Qu’est-ce qu’un #mapfail ?

Le blog Cartographie(s) numérique(s), principalement organisé autour d’un collectif d’enseignants en Histoire et Géographie, propose un long billet dédié au cumul de #mapfail dans l’analyse cartographique d’une information sensible, une pratique religieuse.

Le billet de Sylvain Genevois, intitulé La cartographie du monde musulman et ses nombreux « map fails » (ici), est organisé autour d’une carte du géoweb (voir Fig. 1) extraite de l’article D’où viennent les pèlerins de la Mecque ? publié en 2017 dans La Croix. Intéressant.

Fig. 1. Capture écran de la carte intitulée : « CARTE Plus de deux millions de musulmans, venus du monde entier, prennent part au pèlerinage à La Mecque, l’un des cinq piliers de l’islam, qui débute mercredi 30 août en Arabie saoudite ».

L’intérêt du billet réside, d’abord, dans la proposition suivante d’une définition du #mapfail qui désignerait « (…) toutes formes d’oubli, d’erreur ou d’approximation, en général involontaires mais pas obligatoirement, qui détournent le message de la carte. Ces cartes défectueuses ne sont pas propres au Géoweb, mais l’explosion du nombre de cartes sur Internet a rendu le problème particulièrement visible », ce d’autant plus qu’un certain nombre de cartographes s’amusent depuis quelques années maintenant à tagger de #mapfail ces cartes erronées.

Ensuite dans la lecture critique de la cartographie d’une pratique religieuse par différents auteurs, permettant de recenser quelques erreurs et, surtout, leurs répercussions sur la compréhension du phénomène. On apprécie particulièrement la présentation de la carte erronée, ainsi que les variantes sur le sujet proposées qui sont également, hélas, erronées (à l’exception d’une seule).

Au-delà de ces problèmes de sémiologie, le billet accorde une bonne place au lien entre le traitement graphique d’une information sensible, son analyse cartographique, l’interprétation de la vue, en particulier dans le cadre du développement d’Internet qui entraîne la prolifération d’images interactives de tous sortes.

Plus généralement, l’intérêt apparent pour le sujet du #mapfail devrait permettre d’ouvrir la voie vers une première typologie collective d’erreurs qui – à l’heure du Tous cartographes ! – devraient pouvoir être évitées à peu de frais.

Pour consulter le billet de Sylvain Genevois, c’est par ici.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *