Des cartes ou des globes ?

Camarades cartographes, et si nous en finissions enfin avec ces satanées cartes qui déforment la réalité ? A l’heure du numérique où tout est interactif, animé, augmenté, en 3 dimensions, en réalité virtuelle, n’est-il pas temps, en effet, de mettre au rebut ces représentations planes et distordues qui montrent le Monde tel qu’il n’est pas. La Terre n’est pas plate à ce que je sache…

Cette idée n’est pas nouvelle. Au XIXe siècle, elle était notamment défendue par le géographe et anarchiste français, Élisée Reclus. Fermement opposé aux cartes qui, par construction, distordent la surface terrestre, il plaidait pour la construction d’un globe terrestre géant de 160 mètres de diamètre, pour l’exposition universelle de 1900. Selon lui, enseigner la géographie sur des images fausses était un non sens total. Voici ce qu’il en disait dans L’enseignement de la géographie (1903) : « Après avoir dit aux jeunes enfants que la Terre est ronde, que c’est une boule roulant dans l’espace comme le Soleil et la Lune, j’en viendrais leur en présenter l’image sous une forme d’une feuille de papier quadrangulaire avec des images coloriées […] Dois-je tenter de faire comprendre à ces petits que la sphère a pu se changer en planisphère – c’est à dire, si je comprends bien les deux mots associés, en une sphère plane ? ». Face aux écueils évident des représentations cartographiques en deux dimensions, Reclus nous mettait donc en garde contre les illusions cartographiques et plaidait pour une approche réaliste, visant à montrer le Monde tel qu’il est vraiment. De plus, un globe, ça n’a pas de bord ni de centre. Personne ne peut se mettre au centre. Personne ne peut en être exclus. Les surfaces, les formes les distances, les positions des différents pays sont fidèles à la réalité. De plus, construire un tel globe en plein Paris était aussi une façon de faire rentrer la géographie dans la citée. Au final, ce globe, qui devait trôner fièrement au somment de la butte Chaillot en face de la tour Eiffel ne sera finalement jamais construit. Mais le débat reste ouvert. 


Ce globe a été réalisé avec D3.js. Cliquez sur la carte et jouez avec la souris pour changer le point de vue.

Alors, faut-il en finir avec les cartes ? Rien n’est moins sur ! Car n’oublions pas que les cartes, grâce aux systèmes de projection, restent le seul moyen de donner à voir le Monde d’un seul coup d’œil. Elles permettent de visualiser simultanément les États-Unis et l’Australie, Le Brésil et le Japon, l’Arctique et l’Antarctique, pour comparer, analyser, bref faire de la géographie. De plus, renoncer aux cartes ça serait se priver d’un formidable moyen d’expression pour raconter le Monde. Car tordre, déformer, faire pivoter, découper, étirer, c’est aussi un moyen efficace pour expliquer la complexité des phénomènes géographiques à l’échelle de la planète. A la façon de Raymond Queneau qui s’est amusé à raconter un même événement de 99 façons différentes dans son célèbre ouvrage Exercice de style (1947), les cartes permettent de raconter le Monde de mille et une manières. Chaque carte le raconte d’une façon particulière sans oser prétendre tout dire. Et c’est bien là que réside l’art de faire des cartes. Sélectionner, choisir, hiérarchiser, déformer, utiliser un langage graphique riche aux mille et unes facettes pour expliquer un territoire de la façon la plus pertinente qui soit. D’une certaine façon, les cartes sont éminemment critiquables par bien des aspects, et la critique est toujours utile. Mais quoi qu’en pensent les « globistes », leurs atouts sont innombrables. Et de ce fait, il y a fort à parier qu’elles resteront longtemps l’outil premier des géographes. Et c’est très bien ainsi 😉

Maps or globes?

Comrades cartographers, what if we finally end these damn maps that distort reality? In the digital age in which everything is interactive, animated, augmented, in 3 dimensions, in virtual reality, is it not time to discard these flat and distorted representations that display the World as it is not. The Earth is not flat as far as I know….

This is not a new idea. In the 19th century, it was defended by the French geographer and anarchist, Elisée Reclus. Strongly opposed to maps that, by definition, distort the earth’s surface, he argued for the construction of a giant 160-metre diameter globe for the 1900 Universal Exhibition in Paris. According to him, teaching geography on fake images was a total nonsense. He wrote about it in L’enseignement de la géographie (1903): “After telling the young children that the Earth is round, that it is a rolling ball in space like the Sun and the Moon, I would come to present them with the image in the form of a sheet of quadrangular paper with colored images… Should I try to make these children understand that the sphere could have changed into a planisphere – that is, if I understand the two associated words correctly, into a planar sphere?”. Faced with the obvious drawbacks of two-dimensional cartographic representations, Reclus therefore warned us against cartographic illusions and called for a realistic approach, aiming to show the World as it really is. Besides, a globe has no edge or center. No one can be put in the center. No one can be excluded from it. The surfaces, the shapes, the distances, the positions of the different countries are as in reality. Moreover, building such a globe in the middle of Paris was also a way of bringing geography into the city. In the end, this globe, which was supposed to be proudly installed at the top of the Chaillot hill in front of the Eiffel Tower, will never be built. But the discussion remains open.


This globe was made with D3.js. Click on it and play with the mouse to change the view.

So, should we be done with the maps? Nothing is less sure! Because let us not forget that maps, thanks to projection systems, remain the only way to show the world at a glance. They make it possible to simultaneously visualize the United States and Australia, Brazil and Japan, the Arctic and Antarctica, to compare, analyze, in short, to make geography. Moreover, to renounce to maps would be to deprive oneself of a wonderful way of expression to narrate the World. Because twisting, deforming, rotating, cutting, stretching is also an effective way to explain the complexity of geographical phenomena at the global scale. In the same way as the french writer Raymond Queneau, who had fun telling the same story in 99 different ways in his famous book Exercice de style (1947), maps allow us to tell the world in a thousand and one ways. Each map tells it in a particular manner without claiming to say everything. And that’s exactly where the art of making maps lies. Select, choose, prioritize, distort, use a graphic language rich in a thousand and one facets to explain a territory in the most relevant and effective possible manner. In a way, the maps are eminently open to criticism in many ways, and criticism is always useful. But whatever the “globalists” think, their assets are innumerable. And because of this, it is likely that they will remain for a long time the preferential tool of geographers. And that’s very good as well 😉


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 23/08/2019

    […] comme dans le billet précédent [voir], cette carte se base sur la projection orthographique [voir] pour lui donner  l’aspect […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.