Le choix du lieu dans MapQuote

Pourquoi localiser les mentions de cartes dans les romans au lieu de naissance de         l’auteur / autrice – c’est  bizarre – alors qu’il serait [peut-être] plus intéressant de cartographier les lieux cités dans les romans ?

Cette question est récurrente à propos Mapquote : on nous demande régulièrement de justifier le choix des lieux projetés sur la carte.

Effectivement, cartographier des lieux évoqués dans les romans plutôt que des mentions de cartes finalement attribuées au lieu de naissance de l’auteur, ce n’est pas du tout la même chose, ni d’ailleurs la même affaire. Dit comme cela, l’idée peut même paraître absurde.
D’autant plus bizarre qu’au final, il sera dans les deux cas question de romans littéraires citant des cartes, parfois aussi des lieux, qui seront tous localisés sur une carte.

Mapquote, la carte des citations de cartes, décrit en effet une géographie des mentions du terme « carte » ou de termes connexes liés ou évoquant la carte, l’univers de la cartographie (plan, longitude, mappemonde, dessiner, boussole…) dans des romans mentionné.e.s par des contributeurs et contributrices. [Qu’ils en soient remerciés]

L’entrée géographique est donc l’auteur et non le roman.

Cependant, parce qu’il est d’abord question d’analyse cartographique et non d’analyse des auteurs, en tant que telle, ce qui va nous intéresser en particulier c’est la manière dont la carte, la cartographie est mobilisée dans la littérature par ces auteurs.

Le lieu cartographié dans Mapquote

Dans Mapquote les citations soient localisées au lieu de naissance de l’auteur/autrice, sauf dans quelques rares cas où l’auteur est dit “originaire de” ou “vit” en Alsace, par exemple.

Ce choix du lieu de naissance est d’abord lié à l’objectif principal de cette collecte

Ce qui va nous intéresser in fine [si tant est qu’on en fasse quelque chose un jour], c’est en effet la manière dont l’objet carte et les principales notions et concepts associés à sa fabrication, à sa constitution (la cartographie, le plan, la mappemonde, etc.) et à son usage sont appropriés par des auteurs et autrices littéraires, comment ils sont mobilisés par le narrateur ou différents personnages dans des romans.

De ce point de vue, cet ensemble de ces citations permettrait d’avoir une idée de la manière dont la cartographie est mobilisée dans les romans recensés dans Mapquote, tous les éléments participant de la fabrication de la carte étant enregistrés. Quels sont-ils ? [Voir].

Quelles sont les types de cartes qui les mentionnent ? Et les pratiques qui leur sont associées ? L’usage qui en est fait ?

La seconde raison du recours au lieu de naissance de l’auteur de la citation est d’ordre pratique. Puisque l’auteur importe peu, de même que les lieux mentionnés, comment arriver à placer ces citations sur la carte en ne mobilisant qu’un lieu unique par ouvrage (un même ouvrage pouvant mentionner plusieurs lieux) ?

Le problème qui se pose est que plusieurs lieux peuvent être affectés à un même ouvrage : en fonction de l’auteur ou du récit : lieu de l’action, cité, évoqué, imaginé ou encore pratiqué par les personnages, le narrateur… sans compter le fait que les romans mentionnent souvent plusieurs lieux de manière plus ou moins précise.

Ces possibilités du choix du lieu compliquent tout, alors que nous ne cherchons qu’un lieu lambda. Un lieu quelconque devant être unique, car il ne ne vise qu’à permettre la documentation géographique (ie. la géolocalisation) d’un corpus de citations mentionnant cartes et cartographies.

La géographie de ces citations n’a ainsi pas d’autre intérêt a priori, puisqu’elle ne recouvre pas celle des lieux cités dans les romans, qui relève en réalité de la construction d’une autre carte.

Cartographier des mentions de cartes, donc de lieux ?

Cartographier les seules mentions de lieux dans les romans est intéressant pour qui s’intéresse à la pratique des lieux par les personnages, à la géographie de l’action d’un roman. La carte qui en résulte dessine l’emprise des territoires qui servent de théâtre à l’action, etc. Un bon exemple est apporté dans un article de Muriel Rosemberg et de Florence Troin.

Dans la cartographie de mentions de cartes dans les romans sur Mapquote, ce n’est pas tant la localisation des territoires romanesques ou leur emprise, qui va nous intéresser, que la manière dont la carte est mobilisée dans les romans.

Avec Mapquote, il (sera) possible d’examiner la manière dont l’objet carte, les principales notions et concepts associés à sa fabrication, à sa constitution (la cartographie, le plan, la mappemonde, etc.) et leurs usages ont été appropriés par les auteurs / autrices, et, sont mobilisés dans leurs récits.

En effet, dans ces mentions de cartes, qui n’évoquent que dans certains cas des lieux, il n’est pas nécessairement question de localisation, d’identification, de caractérisation ou même de définition de lieux comme dans une géographie des récits littéraires.

La mention de carte n’évoque pas toujours explicitement un territoire, que ce soit visuellement ou littéralement. Rappelons d’ailleurs pour l’occasion que la carte dont il est souvent question n’est pas le territoire ! (cf. la célèbre citation d’Alfred Korzybski).

En fait, la carte de Mapquote ne décrit pas les territoires (évoqués) dans des romans …

De ce point de vue, ce projet Mapquote peut apparaître un peu déroutant, car il rompt avec des projets peut-être plus classiques articulant cartographie et récits.

Un premier exemple (mentionné par Olivier Varan sur Twitter) illustre les lieux du récit d’une personnalité, en l’occurrence ceux de la Reine Victoria qu’elle mentionne dans son Journal de la Reine Victoria : les lieux de l’écriture (en bleu) et ceux du récit (en rouge).

Source : Queen Victoria’s World, Weston Library and Queen’s Victoria Journal

Le second exemple plus contemporain est une application web réalisée par Le Parisien qui localise les endroits de Paris évoqués dans la littérature [Voir].

Le troisième exemple que l’on peut citer correspond à la mise en carte de récits dans des applications de Storymapping plus ou moins complexes. Une analyse est présentée par Sébastien Caquart dans la revue M@ppemonde.

Un dernier exemple est apporté par un ensemble de cartes réalisé par Muriel Rosemberg et Florence Troin, pour une analyse des endroits de Marseille mentionnés dans le roman Total Khéops de Jean-Claude Izzo. Toutes deux mobilisent la carte des lieux mentionnés dans le récit en « appui [d’une analyse géo-littéraire] et comme  un moyen de visualiser des aspects de l’expérience spatiale du personnage » [Lire la suite…dans M@ppemonde] … et, avec Mapquote, peut-être de repérer ses plus profondes aspirations ?

https://neocarto.github.io/mapquote/form.htmlMapquote vous intéresse ?
N’hésitez pas à contribuer !
Ajoutez les citations de cartes ou évoquant la cartographie que vous croisez dans vos lectures !



Billets liés :

MapQuote, la carte des citations cartographiques
[Book] avec des #Mapquotes à lire et à voir
Le langage du moment est pour quelle carte ?

 

 



Citer ce billet
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (2020, 15 décembre). Le choix du lieu dans MapQuote. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrjj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search