Pour une cartographie honnête

“On se plaint que les images manipulent. Oui, et alors ? Le texte ne manipulait pas ?”
(Jean-Luc Mélenchon, Le choix de l’insoumission, 2016)

Camarades cartographes, pourquoi faisons-nous des cartes puisque elles ne sont pas objectives ? Je pose ici quelques éléments de réflexion. A débattre, évidemment 🙂

Des cartes, pour quoi faire ?

La carte, c’est l’outil du géographe. Le point de départ et le point d’aboutissement du travail en géographie. Car il y a en réalité deux chemins de construction cartographique. Le premier est exploratoire. C’est la visualisation des données sans a priori, pour comprendre un phénomène géographique, se l’approprier, bâtir des hypothèses, les tester, les valider, construire un raisonnement. La carte est alors une méthode d’analyse qui permet, en spatialisant l’information statistique à travers (ou non) des méthodes d’analyses et de modélisation plus ou moins compliquées, d’extraire de l’intelligence d’une somme de données et d’en tirer des conclusions. En d’autres termes, la carte sert “à embrasser de vastes espaces et y lire des distributions qui restent invisibles à ras de terre” (P. Claval, 1995). Mais à la fin du processus exploratoire, une fois que certains faits géographiques ont été dévoilés, la carte change alors de fonction et devient un outil pour expliquer, montrer, donner à voir. On rentre alors dans un processus cartographique démonstratif. C’est le second chemin. Plutôt pédagogique, militant ou scientifique, la carte se construit alors en fonction de l’audience à laquelle elle est destinée : choix des mots, des couleurs, des tracés, etc. Par soucis de clarté, certaines informations sont alors mises en évidence tandis que d’autres sont minimisées ou tout simplement occultées. La construction d’une carte efficace est à ce prix.

Le travail cartographique peut donc se prendre par les deux bouts. Soit dans une démarche exploratoire (cartes de travail, lues par moi), soit dans une démarche démonstrative (cartes d’édition, lues par d’autres). Dans ce second cas de figure, dès lors qu’il s’agit de convaincre, de démontrer ou d’expliquer, la carte ne peut plus être un objet objectif pur, mais incorpore les intentions du cartographe, ses affects, ses valeurs, ses choix, conscients ou inconscients. C’est inéluctable.

Pour une cartographie honnête

La cartographie objective est donc un leurre, car aucune carte ne saurait à elle seule représenter avec neutralité, la réalité du monde sous toutes ses facettes. Faire une carte, c’est toujours sélectionner, choisir, occulter. La carte “déforme la vérité pour aider l’utilisateur à voir ce qu’il a besoin de voir” (M. Monmonier, 1991). “Il n’existe aucune carte complètement adéquate car l’inadéquation est intrinsèque à la cartographie” (N. Goodman, 1972). Tri, hiérarchisation, sélection : il y a toujours une part de subjectivité.

Du coup, la question la plus importante quand on construit une carte, n’est pas de chercher à être objectif, mais plutôt de chercher à la concevoir honnêtement. Et aujourd’hui, à l’heure du numérique, de l’open data, de l’open source, de l’open science, ce travail est plus facile car il est désormais aisé de partager, en même temps que la carte, les données, les sources, les programmes, etc. Bref, livrer aux potentiels contradicteurs, tous les éléments inhérents à la construction de la carte, leur donnant la possibilité de réaliser une contre proposition. Car quand on réalise une carte, même lorsque on travaille en toute bonne foi (ce qui est évidemment indispensable), on a le droit de choisir un angle d’attaque, un point de vue particulier, un parti pris. Mais quand on fait cela, il faut accepter de s’exposer à la critique et au débat. Car il y aurait eu probablement mille et une façons de concevoir la carte autrement. Cartographier honnêtement, c’est donc se donner la possibilité d’utiliser entièreté du langage cartographique pour construire des images claires qui livrent un regard particulier (et partiel) sur le monde. Mais c’est faire cela, en jouant carte sur table (transparence sur les sources, données en libre accès, opérations statistiques traçables, etc.), c’est à dire, en offrant aux lecteurs la possibilité de contester ou de valider une proposition cartographique. Bref, « mentir » honnêtement et en toute transparence.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *