[BILLET] To PIB or not to PIB ?

Comment mesurer la richesse d’une nation ? Depuis Adam Smith et Malthus, cette question a suscité beaucoup de débats parmi les économistes. Petit à petit, un indicateur (et une vision de la richesse) s’est imposé à tous les autres : le PIB (produit intérieur brut).

Qu’est ce que le PIB ?

Le PIB est un agrégat de la comptabilité nationale qui vise à mesurer le niveau de production du pays. En clair, c’est une mesure de la production. Inventé par Simon Kuznets en 1934, le PIB s’est imposé logiquement après la seconde guerre mondiale alors que les pays européens étaient en reconstruction. Dans la mesure où il quantifie la production d’un pays, le PIB (et surtout son taux de croissance) est souvent perçu comme un bon indicateur de l’activité économique. De la même façon, le PIB par habitant est souvent compris comme un indicateur de qualité de vie.

Ce que le PIB ne mesure pas

Cet indicateur a de nombreuses limites.

Premièrement, il ne prend pas en compte l’auto-production. Si je fais pousser des pommes dans mon verger et que je les mange, celles ci ne sont pas prises en compte dans le calcul du PIB. Par contre, si je les vends sur les marchés, elles contribuent au PIB. Il en est de même pour les travaux ménagers. Toutes les corvées domestiques ne sont prises en compte que si j’embauche quelqu’un pour les faire à ma place ou si je suis payé pour les faire moi-même. Cela vaut pour l’activité bénévole en général.

Deuxièmement, le PIB ne prend pas en compte, ce que les économistes appellent, les externalités (i.e. dommages collatéraux). Si une entreprise produits des déchets, émet du CO2 ou pollue une nappe phréatique, cela n’a pas d’impact négatif sur le PIB (au moins à court terme). Encore mieux, lorsqu’il faudra créer de l’activité pour dépolluer ou traiter les déchets, cela fera aussi augmenter le PIB. On construit, le PIB augmente, on détruit, le PIB augmente, on pollue, le PIB augmente, on dépollue, le PIB augmente. C’est magique…

Troisièmement, le PIB donne une mesure de ce qui est produit, sans donner d’information sur le contenu de cette production. Produire des fleurs, des armes ou de produits toxiques aura le même impact sur l’augmentation du PIB. On se doute toutefois qu’à long terme, l’impact ne sera pas le même.

Quatrièmement, le PIB ne prend pas en compte (directement) tout ce qui n’est pas marchand. Par exemple, le fait que la vie démocratique d’un pays soit excellente ou que le peuple soit cultivé, ou le fait qu’il y ait des paysages magnifiques, ne sont pas pris en compte dans le PIB (cela vaut pour le patrimoine en général). Toutefois, on peut tout de même penser que le le niveau de culture ou d’éducation, contribuent à coup sur à la croissance (et sont intégrées de façon indirecte au calcul du PIB).

Cinquièmement, il y a la question de la répartition. Le PIB mesure la production mais à aucun moment la façon dont celle-ci peut être répartie parmi la population. Qu’il y ait beaucoup de riches, beaucoup de pauvres ou beaucoup de classes moyennes cela n’a aucune importance.

D’autres indicateurs

Pour toutes ces raisons et alors qu’il est souvent compris comme tel, le PIB n’est pas un indicateur de bien être. Ainsi en 1990, le premier rapport mondial sur le développement humain, présente un nouvel indicateur conçu en réponse aux manques du PIB : l’indice de développement humain (Voir carte). Celui ci, tente non pas de mesurer l’activité économique d’un pays, mais au contraire la satisfaction des besoins humains essentiels. Pour cela, et en s’appuyant sur la déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948, l’IDH vise à mesurer la qualité de la vie réelle des populations. Cet indicateur est construit a partir de 3 composantes jugées essentielles : la santé (mesuré par l’espérance de vie à la naissance), le niveau d’instruction (mesuré par taux d’alphabétisation des adultes et le taux de scolarisation), et le niveau de richesse (mesuré par le PIB par habitant).

idh2002

Dans la lignée de l’IDH, de nombreux autres indicateurs ont étés crées pour mesurer des aspects spécifiques liés à la qualité de la vie. Voici quelques exemples :

BIP40 : mesure de la pauvreté et des inégalités.
ISS : Indicateur de santé sociale.
ISP : Indice de sécurité personnelle.
IPV : Indice de progrès véritable.
Indice de bien-être économique.
Empreinte écologique.

Vers un indicateur de progrès humain

Malgré ses défauts, le PIB mesure assez efficacement une certaine conception de la richesse basée principalement sur la production de bien matériel. Or, on sait aujourd’hui que ce modèle de développement n’est pas soutenable. Ainsi, pour accompagner la mise en place d’un modèle de développement non construit sur l’accumulation, il nous faut un nouvel indicateur qui nous serve de boussole. Dans son livre de 2009, le socialisme néo-moderne (livre paru en paoche en 2011 sous le titre l’autre société), l’économiste Jacques Généreux nous propose une piste de réflexion que je relaie ici. C’est l’indicateur de progrès humain (IPH). Selon l’auteur, l’IPH doit reposer sur ce que les sciences humaines nous apportent sur la connaissance intrinsèque de l’être humain. Il doit être construit sur un fondement anthropologique solide. Or, ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que l’être humain est construit par ses rapports sociaux. L’être humain aspire à être « soi » en tant qu’être autonome, mais toujours en étant en interaction avec autrui (avec la société). Chaque être humain est construit comme une dialectique de ces 2 composantes : être soi et être avec.L’IPH doit donc prendre en compte simultanément ces deux dimensions. Pour cela, il devra être construit autour des 4 axes suivants. Le progrès, c’est d’abord l’émancipation, c’est-à-dire la liberté publiqu e, l’épanouissement (être soi). C’est aussi l’harmonie sociale, le vivre ensemble, la mixité (être avec). Le progrès humain ne peut se faire que dans un cadre de justice et d’égalité (liberté réelle). Enfin, le progrès humain ne peut être réel que s’il prend en compte le droits des générations futures à disposer de ces mêmes droits (écologie). Un indicateur de progrès humain, ne peut donc être que global et intégrer ces 4 éléments au travers d’indicateurs statistiques variés qui restent à déterminer collectivement de façon démocratique.

IPH

Un indicateur forcément démocratique

Selon Jaques Généreux, la méthode est tout aussi importante que le contenu même de l’indicateur car la force de celui ci est bien qu’il mesure ce que la société considère collectivement comme étant le progrès humain. Ainsi, le contenu de celui-ci doit être compris et construit par le peuple lui même, il doit être créé démocratiquement : débats à l’assemblée nationale et ratification par référendum. Ainsi, chaque nation (ou chaque espace démocratique) ne construira pas son IPH de la même façon. Et c’est justement parce que celui ci mesurera ce que chaque peuple considère comme progrès humain, que la comparaison sera possible.

Pour finir, notons que cette proposition d’indicateur démocratique était dans le programme du front de gauche pour les élections présidentielles et législatives de 2012. Voici l’éxtrait en question.

« L’organisation de la société doit viser un but : l’intérêt général et l’émancipation de chacune et de chacun. Elle doit donc encourager les activités socialement utiles car il n’y a pas de progrès humain quand seules les activités offrant une rentabilité suffisante au capital se développent. Elle doit permettre une citoyenneté effective car il n’y a pas de progrès durable si les citoyens sont transformés en consommateurs sommés d’écouler une production qui croît sans cesse indépendamment de toute prise en compte de l’impact environnemental et des besoins réellement humains. Ces nouveaux objectifs nécessitent d’autres indicateurs que ceux à partir desquels est actuellement jugé le « progrès » des sociétés, notamment le PIB utilisé pour mesurer la croissance. Nous proposons donc la mise en œuvre de nouveaux indicateurs qui contribueront à engager une réorientation radicale de nos modes de production, d’échange et de consommation, mais aussi à inventer une nouvelle conception du progrès. Un Indicateur synthétique de progrès humain (IPH) devrait prendre en compte quatre groupes de critères : l’épanouissement personnel et l’émancipation (protection des libertés, éducation, amélioration des conditions de travail, espérance de vie en bonne santé…), la sociabilité et la cohésion sociale (développement de la vie associative, taux d’emploi, niveau de protection sociale, prise en compte de toutes les dépendances, de l’isolement…), l’égalité et la justice sociale (inégalités de patrimoine et de revenu, reproduction sociale, égalité femmes-hommes, égalité d’accès à la culture, aux services publics…), le respect de l’environnement (empreinte écologique, pollutions, taux d’émission de CO2…). La composition exacte de l’IPH fera l’objet d’un débat populaire, puis sera soumise au Parlement. Ainsi l’IPH sera un instrument démocratique permettant à la société de débattre de ses fins. Cette démarche sera mise en œuvre à tous les échelons. » (L’Humain d’abord, 2012)

Pour en savoir plus

Dominique Méda, Au delà du PIB, pour une autre mesure de la richesse, poche, 2008
Jacques généreux, Le socialisme néomoderne ou l’avenir de la liberté, seuil, 2009


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *