Exploration cartographique de relations mondiales #4 anamorphose

La cartographie de relations mondiales souffre de problèmes graphiques spécifiques à ce type de données […] qui peuvent être résolus en filtrant les nœuds et/ou les relations à cartographier, ainsi qu’en changeant les positions des lieux.

Ce billet est le quatrième et dernier d’une série consacrée à l’exploration de relations aériennes. Le premier billet présente notre démarche générale, avec des exemples de fusion graphique des liens et de changement de projection [Voir #1] : le second billet est consacré au filtrage des nœuds et des liens, pour ne retenir en particulier que ceux qui sont dits majeurs  [Voir # 2] ; le troisième billet est dédié au filtrage des liens, selon leur distance parcourue [Voir #3].

L’objectif ici est de poursuivre l’exploration dans le registre des transformations cartographiques de position des nœuds pour résoudre un problème identifié à la fin du billet #3. Cela va nous conduire à modifier la position des sommets, à transformer le maillage territorial en réalisant une anamorphose. Cette méthode, pourtant très utilisée en cartographie thématique choroplèthe, est étrangement peu mobilisée pour représenter des données relationnelles ou des flux spatialisé.e.s. Pourtant le même principe d’application peut être facilement mis en œuvre.
Les données étant relationnelles, l’anamorphose peut en effet être soit scalaire et porter sur les nœuds (les zones correspondantes) soit vectorielle et porter sur l’espacement entre les nœuds – en l’occurrence sur des caractéristiques des liens -, depuis un seul nœud (vectorielle uni polaire) ou entre plusieurs nœuds (vectorielle multi polaire). Seul le premier cas est mis en œuvre ici. L’anamorphose scalaire entraîne une déformation morphologique du fond de carte proportionnellement à une masse (un indicateur de stock) tandis que la seconde mobilise plutôt, généralement, un indicateur d’accessibilité pour renseigner sur des distances spatio-temporelles entre des lieux.

Ce billet étant le dernier de cette série, nous tirons le double fil des possibilités de transformations cartographiques et de filtrage (des billets # 2 et #3) pour réaliser une carte de flux sur un fond de carte en anamorphose scalaire directe (l’anamorphose scalaire pouvant être inversement proportionnelle à la masse de référence).

Le fond de carte utilisé est assez classique (projection Mollweide) : la surface des pays est  déformée proportionnellement au nombre de degrés de chacun des pays. On obtient ainsi un nouveau maillage territorial sur lequel on projette les relations – selon les filtrages présentés dans les billets précédents.

Pour faciliter la lecture des documents, les planches ci-dessous reprennent la carte classique (en haut à gauche) et sa version anamorphosée (en haut à droite). ; la carte résultante figure au centre, les relations y sont agrégées par pays.

La figure suivante représente les seules relations de moins de 645 km.

Figure 1. Relations de courte distance sur anamorphose des degrés

La figure 2 représente privilégie à l’inverse la densité de relations les densités de relations entre certains pays.

Figure 2. Cartographie des relations les plus fortes, anamorphose des degrés

On observe différents motifs intéressant, en particulier sur la longue distance qui présenterait les fréquences de lignes internationales les plus importantes … sans doutes faudrait-il approfondir …

Le mot de la Fin

Si tout est possible en termes de (géo)visualisation – il est possible de réaliser n’importe quelle image à partir de n’importe quelles données, pourvu qu’elle soit belle -, les résultats obtenus ne sont pas toujours pertinents dans le contexte d’une analyse thématique. 

Les théorie de la représentation cartographique de données et celles du design d’information qui concourent toutes deux à la “communication cartographique” pour reprendre une expression de Gilles Palsky demeurent les variables clés permettant de présenter des résultats intelligibles. 

L’image obtenue, si son esthétique est devenue fondamentale de nos jours, il convient de ne pas perdre de vue que sa construction devrait toujours dépasser ce seul cadre ; elle devrait résulter d’une attention au moins égale portée à l’information : à leur préparation et à leur traitement pour générer une carte info-communicationnelle. Inversement, les possibilités et facilités actuelles de calcul et de dessin offertes par les outils ne devraient plus être une excuse au manque d’imagination tant pour ce qui est du traitement de l’information que de son rendu esthétique.

 

Référence :

Bahoken F., Beauguitte L., Lhomme S. (2013), Visualizing world flows: a challenge between efficacy, accuracy and aesthetics, European Colloquium on Quantitative and Theoretical Geography (ECQTG’13), Special Session ‘’Networking the world II: data, Practice and Visualizations’’, Paris-Dourdan, juillet 2013. European Colloquium of Theoretical and Quantitative Geography (ECTQG, 2013), Dourdan. Télécharger le support PPT.

Billets liés :

Exploration cartographique de relations mondiales, Carnet (néo)cartographique, https://neocarto.hypotheses.org/4581.

Exploration cartographique de relations mondiales #2 liens majeurs, Carnet (néo)cartographique, https://neocarto.hypotheses.org/7635

Exploration cartographique de relations mondiales #3 liens distants, Carnet (néo)cartographique. https://neocarto.hypotheses.org/7819


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.