[Book] Terra Forma – manuel de cartographie potentielle

TERRA FORMA – MANUEL DE CARTOGRAPHIES POTENTIELLES est un ouvrage de Frédérique Aït-Touati (chercheuse au CNRS, historienne des sciences et metteure en scène), Alexandra Arènes et Axelle Grégoire (architectes) publié en avril 2019 dans la collection Cartographie des Editions B-42.

Ce manuel est issu de Zone critique, un projet de recherche création interdisciplinaire pour explorer les modalités de production ou de transmission de connaissance par les arts, ici en particulier graphiques.

L’ouvrage présente en effet de nombreux graphiques dont on perçoit bien la composante exploratoire et expérimentale. Cette réflexion sur le dessin de territoires est en effet mise au service d’une revisite (ré-exploration ?) d’une pratique de représentation graphique conceptuelle du monde qui se veut résolument nouvelle. Il faut dire que l’objectif des autrices est ambitieux, celui de réaliser “un atlas d’un nouveau genre” fondé sur une esthétique (un design ?) du graphique et sur la graphique (au sens de Jacques Bertin).

L’intérêt étant porté ici sur un graphisme “cartographique”, l’ouvrage intéresse directement l’expression visuelle de ce langage. Il conduit à une modélisation graphique classique qui passe par le dessin de formes signifiantes, réalisées à partir de symboles élémentaires structurants qui sont à leur tour mobilisés pour former un ensemble cohérent décrivant, par leurs interrelations respectives, un état, une situation, processus ou un phénomène donné ; leur mise en œuvre technique est également proposée.

Cette formalisation graphique apparaît très riche. Elle s’inscrit dans le contexte d’une analyse géographique opérationnelle, orientée aménagement de territoires pratiqués, vécus, rêvés,  appréhendés selon une perspective graphique artistique, donc, mais aussi critique, politique.

L’ouvrage est composé de sept chapitres qui concernent : le sol, le point de vie, les paysages vivants, les frontières, l’espace-temps, les (re)sources et les mémoire(s).

Tous correspondent à autant de points de vue sur le monde narrés graphiquement pour en produire autant de visions différentes, comme incarnées et toujours situées. Un intérêt particulier est apporté par exemple à la notion de focale – que je trouve personnellement toujours très intéressante à explorer tant elle va pouvoir faire varier l’image produite. Ici, les points de vue sont innovants en ce sens qu’ils sont ” […] par les profondeurs, par les mouvements, par le point de vie, par les périphéries, par le pouls, par les creux, par les disparitions et les ruines […] “, ils ne sont pas orthogonaux, horizontaux, obliques comme dans les approches cartographiques plus traditionnelles. La possibilité est ainsi donnée d’entrer dans l’image par différents endroits et de cheminer dans le dessin, comme pour mieux se l’approprier.

Si tous les chapitres méritent l’attention, on notera en particulier la nouvelle sténographie proposée dans le chapitre Espace-temps, à savoir “[…] un système de notation qui permet de décrire de manière simultanée l’espace et le temps pour y naviguer ou pour y faire projet. Ces signes regroupés par famille conjuguent l’empreinte spatiale avec la durée et la fréquence […]” pour un renouvellement de ce “bagage sémiologique“. Les graphiques qui en résultent tranchent avec l’existant (les manières de représenter l’articulation des composantes temporelles et spatiales), ils sont pour certains vraiment fascinants. Ils autorisent plusieurs niveaux de lecture des spatio temporalités symbolisées – au format statique – , à un moment donné (approche transversale) ou sur une période pour figurer le changement l’évolution (approche transversale) … sachant que la mise en œuvre graphique peut toujours être décomposée ou visualisée dans son ensemble.

Au final, un bel ouvrage sur la modélisation graphique de processus sociaux qu’il est possible de feuilleter sur le site de l’éditeur, à l’adresse suivante : https://editions-b42.com/produit/terra-forma/

Voir également le site du projet de recherche création Zone critique

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.