision of a diverse and inclusive society. As part of their work, they publish on posters or large strips of paper in public spaces the list of migrants who have died at the EU borders [see]. It is therefore an activist database that was for a long time the only one available, and it was the only one that made it possible to raise the alarm at a time when no one had any idea of the extent of the phenomenon [see].

  • The Migrant’s file (2000 – 2013)
    The Migrant’s file is a database created by a consortium of journalists from 15 European countries. Their work consisted in checking all the existing data to try to give an accurate picture of mortality at our borders. Surprisingly, this work has shown that all the data available so far largely underestimates the reality.  This census and fact checking work was stopped on 24 June 2016. It has been awarded several prizes [see].

  • IOM (from 2014)
    The “Missing Migrants” project of the International Organization for Migration identifies incidents involving migrants, including refugees and asylum-seekers, who have died or disappeared during the process of migration to an international destination. It is currently the most widely used database on the subject. It is updated daily [see].

In the end, this map is in line with the various maps produced over the years under the initiative of Olivier Clochard and Philippe Rekacewitz [see] and abundantly updated, notably by the Migreurop network [see]. It is a continuation of these radical maps intended to alert on the dramas that occur at our borders. They are a political message calling for the opening and democratization of borders so that everyone, rich or poor, can move freely and safely. 

  • The mapping application is here [see]. Please forgive me for the few bugs that still exist.
  • The source code is here [see]

Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/03/2020

    […] Fermer les frontières tue ! (neocarto.hypotheses.org) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.