Eviter un #mapfail : tableau récapitulatif

Type d’implantation, type de caractère,
type
de variable visuelle

Mots-clés : cartographie statistique, représentation, sémiologie, variables visuelles, variables attributaires (caractères) . #cartostats

Éviter un #mapfail, c’est bien gentil, encore faut-il savoir quelle variable visuelle attribuer à quel type de caractère, en fonction de son implantation (spatiale). Ce billet présente un tableau récapitulatif accessible à tou.te.s.

Christine Zanin et Marie-Laure Tremelo ont proposé, il y a de cela 15 ans, un tableau récapitulatif qui devrait, à mon avis, être placé entre toutes les mains.

Fig. 1. Type d’implantation, type de caractère, type de variable visuelle

Dans les sections suivantes, il ne s’agit pas de présenter toutes les cases de ce tableau, elles seront sûrement reprises dans les différents billets tagués #mapfail. Il s’agit seulement de dire ce à quoi correspondent les différentes rubriques.

Le type d’implantation

Le type d’implantation correspond à l’objet graphique élémentaire qui caractérise le fond de carte, à savoir le support physique (enfin vectoriel) de la représentation. L’implantation est spatiale lorsqu’elle est relative à des objets géographiques – localisés dans un espace géographique -, à des unités spatiales. On distingue traditionnellement trois primitives graphiques élémentaires : le point, la ligne et le polygone qui s’appliquent également à la cartographie (puisque c’est un type de graphique).

M. Goodchild et al. (2007), dans une présentation fort intéressante des aspects conceptuels de la représentation des objets géographiques et de leurs relations, en ajoutent deux autres que sont le volume et l’objet aux limites floues.

Le type de caractère

Le type de données correspond au type de caractère statistique, car c’est bien de cela dont il s’agit. Il est,

  • qualitatif
    • nominal (exemple : le type de culture) ;
    • ordinal (exemple : le rang de classement d’un pays)  ;
  • quantitatif
    • discret (exemple :la population d’un pays, son PIB), il correspond à des effectifs (stocks, masses) ;
    • continu (exemple : la densité de population d’un pays), correspondant à des variables de taux (souvent exprimées en pourcentage) ou de rapport.

Le type de variable visuelle

Il s’agit des fameuses variables rétiniennes formalisées par Jacques Bertin (1967) dans son nom moins fameux ouvrage dédié aux Principes de sémiologie graphique. Bertin propose les six variables visuelles suivantes : la Valeur, la Taille, la Forme, le Grain (Texture-Structure), la Couleur et l’Orientation. La Fig.2 présente son tableau synoptique, que L. Jégou (2014) a récemment redessiné. A noter qu’à ces six variables est ajoutée par certains auteurs, la localisation (X,Y).

Fig. 2. Tableau synoptique des variables visuelles de Jacques Bertin (1967, p. 96)

L’avènement des supports-écran à logiquement conduit à l’extension de cette liste de variables visuelles (aujourd’hui) classiques. Deux directions principales peuvent être mentionnées.

La première consiste à l’extension des possibilités des v.v. classiques. Le cas de la couleur est assez révélateur de nombreux développements. Par exemple, l’introduction de l’opacité de la teinte en 1995 – du canal alpha – permet de nombreux développements y compris dans des directions inattendues, comme dans le cas des flux (voir Bahoken, 2014).

La seconde direction porte sur l’introduction de nouvelles variables, en particulier des variables visuelles dynamiques (par exemple, le clignotement) qui diffèrent des précédentes en ce sens qu’elles vont permettre de représenter les mêmes informations sous une forme non statique – en raison du changement du support -. La variable (classique ou non) sera alors animée ou interactive, dans l’optique d’intégrer le temps ou encore le mouvement (du phénomène) dans la représentation, dans la technologie mise en œuvre pour représenter le phénomène. Différentes typologies de ces nouveaux développements existent dans la littérature.

A noter les travaux du groupe de travail Cartomouv, Cartographie du changement, cartographies en mouvement, en particulier son Labo sémio accessible en ligne ici, proposant « d’explorer les potentialités de l’intégration du déroulement du temps dans une représentation cartographique, en partant de l’animation d’objets graphiques simples et génériquesLire la suite  »

 

Références mentionnées :

Bahoken F. (2014), Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux, in : Actes du Colloque, Rencontres « Enseigner la sémiologie graphique », Revue Cartes et Géomatique du Comité Français de Cartographie, Montpellier, Vol. 222, pp. 109-121. En ligne

Bertin J. (1967), Sémiologie graphique, Les diagrammes – Les réseaux – Les cartes, Editions Gauthier-Villar.

Goodchild M. F., Yuan M., Covas J. T. (2007), Towards a general theory of geographic representation, In : International Journal of Geographic Information Science, vol. 21, n°3, pp. 239-260.

Jegou L. (2004) Une approche esthétique pour l’enseignement de la composition de gradients colorés, in : Actes du Colloque, Rencontres « Enseigner la sémiologie graphique », Revue Cartes et Géomatique du Comité Français de Cartographie, Montpellier, Vol. 222, pp. 139-144. En ligne.

Zanin C., Trémélo M.-H. (2003), Savoir-faire une carte. Aide à la conception et à la réalisation d’une carte thématique univariée, Belin, Coll. Géographie, 200 p.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *