Une carte de l’anti-relief démographique Haut-Alpin

Amoureux et arpenteur régulier des Hautes-Alpes, j’avais depuis longue date dans un coin de la tête la réalisation d’une carte qui déconstruit les perceptions usuelles de la topographie alpine. L’idée m’est alors venue de considérer des données fines de population, qui se concentre naturellement dans les vallées alpines et de réfléchir à l’utilisation de procédés de représentations cartographiques peu courants pour réaliser une représentation graphique originale de cet espace alpin. Le territoire des Hautes-Alpes se démarque des autres départements français tout d’abord par sa faible population (4ème département le moins peuplé de France après la Lozère, la Corse-du-Sud et la Lozère) ; mais aussi par ses caractéristiques montagneuses : avec 938 mètres, c’est  le département dont l’altitude moyenne de résidence de la population est le plus élevé en France.

Cette carte originale a été réalisée grâce aux données de population fournies par l’INSEE pour six départements alpins à une résolution géographique fine (grille de 200m) et le package R linemap. Les fonctions de ce package permettent facilement d’agréger des données vectorielles d’entrée dans une grille régulière d’une résolution spatiale donnée (ici 1500 m) à de réaliser des cartes composées de lignes dont la hauteur dépend d’une variable quantitative de stock.

Les éléments d’habillage sont aussi importants pour pouvoir se repérer sur cette représentation cartographique peu usuelle. Les parcs naturels et nationaux (source : IPNP) ont ainsi été rajoutés et représentés selon un style « griffonné ». Technique graphique rendue possible grâce à la fonction GetPencilLayer du package R cartography. Les cours d’eau principaux (source : Sandre), les limites départementales (source : IGN) et des labels ont aussi été ajoutés afin que le lecteur puisse plus facilement se situer sur la carte.

Cette représentation graphique donne ainsi à voir la répartition de la population dans les Hautes-Alpes et ses départements voisins. Les pics démographiques haut-alpins se concentrent dans la vallée de la Durance (Briançon, Guillestre, Embrun). Gap la préfecture et son agglomération dominant malgré tout du haut de son pic démographique. Les pics haut-alpins sont bien isolés : entourés de plaines démographiques protégées (Écrins, Queyras, Baronnies, Vercors), les foyers de population voisins, de taille modeste (Barcelonette, La Mure, Sisteron, Nyons) sont tous situés à plusieurs dizaines de kilomètres des limites du département.

On remarque néanmoins au nord-ouest poindre le massif démographique grenoblois et ses collines Valentinoise, elles situées un peu plus à l’ouest. Briançon et Gap ne sont situés en effet « qu’à 2 heures » de voiture de Grenoble.

Malheureusement, les belles pentes qu’offrent ces pics démographiques ne sont jusqu’à preuve du contraire pas skiables.

Les données et le code qui ont permis de réaliser cette carte, utilisant les fonctionnalités de base des packages sf, cartography et linemap sont disponibles ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.