A dans l’ABC de sémiologie

Dans un article peu mentionné en Cartographie, Jacques Bertin présente une classification des variations sémiologiques en typographie, en prenant l’exemple de la lettre A.

L’article intitulé Classification typographique. Voulez-vous jouer avec mon A ? est un court texte d’ailleurs disponible sur Persée (ici), publié en 1980, dans la revue Communication et Langage, par Bertin lui-même. L’auteur y réalise une revue de ses premières propositions (les dits principes de sémiologie). Intéressant.

L’objectif de l’article est, en effet, d’identifier « […] les variables indépendantes, c’est-à-dire toutes autres variations exclues, que l’on peut rencontrer dans la lettre, et, éventuellement, dans le mot […] » en réalisant un inventaire dans une perspective typographique, déjà analysée par ailleurs.

Cette classification prend la forme d’un inventaire des possibilités – de l’époque – de variations typographiques de la lettre A dont l’auteur précise qu’elles auraient pu être réalisées en cartographie (voir Fig. 1).

Fig. 1. Classification typographique et sémiologique (Bertin, 1980)

 

L’auteur présente ensuite chacune des variables rétiniennes mobilisées dans la Fig. 1.. Il distingue notamment une variation de visibilité du symbole en fonction de la variable visuelle utilisée (partie droite de la figure).

Concernant la variable Taille, Bertin indique par exemple que sa variation proportionnelle [de surface de l’unité spatiale de type polygone, applicable pour symboliser des caractères quantitatifs discrets] correspond en typographie à la variation du « corps de la lettre » mais à une nuance près : « l’épaisseur du trait doit être constante ». Surprise ! Et Bertin de poursuivre « La Taille n’est donc pas l’agrandissement photographique, ce que tous les lettristes savent parfaitement, mais ce qui pose le problème de la réduction photographique d’une composition ».

Cette remarque sur la mise en œuvre de la Taille m’évoque deux réflexions.

La première porte sur la différence entre le zoom et le changement d’échelle qui ne sont pas équivalents, comme le savent les cartographes.

La seconde réflexion concerne le cas particulier des flux à savoir, le caractère apparemment paradoxal de la mise en œuvre de la Taille. Sans rentrer dans les détails (références sur demande via les commentaires), il a pu être montré que la Taille n’était pas applicable aux lignes (ou aux bandes) … comme en typographie ! (seules les largeur et hauteur respectives sont mobilisées).

Cela fait donc deux exceptions à la règle ! Hum hum.

Et si [dans le contexte de l’analyse cartographique] l’exception était plutôt la mise en œuvre de la Taille sur des polygones (éventuellement assimilés à des points dont la surface est mesurable) ?

 

Référence mentionnée :

Bertin J. (1980), Classification typographique. Voulez-vous jouer avec mon A ? Revue Communication et Langage, n°45, pp. 70-75. Disponible sur Persée,ici


Billets liés :

– Eviter un #mapfail : Tableau récapitulatif


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.