Atlas des migrants en Europe (English version)

Camarades cartographes, le réseau Migreurop est heureux de vous annoncer la parution de la version anglaise de l’Atlas des migrants en Europe aux éditions Routledge [voir]. Tout comme la version française, ce livre parle des hommes, femmes et enfants qui fuient la guerre, la pauvreté ou les crises politiques, risquant leur vie pour trouver refuge en Europe. Et parce que, comme l’écrivait Georges Orwell, “à une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire”, ce livre énonce, chiffres et cartes à l’appui, un certain nombre de vérités. Les réalités de l’enfermement en Europe (dont la France détient le triste record [voir]), la sous-traitance de la frontière, son externalisation, la surveillance militaro-policière, les morts et portés disparus à nos frontières, etc. Mais au delà de l’énonciation des faits, le livre vise aussi à déconstruire un certain nombre d’idées reçues comme le fait qu’il y aurait eu une crise migratoire en Europe en 2015 alors que tout montre qu’il s’agissait en réalité d’une crise de l’accueil. Ou encore, de montrer que l’hécatombe humaine en méditerranée n’est pas le fruit de la fatalité mais directement lié aux politiques migratoires menées par les pays européens.

Ancré de la champ de la géographie critique, le but de cet atlas collectif (près de 100 personnes y ont participé), n’est pas seulement de décrire la géographie des migrations ni de simplement décortiquer les politiques migratoires, c’est aussi d’aider à faire bouger les lignes, à changer la façon dont nous voyons les autres. En effet, si ce livre est principalement l’oeuvre de scientifiques de plusieurs disciplines et issu d’un travail rigoureux de recherche qualitative et quantitative, ce n’est pas pour autant un ouvrage neutre et purement descriptif. Il s’agit d’un ouvrage engagé, fruit d’un collectif qui prône la liberté de circulation et la fin de l’enfermement des migrants. D’ailleurs, la dimension subjective des cartes, dont il est souvent question sur ce blog, est également discutée dans cet Atlas à travers deux chapitres. Le premier, intitulé “interroger les cartes : raisons et affects”, traite de la rhétorique des images cartographiques et des discours qu’elles véhiculent. Le second, “contrefaçons cartographiques”, montre à travers l’exemple des migrants syriens, comment il est facilement possible de mentir avec les cartes. Bref, si ce livre contient beaucoup de cartes et d’infographies, il met aussi en garde de lecteur sur leur utilisation, et cherche à éveiller son esprit critique. En d’autres termes, il l’invite à se méfier des cartes et non des migrants. Cet Atlas c’est le pari du savoir et de l’intelligence collective contre des idées reçues bien souvent fantasmées. Car la géographie, ça ne sert pas seulement à faire la guerre…


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.