Make our Cartography Great Again!

Mes chers camarades, la cartographie est décidément un sport de combat. Loin d’être de simples descriptions du réel, les cartes thématiques en sont aussi des leviers, des arguments, pour établir un rapport de force avec ses adversaires. En tout cas, cela était bien visible aujourd’hui sur les réseaux sociaux.
Tout a commencé par le tweet suivant de Donald Trump.

En pleine procédure d’impeachment suite à l’affaire ukrainienne, le président Trump dégaine une carte pour se revendiquer une légitimité populaire. Les américains le soutiennent, c’est visible sur cette carte : les États-Unis sont recouverts de rouge, couleur du parti républicain, lui-même à sa tête …
Mais il y a un hic !

Un air de déjà vu

Si elle y ressemble, cette carte n’est pas l’exacte réplique de la carte de son élection [voir]. Par ailleurs, elle ressemble tout autant à la carte de la réélection de Richard Nixon en 1972 qui remporta haut la main 49 des 50 États américains. C’est d’ailleurs ce que n’ont pas tardé à lui rappeler certains twittos en ressortant cette carte, toute rouge également (voir infra), qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle brandie par Trump il y a quelques heures. L’argument est puissant puisque, rappelons-nous, cette victoire écrasante et cette légitimité populaire n’empêchera en rien le président Nixon de démissionner deux ans plus tard suite à l’affaire de Watergate. L’argument cartographique est donc retourné  avec force,  en prêtant un destin similaire à Donald Trump. Un beau contre argument.
Mais ce n’est pas là que se joue le nœud de cette affaire cartographique.

Et quid de la population ?

Si cette carte recouverte de rouge peut paraître impressionnante, c’est qu’elle considère au même niveau les comtés très peuplés et les comtés quasi vides. C’est d’ailleurs ce que se sont empressés de lui rappeler un certain nombre de twittos aguerris aux techniques de manipulation cartographique. Certains d’entre eux l’ont même accusés de “fake map“. Car, en effet, si on élimine de la carte les zones vides, elle parait d’un seul coup beaucoup moins impressionnante !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une simple carte par symboles proportionnels, en anamorphose (voir infra) ou en trois dimensions (voir infra) rend également les choses beaucoup plus limpides.
En réintroduisant un critère de taille fondé sur la population, la carte change radicalement de visage. Les zones rouges deviennent moins imposantes et la partie (de cartes) n’est plus gagnée d’avance. 

   

Au final, Trump avance un argument cartographique provocateur revendiquant sa suprématie sur l’écrasante majorité du territoire américain. Si les grandes villes ne votent pas pour lui, il a le territoire des arrières-pays pour lui et tous ceux qui y vivent relégués. L’argument est fort. Mais rappelons nous quand même que, en 2016, Donald Trump a été élu avec 3 millions de voix de moins que Hilary Clinton et cela, malgré une carte totalement bardée de rouge.
Il y a décidément mille et une façons mettre en scène graphiquement une même réalité géographique. La guerre des cartes est déclarée ! 

Sur le même sujet : Donald Trump ou la vérité à la carte, Libération, 03 oct. 2019

 

 


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.