Le monde selon Trump : l’archipel palestinien

Camarades cartographes, les cartes twittées par Donald Trump sont décidément très intéressantes. Hier, le président Américain publiait une carte intitulée “Vision for Peace” (qu’on peut traduire par vision pour la paix ou représentation pour la paix) avec le commentaire suivant : “C’est à cela que peut ressembler un futur État de Palestine, avec une capitale dans certaines parties de Jérusalem-Est” [voir].

Je propose ici un court décryptage cartographique à chaud. N’hésitez pas à le compléter dans les commentaires. 

Points clés

Sur la carte de Trump, le Plateau du Golan fait parti de l’État israélien. Ce territoire syrien, occupé et administré par Israël depuis de la guerre des Six Jours en 1967, a été annexé unilatéralement par Israël en 1981. Cette annexion n’est à ce jour pas reconnue par la communauté internationale. Il s’étend ainsi sur 1.154 km² .



La Vallée du Jourdain. Ce territoire, qui s’étend sur 120 km le long du fleuve Jourdain, représente près de 30 % de la Cisjordanie. Sur ce territoire vivent 10.000 des 400.000 israéliens établis en Cisjordanie, mais aussi environ 65.000 Palestiniens. L’annexion du Jourdain faisait partie des promesses de campagne de Benjamin Netanyaou aux élections législatives de l’an dernier. B. Netanyahu disait, en octobre 2019, que le plan de paix que l’administration Trump va prochainement dévoiler (nous y sommes) offrira une opportunité “historique et unique” pour cette annexion. C’est chose faite. A l’époque, l’Union européenne indiquait que ce même plan compromettait les perspectives de paix.

La frontière entre Israël et le Liban est également forte intéressante. Seule ligne de la carte représentée par des pointillés, elle reprend le tracé de la ligne d’armistice du 23 mars 1949. Cette ligne n’est pourtant pas reconnue comme étant la frontière. Notons au passage la note figurant au bas de la carte : “La représentation des frontières ne fait pas nécessairement autorité”.

Enfin, il y a la capitale Jérusalem. Depuis le déménagement de l’ambassade des États-Unis le 14 mai 2018, Jérusalem est considérée par ces derniers comme la capitale d’Israël en lieu et place de Tel-Aviv. Cela est à nouveau entériné dans ce plan de “paix” puisque celle-ci est nommée comme étant “la capitale indivisible d’Israël”, tout en disant aussi que certaines parties de Jérusalem-Est (lesquelles ?) seraient la capitale de la Palestine. Malgré ce flou, on voit se dessiner Jérusalem comme étant la capitale pleine et entière d’Israël, où les palestiniens venant en paix, pour visiter la mosquée Al-Aqsa, par exemple, seraient les bienvenus. C’est d’ailleurs ce qui est indiqué en gras sur la carte. 

L’archipel Palestinien

De billets de blogs en billets de blogs, je ne cesse de le répéter : toute carte entérine un discours, reflète un point de vue, suppose un parti pris. Avec cette carte de Trump, on en a là un exemple flagrant. Au final, ce qui est proposé, c’est un État palestinien archipel qui n’est pas sans rappeler la vision poétique du géo-artiste Julien Bousac (voir infra). Un État gruyère, sans continuité territoriale, relié par des routes et des tunnels (contrôlés par qui ?), bardé de routes israéliennes permettant d’accéder à des enclaves représentées par des points. Bref, un État érodé et rabougri, miné de toute part et sous domination. Doté d’une carte très favorable à Israël, ce “plan de paix” entérine donc la colonisation et tout ce dont les palestiniens ne veulent pas. On est là en pleine logique Orwellienne. “La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force”. En réalité, plutôt que de bâtir la paix, cette carte entérine les germes de la guerre !

Notons au passage qu’on est bien loin du plan de partage de la Palestine adopté par l’ONU le 29 novembre 1947…

NB : les cartes ont été sélectionnées ici ou là pour illustrer mes propos. Cliquez-dessus pour accéder aux articles sources.
Lire aussi : https://visionscarto.net/1948-La-Palestine-des-archives-aux-cartes


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/01/2020

    […] est une aberration et une provocation à l’encontre des Palestiniens, je vous invite à lire cet article du site Carnet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.