[Book] This is not an atlas

This is not an atlas. Si Ceci n’est pas un atlas, c’est en tous cas un très bel ouvrage proposant une quarantaine de documents au format papier et pdf en open access participant de la contre-cartographie. Il a été élaboré par le kollektiv orangotango, un réseau de géographes critiques et activistes sur des questions de (luttes de) territoires, de pouvoir et de résistance préfigurant la mise en place d’alternatives sociales, notamment via des processus d’émancipation par le bas.

This is not an atlas est en fait un recueil de « cartes », plus précisément de représentations visuelles de territoires – toutes ne sont pas des cartes, mais c’est un point délicat que je préfère éluder dans l’immédiat – non conventionnelles et classiques pour une bonne partie d’entre elles. D’après le kollektiv orangotango, il ne s’agit donc pas d’un atlas même s’il utilise le terme de carte pour qualifier les images proposées – le terme atlas n’étant pas à prendre au sens historique du terme, si on peut dire.

Les projets (ou documents) mis en avant n’ont en effet pas pour vocation de restituer, sous une forme cartographique formalisée, une forme d’occupation (visible ou invisible) d’une portion de surface terrestre, élaborée dans un contexte opérationnel. L’ambition ne semble pas tant dans la production d’une connaissance exhaustive de faits « objectifs » sur un territoire que dans l’illustration de l’accompagnement (sous la forme d’ateliers, etc.) de changements sociaux résultant de luttes pour plus de justice. C’est pourquoi l’ouvrage ne propose pas de cartes, géographiques, présentée à des fins de comparaison, d’information scientifique ou de communication, mais plutôt à des fins d’activisme.

L’objectif de cet ensemble semble plutôt de rassembler des documents, uniques, monographiques, portant sur différentes zones et, donc, forcément non comparables puisqu’ils sont hétéroclites. Aussi et surtout de montrer comment des représentations de territoires sont pensées, discutées, fabriquées pour, voire en coproduction avec, des populations.

Son élaboration s’inscrit en effet dans un contexte de recherche géographique critique, mêlant des considérations artistiques à des objectifs pédagogiques, d’éducation.

Ce qui est vraiment intéressant – pour qui n’y est pas familier – est de voir comme la réflexion à l’origine des projets présentés, souvent collective, prend corps dans un contexte de lutte politique et implique des populations diverses qui vont ainsi pouvoir s’emparer de l’outil « cartographie » pour proposer (co construire) leur propre vision de leur territoire, celui où ils vivent – en s’appuyant sur des matériaux divers … en réponse à différents objectifs pouvant être scientifiques.

Le sommaire de l’ouvrage est en effet révélateur de la richesse que ce genre de pratiques de contre-cartographie peut produire. Les huit sections présentant des titres évocateurs, comme une tentative d’illustrer autant de facettes de la contre-cartographie. Elle est ainsi vue comme un outil d’action, de renforcement de la pression politique, d’éducation, de cartographie occasionnelle, de visibilisation, de subjectivité spatiale, d’auto-réflexion et de critique (consulter le sommaire ici).

L’ouvrage a été élaboré par des (géo)cartographes critiques, engagé.e.s et souvent activistes.  Une marque de fabrique des représentations qui en découlent, qui m’apparaissent toutes subjectives. On pourrait aller jusqu’à dire qu’il s’agit « d’auto-biographies graphiques » pour citer Brian Harley tant elles parlent [de mon point de vue] de leurs concepteurs-réalisateurs, certain.e.s productions étant d’ailleurs facilement reconnaissables.

La conclusion « qui n’en est pas une » précise que cet ouvrage s’inscrit dans la lignée de travaux déjà anciens de cartographie radicale (Mogel & Bhagat, 2007), en particulier ceux qui sont contre l’idée selon laquelle ces contre-cartographies seraient ou parleraient d’elles-mêmes. D’après le collectif, les « cartes » proposées sont considérées comme un outil pratique de documentation pour une analyse, une modalité d’accompagnement émancipateur de changements sociaux à l’œuvre qui est observé dans différents endroits du monde, à différentes échelles, locales et mondiales.

C’est pourquoi ces [contre] « cartes » sont considérées [par le collectif] comme participant d’un “mouvement fluide dont la tactique va de la création artistique à l’action directe en passant par l’élaboration de politiques. Ce travail lent, cumulatif et constant à plusieurs échelles d’action est ce qui crée le changement social ” (Mogel et Bhagat, 2007 : 12).

Ce mouvement étant en cours, l’ouvrage se termine par une belle discussion réflexive proposée par les différents auteurs et autrices sollicité.e.s qui posent ou répondent à certaines questions, font part de leurs doutes, etc.

 

 

-> Consulter les “cartes” dans la version numérique de l’ouvrage.

-> Consulter le blog qui accompagne l’ouvrage :

 


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/07/2019

    […] au Carnet NEOCARTOgraphique pour cette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.