Reviewer un #mapfail : Solution envisageable (2/3)

Mots-clés : cartographie statistique, choroplèthe, représentation, sémiologie, grain, texture-structure. #cartostats #semio

————

Bien que « l’Assemblée générale de l’ONU ait condamnée cette tradition mutilante, près de 30 millions de femmes pourraient être concernées dans les trente prochaines années ». Plus d’informations sont disponibles ici.

Ce billet est le second d’une petite série présentant la review d’un #mapfail  sur la carte Épidémiologie des mutilations sexuelles féminines en Afrique, dont le procédé de représentation est incorrect, d’un point de vue sémiologique. Il vient à la suite de celui-ci listant les problèmes de sémiologie identifiés. En effet, vue la nature de l’information statistique à représenter, un caractère quantitatif continu, sa représentation par trois variables visuelles (v.v.) mises en œuvre comme s’il s’agissait d’un caractère qualitatif est, par définition, erronée.

Ce billet présente la principale solution envisageable, avant d’évoquer éventuellement des variantes.

Le choix de la Valeur

Rappelons tout d’abord la légende de la carte que nous examinons dans ce billet (la carte est reproduite sur la Fig. 1bis ci-dessous)

Fig. 2 bis. Légende de la carte d’origine

MSF : Mutilations sexuelles féminines.

Mettre en œuvre trois variables rétiniennes pour représenter un seul caractère est déjà, en soi, un problème. Le second problème est que le caractère en question est de type quantitatif continu (Part des MFS en %). La mise en œuvre des variables visuelles Couleur, Orientation, Grain – Texture-Structure est donc par définition erronée ; ces trois variables s’appliquant à des caractères qualitatifs nominaux, leur propriété est de permettre de différencier et  non d’ordonner les unités spatiales.

Il convient donc d’utiliser une v.v. traduisant l’ordonnancement des classes de valeurs d’intensité des unités spatiales, en l’occurrence la Valeur.

Petit argumentaire

En présence d’un caractère de taux (ou de rapport), il convient de mobiliser la variable visuelle Valeur, en association ou non avec d’autres v.v., pour réaliser une carte correcte sur le plan sémiologique. -> Voir le tableau récapitulatif disponible ici.

La variable numérique (le taux en % de MFS par pays africain) – parce qu’elle est continue – doit être discrétisée pour pouvoir être représentée. Cette discrétisation entraîne le découpage de la série en classes de valeurs d’intensités, définies par des bornes. Pour la représenter, il convient également de segmenter les valeurs d’intensité de la teinte choisie.

Cela va conduire à la réalisation d’aplats présentant une nuance de teinte pour une classe de valeurs. C’est pourquoi la v.v. Valeur ne s’applique qu’aux caractères quantitatif continus.

La variable visuelle Valeur

Représenter des variations (de valeur) d’intensité de noir (en niveaux de gris) ou d’une teinte permet de conserver l’associativité des objets (géo)graphiques, la proximité des unités spatiales, tout en respectant leur différenciation liée à leurs valeurs numériques différentes.

A chaque classe de valeur numérique va ainsi correspondre une intensité de teinte correspondant à une quantité de noir (ou de la teinte) par rapport au blanc (ou à celle du fond).

Trois principales contraintes graphiques sont notables pour la mise en œuvre de la Valeur :

  • le choix du nombre de (k) classes, issues d’une discrétisation des valeurs numériques. Elle résulte théoriquement de l’application de différentes formules (ce n’est pas le sujet ici) ;
  • la longueur théorique illimitée de la v.v. Valeur, alors que le seuil de perception de l’œil humain est limité à 7-8 niveaux / paliers / classes différentes ;
  • le choix de valeurs d’intensité de la teinte pour les classes de valeurs numériques.

Le principe général de mise en œuvre de la v.v. Valeur est présenté sur la Fig 5a).

Fig. 5a). Mise en œuvre de la Valeur en niveaux de gris

Source : D. Poitevin (1999)

La Fig. 5a) présente une légende en 7 postes, du plus clair au plus foncé. Il s’agit d’un nuancier en niveaux de gris (sur 4 colonnes, à partir de la gauche) et de poncifs (la dernière colonne de droite). Les teintes les plus foncées, qui correspondraient aux valeurs les plus fortes, sont placées à la base des barres et inversement pour les plus claires.

Ces différents (p) postes correspondent aux (k) différentes classes de valeur, le critère d’appartenance à une classe étant ici exclusif.

Modification de la légende d’origine (en niveaux de gris)

Pour corriger la carte, il convient donc de modifier sa légende d’origine (voir Fig. 2 ou ici) en substituant la Valeur aux v.v. utilisées.

La montée en intensité de la teinte noire est présentée en niveaux de gris, car les auteurs avait déjà pré-sélectionné le noir. La progression est exprimée en % de CMJN, sur la Fig. 6a). Pour en savoir plus, voir R. Brunet (1987) p. 165.

Fig. 6) Montée en intensité de la teinte en niveaux de gris, de la légende d’origine

La légende d’origine comptait 5 classes, auxquelles nous en avons rajouté une 6e, en blanc, pour décrire les zones de la carte  » Non concernées (N.C.)  » par la mesure et donc par la représentation.

Fig. 1 bis.) Rappel de la carte d’origine (reproduction de l’original)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 7) Proposition d’une version de la carte d’origine en niveaux de gris

7.a) … sur un fond gris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7. b) …. sur un fond blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques modifications ont été apportées sur les versions proposées (Fig 7a et 7b) par rapport à la carte d’origine (Fig. 1bis).

L’échelle cartographique a été rajoutée, sa mention étant indispensable. Les autres modifications, toutes facultatives, sont les suivantes : l’alignement à gauche du titre, l’augmentation du nombre de pays du bassin méditerranéen représentés, le maintien des contours des pays en N.C., l’ajout d’un ombrage, la suppression de la mention  » Combattre l’excision », l’éclaircissement du fond de la planche…

Reste à savoir laquelle de ces deux cartes pourrait convenir pour la communication envisagée…sachant que la carte a été réalisée en couleurs !

Pour rester dans le même esprit, il est possible de la colorer, et de substituer à ces niveaux de gris différentes modalités des v.v. préalablement choisies. Cela revient à combiner la Valeur avec soit la Couleur, soit avec la Texture-Structure avec sans variation d’Orientation.

Ces différentes combinaisons portent à 5-6 l’éventail minimal des possibilités de variantes envisageables de la carte d’origine corrigée (Fig. 7), sachant qu’il en existe bien d’autres !  A suivre … billet (3/3).

Références mentionnées :

Brunet R. (1987), La carte mode d’emploi, Fayard-Reclus, 269 p.

Poitevin D. (1999), La carte, moyen d’action. Guide pratique pour la conception et la réalisation de cartes, Ellipses, 200 p.

Zanin, C., Trémélo, M.-H. (2003), Savoir-faire une carte. Aide à la conception et à la réalisation d’une carte thématique univariée, Belin, Coll. Géographie, 200 p.


Billets liés :

– Eviter un #mapfail : Tableau récapitulatif

– Reviewer un #mapfail : Le.s problème.s (1/3)

– Reviewer un #mapfail : Mosaïque de variantes (3/3)


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Yeah_Dude dit :

    Article très intéressant, un bon exemple d’application des règles de sémiologie. Cependant une remarque : les deux exemples de carte « corrigée » semblent taillés pour une intégration en petites dimensions dans un document à valeur scientifique. Ils ne reprennent pas la dimension « affiche » assumée dans l’exemple original, d’où la modification du format, de l’équilibre entre les formes, et la disparition du slogan « Combattre l’excision », qui est au cœur du message de la carte originale.
    Autrement dit on passe d’un travail (ses défauts mis à part) qui cherche à saisir l’œil du spectateur (couleurs marquantes, titre gras et centré etc) pour faire passer un slogan militant, à un travail scientifiquement correct mais qui a abandonné la mise en scène et a donc changé le propos. Les cartes produites ici informent mieux le public, mais ne le frappent pas ni ne cherchent à faire passer de message. Il aurait été intéressant de garder la dimension communicante du document initial pour montrer comment on pouvait en garder le propos tout en y appliquant une approche plus rigoureuse.

    • Françoise Bahoken dit :

      Bonjour, merci pour votre retour.
      Vous avez tout à fait raison de trouver que la « mise en scène » de cette carte n’est pas respectée, les couleurs d’origine ont été modifiées. C’est le choix de ce billet qui souhaitait focaliser l’attention sur les aspects de sémiologie, d’abord en niveaux de gris avant toute chose.
      C’est pour cela que le dernier paragraphe indique ceci :  » Pour rester dans le même esprit, il est possible de la colorer, et de substituer à ces niveaux de gris différentes modalités des v.v. préalablement choisies. Cela revient à combiner la Valeur avec soit la Couleur, soit (…) « .
      Ainsi, le 3e et dernier billet de cette série va réintroduire la couleur principale de la carte d’origine. Aussi proposer différentes combinaisons des variables visuelles utilisées : valeur + couleur + textures…. les différentes cartes réalisées seront effectivement plus frappantes que celles-ci.
      Je prends note de votre remarque sur mon parti pris de supprimer le slogan « Combattre l’excision ». Je vais donc essayer de le réintroduire.
      Enfin, les documents proposés ne sont a priori pas destinés à être imprimés sur des formats « affiches », d’où leur apparente petite taille. En cas de besoin d’une meilleure résolution, il est possible d’y réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *