Le poids des mots

Camarades cartographes, si les choix graphiques (formes, couleurs, tracés, etc) déterminent très largement le message cartographique émis, le choix des mots qui composent la carte est lui aussi loin d’être anodin. Choisir les mots, c’est choisir comment on nomme les choses, comment on désigne une réalité. Et choisir les mots, c’est souvent prendre parti. Je pense bien sûr à cette carte d’Israël repérée lors de la dernière conférence internationale de cartographie en juillet dernier [voir], sur laquelle, au delà du fait que la plateau du Golan y est annexé, le mot Palestine n’y figure pas, les mots “territoires occupés” encore moins, et Jérusalem y est indiqué comme la capitale du Pays à la place de Tel Aviv. Bref, des choix qui n’ont rien d’anodins et qui renvoient à une vision (géo)politique bien particulière. Je pense aussi à cette carte sur la population Roms en Europe réalisée en par Cécile Marin [voir] que je montre souvent aux étudiants sans le titre, en leur demandant d’en proposer un. Un titre plutôt neutre comme « Les Roms en Europe » ? Un titre raciste comme « L’invasion Roms » ? Ou alors le titre original qui prend clairement le parti de ce peuple d’Europe : « Les Roms, peuple européen ». Le constat est alors sans appel. Alors même que la carte reste immuable, changer le titre peut changer radicalement le message de la carte dans son ensemble. Le titre programme la lecture écrivait Christian Jacob en 1992 dans l’Empire des cartes. 

Dans l’actualité, la question des mots se pose aussi radicalement. Faut il designer ce qui s’est passé à la mosquée de Bayonne le 28 octobre dernier de « faits » comme le dit Christophe Castaner, d’ « attaque » comme l’écrivent nombre de journalistes, ou bien d’ « attentat » comme l’affirme le fondateur de Mediapart, Edwy Plenel. Quels mots sont les plus adéquats pour décrire cette réalité dramatique ? Cartographier, c’est toujours exprimer une intention, matérialiser une idée, tenir un discours. Aucune carte n’est anodine et les mots qui la composent en disent souvent autant sur le phénomène géographique représenté que sur le cartographe lui même. La carte devient alors une sorte de carte d’identité du cartographe qu’il peut être intéressant de s’amuser à décrypter… 


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Dirk dit :

    Vous avez oublié, en Allemagne : 2 juin 2019, assassinat du Ministre-Président (préfet) de la Hesse, Walter Lübke. 26 seotembre 1980 : attentat à l’Oktoberfest (fête de la bière) à Munich, faisant 12 morts et 213 blessés, dont 68 graves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.