Une carte exemplaire : la carte murale Equal-Earth

Sources et ressources :

La carte est disponible en ligne, au format image JPEG mais aussi Adobe Illustrator vectoriel, selon trois centrages sur les méridiens 0°, 90°W et 150°E. Son utilisation est libre, elle a été placée dans le domaine public par son auteur, Tom Patterson (du service cartographique des parcs nationaux des USA).

La projection Equal-Earth a été mise au point à partir de la projection Robinson par Bojan Šavrič, Bernhard Jenny et Tom Patterson en 2018.

Les données utilisées proviennent essentiellement du projet Natural Earth, une compilation de données mondiales libres. 

Introduction

L’objet de ce post est de présenter la carte en elle-même, mais aussi et surtout de focaliser l’attention sur quelques techniques de cartographie, de dessin cartographique, qui rendent cette carte plus agréable à lire et globalement plus esthétique.

Il s’agit ici, en effet, d’une carte dite « murale », c’est à dire destinée à être imprimée en grand format pour être affichée, pour servir de référence accessible. Sa thématique est la description « politique » du globe, la présentation des frontières (dont celles disputées), ainsi qu’un grand nombre de toponymes.

L’originalité de cette production tient avant tout dans la qualité du travail fourni, dans un contexte de totale liberté : la carte est librement réutilisable (pas de licence, de droits pour la réutilisation), mais aussi modifiable, les données sont fournies et aisément adaptables avec un logiciel de dessin (InkScape pour rester dans le cadre du libre, par exemple).

On va détailler quelques remarques à propos du fond, du contenu de cette carte, puis s’intéresser plus longuement à la forme, la façon dont sont dessinés certains éléments.

Le fond : classique mais différents éléments apportent de la profondeur

L’information principale de la carte est naturellement la délimitation politique des pays. Sur ce point, les frontières sont tirées des données Natural Earth et de la carte politique de la CIA, ce qui produit une vision géopolitique parfois assez américaine : la Crimée est neutre, Taiwan est chinois, l’Irak est unifié, etc.

La représentation simplifiée du relief, via un ombrage délicat, apporte une certaine rugosité aux régions continentales, qui agit nettement pour renforcer la vraisemblance, le réalisme de la carte. Ainsi, la région du nord de la Cordillère des Andes est bien plus conforme à la réalité.

L’Équateur avec ou sans les Andes

De façon moins visible, certains éléments géographiques représentés sur cette carte sont à relever :
– les régions polaires couvertes de glaciers permanents (du moins, on l’espère) sont munies d’un aplat blanc évocateur ; 
– les principales banquises sont dessinées, avec un bleu clair intermédiaire entre le blanc du glacier et le bleu de l’océan ;

Avec ou sans les banquises en Antarctique

– de toutes petites îles et certains récifs sont représentés, on suppose que leur rôle géopolitique le justifie (grande barrière de corail, îles Spratley ou Paracels.

Mer de Chine du Sud :  des archipels d’importance stratégique

Du point de vue des toponymes, la carte se caractérise par une très grande quantité d’informations :
– nombreuses villes, en plus des capitales ;
– des sommets montagneux en quantité (cf. le Chimborazo sur l’illustration des Andes) ;
– les principales chaînes de montagnes sont nommées ;
– les hydronymes ne sont pas de reste (fleuves, grands lacs mais aussi golfes, détroits et mers) ;
– des variantes ou traductions de certains noms de lieux sont fournies (Mumbai / Bombay, Rub’ Al Khali / Empty Quarter, Lac Nyasa / Malawi, etc.).

Ces toponymes sont généralement ceux utilisés localement, avec une translittération dans l’alphabet latin si besoin et l’utilisation d’accents, (à la différence de certaines cartes américaines). Cependant, quelques fleuves gardent leur appellation anglais, comme le Rhin (une traduction en français de la carte serait bienvenue, si cela tente les collègues…).

Les Antilles sont détaillées

On peut noter aussi la présence de nombreuses informations sur les liens géopolitiques entre métropoles et territoires distants : chaque île ou enclave est liée à son pays par une mention très lisible, ce qui produit des effets de « remplissage » évidents, notamment dans l’Atlantique nord avec l’étiquetage extensif des Antilles (ci-dessus).

En ne gardant que les libellés, le monde est reconnaissable.

L’impression générale donnée par la représentation de ces différentes informations est celle d’un globe connu, exploré dans son intégralité et muni de repères réguliers, même dans les océans et les déserts, plein, en somme. On va voir que plusieurs techniques graphiques vont renforcer cette impression.

La forme : les astuces visuelles du cartographe

Les techniques de représentations utilisées dans la carte Equal Earth sont nombreuses, parfois assez subtiles, et toujours efficaces. La description de celles qui ont été détectées dans le fichier source vectoriel peut s’avérer pédagogique et éclairer la production de cartes « politiques » en général.

