Pas de stocks en aplat !

Camarades cartographes, vous qui connaissez sur le bout des doigts la sémiologie graphique de Jacques Bertin, vous le savez pertinemment, la seule variable visuelle permettant de retranscrire visuellement des données quantitatives absolues est la variable visuelle Taille. En d’autres termes, s’il ne fallait retenir qu’une règle et une seule, elle s’énoncerait un peu caricaturalement de la façon suivante : Pas de stocks en aplat. Simple. Basique.

Ce principe est d’ailleurs unanimement admis. Tous les cartographes utilisent cette règle de base de façon stricte, tous les étudiants en géographie l’apprennent et se font taper sur les doigts s’ils y dérogent. En définitive, rares sont les MapFails, les FakeViz, les Cartox, c’est à dire les cartes qui n’appliquent à ce principe simple. Pas de stocks en aplat, c’est le B.A.BA de la cartographie pour les données quantitatives.

Mais la raison de cette règle est-elle vraiment comprise ? Que se passerait-il vraiment si on cartographiait des données quantitatives absolues avec des aplats de couleurs ? La carte serait-elle fausse ? Pour y voir plus clair, voici deux cartes sur la population des communes françaises réalisées rapidement avec le logiciel en ligne Magrit [voir].

Et si on essayait les stocks en aplat ?

Voici une carte de la population (nombre d’habitants = donnée quantitative absolue) à l’échelle des communes françaises représentée sous forme de carte choroplèthe. Ici, la variable visuelle utilisée est la valeur (dégradé de rouge). Question : cette carte est-elle fausse ? Non, cette carte n’est pas fausse. Mais…

Carte 1 : Des stocks en aplat, une bonne idée ?

Mais, elle ne permet pas de retranscrire toutes les relations contenues dans les données quantitatives absolues qui, je le rappelle, sont les suivantes : association, sélection, ordre et proportion.

Sur cette carte, on peut distinguer les communes qui sont dans des classes de population différentes (sélection) et associer 2 communes qui se situent dans la même classe (association). De plus, on peut également repérer ou sont les communes les plus peuplées et les communes les moins peuplées (ordre). Par contre, du fait de la sémiologie graphique utilisée, la carte ne permet pas de rendre compte des quantités (ou proportions). Cela, seule la variable visuelle Taille permet de le faire. Cette carte n’est donc pas fausse, mais elle n’exploite pas la totalité des relations contenues dans les données quantitatives absolues. Elle est donc sous opérante. En résumé, on peut mieux faire…

Passons aux symboles proportionnels

Reproduisons la carte avec avec l’utilisation de figurés proportionnels (variable visuelle Taille).

Carte 2 : Une image pertinente de l’espace géographique

La différence avec la carte précédente est flagrante. Ici, les surfaces des cercles sont toutes différentes. Certains sont très gros, et d’autres très petits, presque imperceptibles. Sur cette carte, la surface de chaque cercle est directement proportionnelle au nombre d’habitant. C’est cela l’expression graphique de la relation de proportion. Et de ce fait, une organisation géographique se dégage nettement. Les grandes villes jaillissent et sautent aux yeux, tout autant que les espaces vides peu densément peuplés. Grace à un bonne usage de la sémiologie graphique adapté aux données représentées, nous avons sous les yeux une image pertinente de l’espace géographique français. Une carte éloquente qui raconte correctement le territoire.

Que retenir ?

En résumé, la sémiologie graphique, ce n’est rien d’autre que du pragmatisme. Faire une bonne carte, c’est se demander comment exploiter au mieux les données, les rendre visibles efficacement pour simplifier le plus possible la vie du lecteur de carte sans l’induire en erreur. Donc si vous pouviez éviter les stocks en aplat, ca rendrait un grand service à tout le monde et ca permettrait à vos cartes de révéler le territoire… A bon entendeur 😉


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/02/2019

    […] Pas de stocks en aplat ! Camarades cartographes, vous qui connaissez sur le bout des doigts la sémiologie graphique de Jacques Bertin, vous le savez pertinemment, la seule variable visuelle permettant de retranscrire visuellement des données quantitatives absolues est la variable visuelle Taille. En d’autres termes, s’il ne fallait retenir qu’une règle et une seule, elle s’énoncerait un peu caricaturalement de la façon suivante : Pas de stocks en aplat. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.