[CARTE] Notre vision continentale du monde

mentalborders

Dans son livre « l’invention des continents« , Christian Grataloup proposait en 2009 les concepts de continents « durs » et de continents « mous ». Dans cet ouvrage, le monde est partitionné en structures continentales plus ou moins fortes selon les degrés d’ambiguïté de l’appartenance continentale des régions du monde. Au-delà de ce travail empirique important, le projet EurobroadMap (7e PCRD) a cherché de 2008 à 2011 à mesurer les représentations mentales de régions mondiales. Pour cela, un corpus de cartes mentales à l’échelle mondiale a été mis en place. Basé sur une enquête réalisée après d’étudiants dans 12 pays du monde où chacun avait pour tache de « découper » le monde à l’aide d’un stylo sur un fond de carte vierge, ces cartes mentales confirment très fortement une représentation du monde structurée dans des continents. Mais, cette structuration est désormais quantifiable. La carte présentée ci dessus, basée sur cette enquête,  est une des représentation possible de notre vision continentale du monde. Chaque ligne de crête correspond à une ligne de passage d’un continent à un autre. Plus la crête est haute, plus la limite est franche. Ainsi, si l’Afrique est dans nos esprits un continent dur séparé de l’Europe et de l’Asie par des limites franches, l’Amérique centrale semble être au contraire un continent mou aux limites moins affirmées.

Pour en savoir plus :

> Site du projet EuropbroadMap
> Subjective Mapper

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/06/2016

    […] En géographie, la carte mentale est une méthode permettant de recueillir des informations spatiales. Il s’agit en fait d’une technique d’enquête permettant de collecter des informations sur un territoire donné. Introduites en Angleterre dans les années 1970 et appliquées dans un premier temps à l’espace urbain (Lynch, 1976), les cartes mentales permettent d’acquérir et collecter des « connaissances » spatiales individuelles et subjectives. Pour cela, la personne enquêtée est invitée à dessiner à main levée sa propre perception de l’espace géographique sur une feuille blanche. On parle alors de « sketch map » (« cartes-croquis » ou « cartes-esquisses »). Dans certains cas, en fonction des objectifs de l’enquête, le tracé peut également s’effectuer sur un fond de carte aidant à la localisation (pour par exemple, positionner une ville, réaliser un zonage, etc.). Un fois les enquêtes réalisées, les données peuvent être compilées, analysées et cartographiées selon des méthodes classiques. Voir par exemple le travail réalisé dans le cadre du projet européen Eurobroadmap : https://neocarto.hypotheses.org/648 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *