Exploration d’une application web de visualisation de flux : deck_mobiliPro

Il y en a qui fabriquent des applications web de cartographie parce que c’est leur métier et puis il y en a d’autres qui le font, juste parce qu’ils sont passionnés ! Il semblerait que ce soit le cas de l’auteur de deck_mobiliPro, alors ça vaut le coup de prendre un peu de temps pour l’explorer finement.

Billet réalisé suite à la demande de recension de l’auteur, publié avec son autorisation.

deck_mobiliPro est une application d’exploration cartographique en ligne fabriquée par Nahélou Quentin, alors étudiant en Master 2 SIGAT (Rennes 2) . L’objectif est de géo visualiser les mobilités professionnelles de la région Bretagne, à l’échelle communale.

L’application accessible ici est très aboutie, maniable, fluide et assez intuitive. Elle représente des flux du point de vue des lieux de destination et d’origine en mobilisant différentes informations, l’orientation des flux par exemple ou encore les modalités de ces déplacements. Avant d’aller plus loin, il convient de préciser le point de vue adopté, à juste titre, par l’auteur – la cartographie de flux étant souvent considérée comme devant être l’expression de figurés exclusivement linéaires.

1. Préambule sur le point de vue des flux

La partie centrale de l’interface propose en effet toujours une carte choroplèthe, avec un rendu coloré en deux ou trois dimensions  des effets de ces flux sur la distribution des lieux ; elle permet de mettre en évidence visuellement une forme d’attractivité de l’emploi disponible dans certaines communes.

Si la visualisation des interactions entre lieux de résidence et de travail n’est pas proposée, l’application offre en revanche, sur sa partie droite, des diagrammes qui renseignent sur la distribution des flux représentés selon les modes de transport et le profil de l’employeur principal.

La partie gauche de l’application présente, quant à elle, trois modalités de filtrage de l’information au préalable de sa visualisation : 

  • Analyse des flux entrants ;
  • Analyse des flux sortants ;
  • Analyse expérimentale.

Ces possibilités de filtrage correspondent aux parties de la matrice de données sous-jacentes qui sont encadrées de rouge sur la Fig. 1.1, les flux entrants correspondent à la colonne (Dj) et les flux sortants à la colonne (Oi).

Figure 1.1. Une matrice de flux origine-destination et ses marges

F. Bahoken, Neocarto, 2019.

En effet, si la carte de flux évoque au premier abord des figurés linéaires (qui symboliseraient la partie bleue de la Fig. 1.1), sa construction est en réalité plus complexe que cela puisqu’elle est supposée pouvoir combiner à la fois des figurés linéaires (partie bleue), ponctuels et/ou surfaciques (parties rouges et bleues).

2. Exploration des flux sortants

Je choisis d’explorer les flux sortants (j’aurai pu prendre les flux entrants, cela revient strictement au même sur le plan méthodologique, seule l’interprétation devrait changer).

L’analyse étant localisée, la possibilité est offerte de sélectionner une seule localité. Ne connaissant pas particulièrement la Bretagne, je clique au hasard et je sélectionne la commune de Vannes. Mon exploration porte donc sur les flux sortants de Vannes (Fig. 2.1).

Fig. 2.1. Interface d’exploration des flux sortants de Vannes

La représentation principale située au centre présente des polygones (symbolisant les communes), qui sont extrudés (variable visuelle Taille) pour un rendu en effet 3D par rapport à … une variable qui n’est hélas pas précisée. Ce rendu n’étant pas associé à une  légende, il apparait difficile d’avoir une idée autre que visuelle des effectifs représentés. J’entends d’ici des collègues comme Boris Mericksay, par ailleurs enseignant de l’auteur, dire quelque chose comme ceci : « les légendes sont facultatives dans ce genre de dispositif de web cartographie ! ; certaines informations complémentaires étant disponibles au survol » – nous y reviendrons.

La teinte de ces polygones à une intensité décroissante à mesure que l’on s’éloigne de Vannes. Si les communes limitrophes ou voisines de Vannes reçoivent logiquement la part de navetteurs la plus importante, on observe que des communes plus éloignées, situées à l’est, probablement des pôles d’emploi secondaires à l’échelle régionale, semblent attirer davantage d’actifs résident à Vannes, que des communes plus proches situées à l’ouest ou au nord breton.

La signification de la teinte de chacun des polygones, à l’inverse de leur taille, est précisée dans une légende située sur le bas de la partie gauche. La variation d’intensité proposée correspond à la part en % de l’ensemble de flux émis par Vannes, que chacune des communes représentée reçoit, en application de la variable visuelle Valeur.

Cette précision de l’intensité permet de déduire que la hauteur de chacune des communes correspond à l’effectif de navetteurs provenant de Vannes, autrement dit, au nombre d’actifs qui réside à Vannes et exerce dans la commune concernée – ce qui revient à sélectionner une ligne du tableau de la Fig. 1.1 et de ne représenter que ce qui se passe à la destination.

Le premier des deux graphiques présentés sur la partie droite de l’interface est un diagramme en barres colorées (Fig. 2.2.).

Il représente l’ensemble des 18 216 actifs résidant à Vannes qui travaillent dans une autre commune, en lien avec la carte principale. Il décrit les effectifs d’actifs internes (intra communal) et externes (inter communal) selon leur mode de transport (à pied, en voiture…).

Fig. 2.2. Distribution modale des flux internes et externes à Vannes

Si ce graphique est très intéressant pour lui-même, il est regrettable qu’il ne soit pas tout à fait en adéquation avec la carte centrale. Cela génère à première vue une confusion (éléments barrés sur le paragraphe précédent), ce qui est dommage.

En effet, d’après ce que j’ai compris, la valeur 18 216 est celle de l’ensemble des actifs de 15 ans et plus exerçant un emploi et résidant à Vannes qui se déplacent pour travailler, que leur lieu de travail soit situé à l’intérieur de la commune (flux internes) ou à l’extérieur (flux externes) ; elle ne correspond pas aux seuls flux sortants comme indiqué sur la légende.

Sans avoir un compas dans l’œil, il me semble que la somme des rectangles des flux sortants (la partie droite du graphique) ne fait pas 18 216 ; elle est plutôt de l’ordre de 5 à 5 300 individus si j’ajoute, à la louche, les différentes barres décrivant ces flux.

En fait, l’information sur l’effectif d’actifs sortants de Vannes – c’est cela qui m’intéresse, puisque c’est mon filtrage de départ – n’est pas directement accessible. Il n’est pas possible de savoir à combien s’estime l’ensemble de ces habitants de Vannes qui va travailler ailleurs, dans la région, ce qui est un peu dommage puisqu’il s’agit de l’information représentée sur la carte principale (les actifs qui résident à Vannes).

Revenons à la carte principale, car des informations complémentaires sont disponibles au survol de la souris pouvant nous éclairer (Fig. 2.3).

Fig. 2.3. Survol à la souris de la commune de Vannes

Le survol de la commune de Vannes fait apparaître une fiche riche d’enseignements [Boris Mericksay a donc raison !]. On y apprend que la population totale de la commune est de 53 218 habitants. Aussi que le nombre de « flux depuis Vannes », c’est-à-dire émis par Vannes est de 12 603 personnes.

À quoi correspond cette valeur, par rapport au tableau de la Fig. 1.1 ? S’agit-il de la somme marginale en ligne de Vannes ? Ou bien de la somme marginale déduite des flux internes (Oi) qui pourrait correspondre à une ligne de la Fig. 1.1 ?

Si je retire ces 12 603 personnes (69,9%) aux 18 216 actifs sortants (Fig. 2.2), j’obtiens 5 613 actifs [Je n’ai pas un compas dans l’œil mais j’y étais presque!] qui pourraient correspondre à l’ensemble des sortants hors diagonale (hors flux internes), qui représenteraient environ 30 % des actifs.

 

Le second graphique propose une distribution du profil (de l’employeur) des travailleurs « intra » (en rouge) et « sortants » (en bleu) de la commune pour y exercer un emploi (Fig. 2.4.) – dont on note qu’il correspond bien aux données cartographiées 🙂

Fig. 2.4. Distribution du profil des travailleurs sortants et internes à Vannes

Ce graphique est complémentaire du précédent. On y apprend ainsi que, à l’instar des navetteurs internes, les navetteurs externes sont employés dans les secteurs de l’administration publique (environ 2 000 personnes), dans le commerce (environ 1 500) et dans l’industrie (environ 1 000).

3. Exploration de l’analyse expérimentale

La sélection de la section Analyse expérimentale entraîne un enrichissement de la légende située sur la partie gauche de l’interface.

3.1. Exploration visuelle

La première étape consiste à sélectionner la commune que l’on souhaite analyser, puis de choisir le type de flux à visualiser : entrant, sortant ou tous. Sans précision sur le « tous », on ne sait pas exactement de quel indicateur il s’agit. C’est pourquoi je choisis d’explorer d’abord les flux entrants [pour changer], toujours du point de vue de Vannes.

Pour les flux entrants / sortants, la carte décrit logiquement les sommes marginales (partie rouge de la Fig. 1.1.), par des cercles proportionnels dont la variation de taille est présentée en légende (en bas à gauche).

Fig. 2.5. Interface d’exploration de l’analyse expérimentale : exemple des flux entrants

Le survol à la souris est moins détaillé que précédemment, seule la population totale de la commune est affichée.

Les diagrammes présentés sur la droite ont également été modifiés par rapport à l’interface précédent : les flux entrants ont été ajoutés à cette distribution des actifs selon les modes de transport. On y apprend ainsi que le nombre total de flux entrants est de 26 768 actifs, qui travaillent à Vannes et résident dans une autre commune de la région ; le nombre de sortants étant inchangé (à 18 216 actifs), ce qui est normal.

 

La sélection de ce qui correspond à « tous » les flux n’est pas précisée. D’après la Fig. 1.1, on pourrait croire qu’il s’agit d’une des parties présentées en vert (indicateurs donnés à titre d’exemple). En fait, il s’agit d’une visualisation simultanée des flux entrants et des flux sortants.

Ce choix conduit à changer la représentation (Fig. 2.6.), en enrichissant la symbolisation et la légende correspondante (toujours située sur la gauche de l’interface). Quatre teintes sont désormais utilisées pour représenter ces flux.

Fig. 2.6. Interface d’exploration de l’analyse expérimentale : exemple de « tous » les flux

Ce choix de superposer des symboles circulaires qui présentent par ailleurs des variations de tailles et de teintes opaques, en référence à différentes parties de la matrice (Fig. 1.1) conduit à une symbolisation qui n’apparaît pas visuellement efficace. 

Examinons la légende correspondante (Fig. 2.7.) pour en savoir plus.

Fig. 2.7. Légende générale de l’analyse expérimentale

Je ne suis personnellement pas favorable à ce choix, car la superposition de cercles ne génère pas un résultat très lisible, y compris à la lecture. De plus, la combinaison des éléments variables n’est pas rigoureusement exacte sur le plan sémiologique… ce qui explique d’ailleurs pourquoi ce n’est pas clair.

Pour montrer le rôle joué par le fait de considérer chacune des infirmations à représenter une par une, avant de les combiner, déconstruisons cette légende, pour essayer d’en proposer une qui serait plus efficace à défaut d’être plus jolie.

3.2. Déconstruction de la légende principale

La Fig. 2.8 dissocie les différents éléments, en conservant (à peu près) les codes couleurs et les formes choisies par l’auteur.

Fig. 2.8. Décomposition de la légende

Cette décomposition nous indique qu’en en réalité, la légende proposée n’a pas besoin de mobiliser quatre teintes, deux d’entre elles qui sont  opposées sur le cercle chromatique suffisent.

En repartant des choix colorés de l’auteur (Fig. 2.8, pour les entrants, exemple (1)), j’ai sélectionné le rouge fondé et le ton opposé sur le cercle chromatique puisqu’il s’agit de symboliser des informations qui sont formellement opposées : des flux entrants et des flux sortants d’un lieu. Dit autrement, il s’agit de mobiliser la Couleur dans son acception qualitative, vu le type qualitatif (catégoriel) de flux à représenter.

Ainsi, un élément d’explication de la confusion tient ici à un problème lié au  choix de la variable rétinienne Couleur pour représenter des informations différentes. Puisque trois caractères sont disponibles, il devrait être possible de distinguer les variables visuelles utilisées pour chacun d’eux. Mais seule la Couleur ressort nettement.

La Couleur

La couleur est mobilisée dans un nuancier unique, en l’occurrence de couleurs chaudes (dans les mêmes tons de rouge-orange-jaune) pour représenter, d’après la légende (Fig. 2.7), pour chacun des lieux :

  1. la valeur ou l’intensité du flux (via les signes > <) ;
  2. L’orientation entrante du flux ;
  3. L’orientation sortante du flux

Lorientation du flux :

L’orientation est une variable caractéristique des flux, plus souvent mobilisée lorsque les flux sont représentés du point de vue des relations entre les lieux. Lorsque ce n’est pas le cas, il est effectivement possible d’utiliser la couleur pour distinguer les flux entrants vs sortant d’une commune, ce qui est effectivement le choix fait ici.

Indépendamment du choix des tons qui est fortement subjectif, le choix du nuancier donne l’impression d’une variation d’intensité entre les cercles, c’est-à-dire d’une utilisation de la Valeur, ce qui n’est pas le cas, par définition. D’ailleurs, l’auteur le sait bien puisqu’il a précisé ceci en légende : « Entrants dans la commune sélectionnée > aux sortants ».

Les mentions littérales (« entrant = sortant » ; « entrants > sortants ») font référence au bilan net des flux aux lieux, plus généralement à leur attractivité en termes de travailleurs – elle correspond formellement à la représentation de l’indicateur (S) présenté sur la Fig. 1.1. Cependant, si cette  information semble avoir été calculée, elle n’a pas été reprise dans la représentation, ce qui est dommage.

De même, l’intensité des flux n’est hélas pas directement visible, alors qu’elle semble souhaitée. En réalité, il manque à cette représentation, la variable permettant de le faire, à savoir la Taille … Ré-introduisons-là.

Fig. 2.8. Décomposition de la légende et ajout de la Taille

3.3. Proposition de reconstruction de la légende

En partant de là (Fig. 2.8), il est possible de combiner différents éléments informations pour reconstruire la légende.

La légende d’origine mobilise trois types d’informations sur lesquelles il est possible d’agir :

  • information sémiologique : la Couleur, l’Orientation, la Taille* ;
  • information graphique : le choix d’une implantation ponctuelle associée à une Forme unique, un cercle ;
  • information numérique : la valeur du flux, son orientation, une information sur son bilan net (ex. des flux entrants supérieurs aux flux sortants)

L’objectif n’étant pas de tout refaire, nous conservons l’ensemble des choix de l’auteur et suggérons de modifier le symbole et/ou sa teinte. L’utilisation de demi-cercles affrontés (Fig. 2.9), éventuellement colorés (orientation), permettrait de différencier facilement à la fois les différences de taille que l’orientation des flux (entrants-sortants).

Fig. 2.9. Recomposition de la légende

La suggestion de demi-cercles affrontés apparaît facilement, mais je ne sais si elle est aussi “facilement “automatisable – elle ne semble pas être présente par défaut. Si elle ne peut être mise en œuvre facilement, alors, dans ce cas, il faudrait envisager un autre procédé de représentation ou bien calculer un indicateur qui permettrait de ne mobiliser qu’un cercle par localité.

 

 

*Note : il n’est pas tout à fait exact de dire que la Taille n’est pas présente sur l’application, elle l’est effectivement mais de manière anecdotique car elle est incomplète : la légende correspondante ne propose aucune information sur le poids des cercles.

Conclusion

La superposition d’informations – de figurés symbolisés correspondants – fonctionne généralement assez mal visuellement, sauf à vouloir montrer graphiquement la complexité d’une réalité. Plus il y a de densité en termes de figurés et moins l’image sera lisible ; plus il y d’informations empilées et moins l’information principale sera visible ; plus nombreuses sont les composantes de sémiologie mobilisées et moins efficace sera le résultat issu de cette superposition.

Il est donc préférable d’essayer de sélectionner l’information, de les combiner (quelle que soit leur nature), de les articuler voire de les transformer pour faire gagner l’ensemble en lisibilité, mais surtout en richesse qualitative, dans l’objectif de résultats interprétables dans un contexte donné.  C’est pour cela que la  légende proposée à été décomposée, déconstruite de manière à trouver les ressorts d’une construction qui soit un peu plus efficace.

Au-delà des aspects graphiques et sémiologiques, plutôt que de chercher à superposer des formes et des teintes relatives à des informations numériques de formats variés, pouvant d’ailleurs s’opposer, au risque de frôler la carte erronée, peut-être faudrait-il fallu mobiliser des indicateurs déjà calculés, tel le bilan net (noté S sur la Fig. 1.1, voir ici un exemple de mise en application). Outre l’amélioration de la lecture, leur utilisation permet de limiter le nombre de figurés et de composantes de sémiologie à mobiliser.

De plus, mobiliser un indicateur spécifique au type de phénomène plutôt qu’une représentation directe de l’information, devrait permettre d’enrichir considérablement la sémiologie de cette, déjà bien aboutie, application dédiée aux mobilités professionnelles bretonnes. Les remarques et demandes de précisions formulées sont bien à considérer à la marge, l’essentiel du travail ayant été parfaitement réalisé ! Alors, à suivre ?

Références :

Accéder à l’application, DeckmobiliPro, c’est ici


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/11/2019

    […] Les données des mobilités professionnelles intercommunales de la Bretagne font ainsi l’objet d’une exploration des flux entrants et sortants. l’auteur nous ayant fait la demande d’une recension de ses aspects cartographiques, elle est présentée sur le carnet Néocarto, ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.