Quelle est la bonne carte ?

Camarades cartographes, je vous propose dans ce nouveau billet une petite réflexion sur la multi-représentation cartographique, appliquée à la géographie des migrants morts et portés disparus en Méditerranée. Ce billet fait suite à la communication effectuée avec Timothée Giraud [voir] à la 29e conférence internationale de cartographie qui s’est tenue à Tokyo du 15 au 20 juillet dernier [voir]. Si l’aspect méthodologique vous intéresse, le papier [voir], les slides [voir] et les codes sources [voir] sont dores et déjà en ligne. 

Cartographier les morts

La première carte des migrants morts et disparus aux frontières de l’Union européenne a été conçue et réalisée par le géographe Olivier Clochard (Migrinter) et publiée en 2002 dans les cahiers d’Outre-Mer. Le principe de cette carte était simple. Elle combinait une information quantitative (le nombre de migrants morts et disparus représenté par la surface des cercles) et une information qualitative (la cause de la mort représentée par la couleur). C’était la première fois que ces données étaient cartographiées. En 2003, cette carte a été redessinée, “recrée” à partir de données mises à jour par l’association néerlandaise “United Against Racism”, par le géographe Philippe Rekacewicz (Visionscarto) pour une première publication dans Le Monde diplomatique, ce qui lui donna un impact considerable [voir]. Puis, toujours réalisée selon les mêmes principes, elle fut mise à jour plusieurs fois par les cartographes du réseau Migreurop [voir]. De nombreuses autres cartes, statiques, interactives, artistiques, furent aussi produites. L’idée n’est pas ici d’être exhaustif.

Ici, nous proposons de nouvelles représentations basées sur les données de l’OIM. Les 6 représentations ci-dessous sont réalisées exactement à partir des mêmes données. Je vous invite donc à présent à les décortiquer et les questionner.

 

Cette première carte est une carte très classique par symboles proportionnels. Chaque cercle correspond à un naufrage d’un bateau de migrants. La superficie des cercles correspond au nombre de personnes mortes ou portées disparues depuis le 1er janvier 2014. Cette carte nous permet d’identifier les endroits les plus meurtriers pour les migrants. Gibraltar, la mer Égée, les côtes libyennes. Mais elle a un gros inconvénient : il y a beaucoup de symboles superposés. Une grande partie de l’information est cachée.

Cette deuxième carte propose une agrégation des données selon la localisation des naufrages. En limitant le nombre de cercles, la méthode d’agrégation (une CAH construite sur les coordonnées géographiques des naufrages) permet de montrer l’importance du phénomène pour chaque route migratoire. Plus de 13 600 personnes sont mortes en 5 ans, entre la Libye et l’Italie. Mais la carte ne permet plus de voir le nombre de naufrages, leur localisation et leur gravité.

Cette troisième carte est construite par agrégation sur une grille régulière. De ce fait, elle permet d’identifier les zones les plus dangereuses. Au large des côtes libyennes, il y a eu en 5 ans plus de 25 morts par km². D’un point de vue politique, cette carte est utile. Elle attire l’attention sur la nécessité d’effectuer des opérations de sauvetage dans les eaux territoriales libyennes. Seuls défauts, ce type de carte ne permet pas d’appréhender les quantités et propose une représentation « non naturelle » (dans une grille).

Cette quatrième carte est la plus compliquée d’un point de vue méthodologique même si son aspect est très simple et facilement lisible. Elle a été réalisée par la méthode des potentiels (selon Stewart), méthode qui consiste à calculer en tout point de l’espace, le nombre de personnes mortes ou disparues dans un voisinage donné définit selon une fonction d’interaction décroissante (ce qui est proche est plus fortement pris en compte que ce qui est loin). Compliqué… Pour plus de détails, je vous renvoie à la bibliographie consacrée [voir]. Comme précédemment, cette carte permet d’identifier les zones les plus dangereuses et propose organisation géographique lisible, facilement compréhensible. Notons aussi que l’originalité de cette carte réside également dans l’utilisation de la méthode d’ombrage « Tanaka », qui donne cet effet de relief [voir]. Seul inconvénient, les valeurs issues de ce type de méthode sont difficiles à interpréter.