Le choix de représentation qui est peut-être le plus évident consiste à mettre en avant l’information principale de la carte, les frontières, par l’utilisation d’un dégradé à leur approche. Ainsi, l’intérieur des pays est clair et se fonce autour des frontières par un dégradé, un renforcement de la couleur du pays (conformément à la tradition des cartes politiques, les pays sont différenciés par des teintes variées, peu intenses, désaturées). Ce dégradé aux frontières est réalisé via un « effet spécial » de dessin : une lueur interne. Ainsi, la teinte de chaque pays se voit éclaircie à partir des frontières par une lueur blanche, transparente. Par ailleurs, les frontières sont marquées par un trait gris épais, qui se voit superposé des éventuelles rivières ou lacs en bleu plus fin. Le trait de côte est, de même, bleu et fin.

Différentes épaisseurs et couleurs pour les limites de pays et traits de côte

Du côté maritime du trait de côte, de même, un dégradé réalisé avec le même effet de lueur interne permet de mettre en valeur les côtes et de faire ressortir, par contraste, les îles et continents. Le dégradé est ici plus long (0,3 pouces au lieu de 0,07) et effectué en mode de superposition « normal » (au lieu de multiplicatif pour les frontières), cf. ci-dessous.

Les côtes avant ou sans le dégradé dans la Mer du Nord

D’autres astuces graphiques, plus subtiles, ajoutent un peu plus de réalisme à la carte. Ainsi, les fleuves présentent une épaisseur croissante, pour évoquer leur cours qui va en s’élargissant, ce qui correspond à une exagération importante à cette échelle. Cf. le Gange ci-dessous.

Les fleuves voient leur cours s’élargir progressivement

Une série de modifications graphiques vise à améliorer la lisibilité des nombreux libellés de texte de la carte. Très souvent, en effet, un libellé va venir se superposer avec des frontières, des fleuves ou un trait de côte, ce qui va rendre le contour de ses lettres moins distinct. En cartographie d’édition, on corrige ce problème par la réalisation de réserves, des zones tampons autour des lettres touchées. Ici, Tom Patterson a parfois été un peu plus loin en supprimant certains traits de côte. 

Suppression de certains traits de côte (ici autour de U.K. et du D de Ireland)
pour améliorer la lisibilité

Enfin, à l’échelle de la carte entière, une mise en valeur supplémentaire a été réalisée via le graphisme en ajoutant des ombres : sous l’ovale de la carte elle-même et sous le cadre de légende, pour les faire ressortir en relief. L’ombre principale de la carte est même double, ce qui ajoute une profondeur supplémentaire, étagée.

Les ombres de la carte et du cadre de légende

Un monde plein et profond

En conclusion, on peut dire que la lisibilité de cette carte, malgré la grande quantité d’information contenue, ainsi que son attrait visuel, sont assurés par plusieurs techniques de représentation cartographique mises en place avec une grande maîtrise.

Les informations sont présentées, traitées graphiquement, selon leur importance : la hiérarchie visuelle suit et évoque la hiérarchie sémantique. La profondeur de certains traitements (superpositions, transparences, détails graphiques) encourage une lecture progressive, en plus de la quantité et du pouvoir évocateur des lieux géographiques représentés. La sémiologie graphique utilisée est donc efficace.

Seul le titre général de la carte, un simple texte sans fioritures, apparaît quelque peu délaissé, déconnecté de la carte.

Cependant, on peut aussi voir dans cette carte une opération de valorisation et de diffusion de la « nouvelle » projection Equal Earth, des données Natural Earth, du savoir-faire de l’auteur… donc la volonté de réaliser une image sinon spectaculaire, du moins « exemplaire », pédagogique, qui peut servir de démonstration, ce que semble confirmer la volonté affichée d’en faire une carte murale.

Est-ce que cet objectif peut avoir eu une influence sur le contenu de la carte et donc un effet sur les lecteurs ? L’image d’un monde connu, référencé, voir « plein » évoquée précédemment vient à l’esprit, surtout dans une utilisation pédagogique. Les nombreuses îles, leurs différentes appartenances géopolitiques, les contours des archipels, les lignes de repères variées ont un net effet de remplissage, de quadrillage de l’espace vide que constituent normalement les océans. La présence d’informations géophysiques comme les pics montagneux, les pôles magnétiques, l’ombrage du relief, renforcent cette impression. Les traits de côte et les frontières lissés, généralisés, les couleurs pastel, la typographie nette et simple, les bords arrondis de la légende et le relief adoucis, produisent, de même, l’évocation d’une certaine innocuité, d’un calme, qui est loin d’être réaliste dans certaines régions, mais c’est le lot des cartes dites « politiques ».


Laurent Jégou

Enseignant-chercheur en géographie et géomatique, Univ. Toulouse-Jean Jaurès et UMR LISST-Cieu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.