[Book] avec des #MapQuotes à lire et à voir

Dans le cadre de Mapquote, nous recherchons des citations et mentions des termes cartes » et « cartographie » dans des romans, afin de les cartographier sur une carte globale, présentée ici.

Si ces mentions sont généralement présentées de manière littérales, certaines d’entre elles sont également proposées en version picturale, dont sous la forme de carte.

C’est le cas dans A la lumière de ce que nous savons (In the Light of What We Know, trad. Jacqueline Odin), un ouvrage de Zia Haider Rahman publié en mars 2016 aux éditions Christian Bourgois.

La présentation qui en est faite sur le site Diacritik évoque un roman-monde et carte du temps « riche et foisonnant » qui propose une relecture de la vision idéologique apportée par les cartes du monde. Celle-ci est rapportée lors de dialogues ou du récit de Zafar, personnage central dont on suit la circulation de part le monde.

Le site signale en particulier le récit – présenté sous la forme de note de bas de page et non en plein texte – filant des pages 31 à 33, mentionnant littéralement et visuellement des (fonds de) cartes. Il est intéressant de noter que le dialogue proposé conduit à 1) une définition de la carte du monde selon Peters et à 2) une illustration du fond de carte correspondant comparée à un fond de carte en projection Mercator.

Extrait de l’ouvrage, proposé par Diacritik.

Et ce n’est pas tout !

Une section du deuxième chapitre 2 portant également sur ces systèmes de projections devrait faire sourire tous les cartographes. Extraits :

« S’agissant de cartographier le globe, le problème fondamental est de reporter la surface courbe de la terre, sphère aplatie aux pôles, sur une surface plane. Il existe une autre difficulté : si, sur terre, on se met à marcher dans n’importe quelle direction et continue sa route, jamais on ne rencontrera de limite. On pourra faire le tour du monde. Mais si on se place sur une carte, morceau de papier rectangulaire, et qu’on avance pareillement, on finira par atteindre le bord du papier. Obtenir une représentation de la surface courbe de la Terre, sur une feuille de papier plane et limitée, tel est le défi des projections. On se heurte au même problème pour traduire la poésie. Partant d’une langue, on doit projeter l’œuvre dans une autre langue. »

Et ce n’est pas tout. L’ouvrage propose plusieurs citations de différents types de cartes, des citations qui sont en fait des définitions, des descriptions détaillées, telle cette évocation de cartes topographiques lors d’un voyage en avion.

Comme le dit l’auteur, toutes ces cartes nous « […] intriguent par leur nature de métaphores : outils qui nous donnent quelque chose dont la vérité est bien plus riche mais sans lesquels nous ne percevrions rien et ne trouverions jamais nos repères. »

Au-delà de ces quelques exemples portant sur des définitions, l’ouvrage est par ailleurs truffé de citations de l’auteur ou rapportées telles celle-ci :

 

 

 

Et ces apports sont présents dès le premier chapitre, qui compte pas moins de huit mentions du terme « carte » avec ou sans « s ».

Ce chapitre est d’ailleurs fourni gratuitement par l’éditeur


En savoir plus sur Diacritik

Référence : Zia Haider Rahman, A la lumière de ce que nous savons (In the Light of What We Know), trad.  Jacqueline Odin, éditions Christian Bourgois, mars 2016, 528 p.


Billet lié : #MapQuote

 

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.