Cette cinquième carte reprend la méthodologie précédente mais effectue une inversion des valeurs pour transformer les « bosses » en « creux ». Avec une palette de couleur adaptée, la mer Méditerranée se transforme en un vaste tourbillon dans lequel les migrants disparaissent. Une sorte de métaphore cartographique qui nous rappelle explicitement les naufrages.

Enfin, cette sixième carte, qui utilise la méthode de Dorling [voir], présente un double avantage. Elle permet à la fois d’identifier le nombre de morts et de disparus dans chaque naufrage et de montrer l’ampleur du phénomène pour chaque route migratoire. Ici, aucun cercle n’est superposé. On les voit tous. Le seul inconvénient, car il y en a toujours, est que la localisation géographique des naufrages n’est pas respectée.

Quelle carte choisir ?

Aucune carte n’est efficace à 100%. Chaque carte a ses forces et ses faiblesses. Toute carte montre un aspect d’un phénomène géographique. Elle met en exergue certains éléments et en dissimule d’autres. Avantages vs inconvénients. La bonne carte, c’est donc celle qui permet de répondre aux questions que l’on se pose. Ou celle qui montre le mieux possible ce que l’on désire montrer ou communiquer. Bref, le choix de la bonne carte dépend toujours de l’objectif qu’on lui assigne. Elle dépend de l’intention du cartographe, du contexte de publication, du public, etc. Car n’oublions pas que faire une carte, c’est produire un discours graphique. Faire une carte c’est réaliser une image simplifiée et codifiée de l’espace géographique qui résulte de l’acte créateur et des choix de son auteur [voir]. En d’autres termes, faire une carte c’est raconter quelque chose sur un territoire donné. Il n’y a pas de lien direct et mécanique entre les données et l’image cartographique produite. La richesse du langage cartographique permet en réalite bien des nuances. La seule limite est notre imagination…

 

Which is the Better Map?

Comrades cartographers, I propose in this new post a small discussion about cartographic multi-representation, applied to the geography of dead and missing migrants in the Mediterranean from 2014 to 2019. This post is a continuation of the communication made with Timothée Giraud [see] at the 29th International Cartographic Conference [see]. If you are interested in the methodological aspects, the paper [see], the slides [see] and the source codes [see] are already available online.

Mapping the Dead in the Mediterranean

The first map of dead and missing migrants at the borders of the European Union was designed and drawn by the geographer Olivier Clochard (Migrinter) and published in 2002 in les cahiers d’Outre-Mer. The principle of this map was easy. It combined quantitative data (the number of dead and missing migrants represented by the surface of the circles) and qualitative data (the cause of death represented by color). It was the first time this topic had been mapped. In 2003, this map was redrawn, “recreated” from up-to-date data, by geographer Philippe Rekacewicz (Visionscarto) for publication in Le Monde diplomatique, which gave it a considerable impact [see]. Then, always based on the same principles, the map was updated several times by the cartographers of the Migreurop network [see]. Many other static, interactive, artistic maps were also produced. The idea here is not to be exhaustive.

Here, we propose new representations based on IOM data. The 6 representations below are based on exactly the same data. I therefore invite you now to analyse and question them.

This first map is a very classical symbolization. Each circle corresponds to a shipwreck of a migrant boat. The area of the circles corresponds to the number of people who have died or were reported missing since 1 January 2014. This map allows us to identify the most deadly places for migrants. Gibraltar, the Aegean Sea, the Libyan coast. But it has a big disadvantage: there are many overlapping symbols. A lot of information is hidden.

This second map provides an aggregation of data according to the location of the shipwrecks. By limiting the number of circles, the aggregation method (a cluster analysis based on the geographical coordinates) can be used to show the importance of the phenomenon for each migration route. More than 13,600 people died in 5 years between Libya and Italy. But the map no longer shows the number of shipwrecks, their location and their gravity.

This third map is built by aggregation on a regular grid. As a result, it allows to identify the most dangerous areas. In 5 years, there have been more than 25 deaths per km² off the Libyan coast. From a political point of view, this map is useful. It highlights the need for rescue operations in Libyan territorial waters. The only disadvantage of this type of map is that it does not allow quantities to be apprehended and provides an “unnatural” representation (in a regular grid).

This fourth map is the most complicated from a methodological point of view, even if its appearance looks very simple and easily readable. It was realized by the method of potentials (according to Stewart), a method that consists in calculating at any point in space, the number of dead or missing persons in a given neighborhood defined according to a decreasing interaction function (what is close is more strongly taken into account than what is far). Complex… For more details, I can refer you to the dedicated bibliography [see]. As before, this map makes it possible to identify the most dangerous areas and provides a readable, easily understandable geographical organization. It should also be noted that the originality of this map also lies in the use of the “Tanaka” shading method, which gives this relief aspect [see]. The only drawback is that the values derived from this type of method are difficult to interpret.

This fifth map follows the previous methodology but inverts the values to transform the “bumps” into “hollows”. With an appropriate color palette, the Mediterranean Sea is transformed into a vast whirlpool in which migrants disappear. A kind of cartographic metaphor that explicitly reminds us of shipwrecks.

Lastly, this sixth map, based on the Dorling method [see], has a double advantage. It allows both to identify the number of deaths and missing persons in each shipwreck and to show the extent of the phenomenon for each migration route. Here, no circles are overlaid. We can see them all. The only disadvantage, because there are always some, is that the geographical location of the shipwrecks is not maintained.

Which map to choose?

No map is 100% successful. Each map has its strengths and weaknesses. Actually, any map shows an aspect of a geographical phenomenon. It highlights some elements and hides others. Advantages vs. disadvantages. The right map is therefore the one that answers the questions we ask ourselves. Or the one that most accurately shows what you want to show or communicate. In short, the choice of the right map always depends on the objective assigned to it. It depends on the intention of the cartographer, the context of publication, the audience, etc. Because we have to remember that making a map is always producing a visual discourse. To make a map is to create a simplified and codified image of a geographical territory that results from the creative act and the choices of its author [see]. In other words, making a map is telling something about a given territory. There is no direct and mechanical link between the data and the map image produced. The richness of the cartographic language allows many nuances and subtleties. The only limit is our imagination….

 

 


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. UC1 dit :

    Et la première carte avec une transparence (ex : 30 % ou moins) appliquée à chaque disque ? Cela permettrait de conserver la position exacte et la superposition de objet permet de mettre en évidence les zones les plus denses…

  1. 30/07/2019

    […] Quelle est la bonne carte ? Camarades cartographes, je vous propose dans ce nouveau billet une petite réflexion sur la multi-représentation cartographique, appliquée à la géographie des migrants morts et portés disparus en Méditerranée. Ce billet fait suite à la communication effectuée avec Timothée Giraud [voir] à la 29e conférence internationale de cartographie qui s’est tenue à Tokyo du 15 au 20 juillet dernier [voir]. Si l’aspect méthodologique vous intéresse, le papier [voir], les slides [voir] et les codes sources [voir] sont dores et déjà en ligne. […]

  2. 01/08/2019

    […] Quelle est la bonne carte ? Camarades cartographes, je vous propose dans ce nouveau billet une petite réflexion sur la multi-représentation cartographique, appliquée à la géographie des migrants morts et portés disparus en Méditerranée. Ce billet fait suite à la communication effectuée avec Timothée Giraud [voir] à la 29e conférence internationale de cartographie qui s’est tenue à Tokyo du 15 au 20 juillet dernier [voir]. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.