Quand les cartes deviennent accueillantes

Camarades cartographes, parfois la carte n’est pas seulement là pour décrire le monde dans lequel nous vivons, mais peut également servir à le rendre plus accueillant. Bienvenue dans l’univers des “Welcome Maps”.

Les « Welcome Maps » sont des cartes interactives réalisées par des associations ou des militants, dans le but de de venir en aide aux réfugiés dans différentes villes en leur apportant des informations utiles. Ou trouver de la nourriture ? Ou prendre une douche ? Ou dormir ? Ou effectuer ses démarches administratives ? Etc. Toutes ces informations sont géolocalisées et accessibles à portée de mains, via une simple interface cartographique. Ces “cartes de bienvenue” sont disponibles dans plusieurs villes en France.

A Paris, une telle carte existe depuis près de deux ans. Créée en avril 2016 sous l’impulsion de Blandine Richard, une étudiante à la Sorbonne (aidée par “Pipof the Who” et “Ronan”), le projet fonctionne de façon collaborative en s’appuyant sur des contributions bénévoles. Le site est réalisé avec Open Street Map (OSM) et Umap (basé sur Django et Leaflet). La carte est disponible en Français, Anglais, Arabe, Farsi et Turc.

A Marseille, le principe est un peu le même. Ou trouver des colis alimentaires, des restos pas chers, ou se soigner, trouver des lieux de rencontre, des écrivains publics, etc ? Ici, la carte a été mise en place par le collectif migrants 13 “El Mamba” qui réunit des personnes “qui sont contre l’idée même de frontières et qui ne sont pas d’accords avec la façon dont l’État Français traite les migrants qui arrivent”. Dans cette démarche militante, l’outil cartographique (réalisé avec cartO) se veut donc un moyen pour “soutenir les personnes qui arrivent sur Marseille qu’elles soient de passage ici ou qu’elles souhaitent s’y installer”.

A Renne, le projet de cartographie interactive est porté par la Maison des Squares avec l’appui de l’association Bienvenue, du CDAD35, de la Cimade, de Langue & Communication, du Réseau Louis Guilloux, du Secours Catholique, du Secours Populaire, du SIAO35 et d’Un toit c’est un droit. Les différentes catégories (apprendre le français, entreposer des bagages, accès à internet, se soigner, toilettes publiques, etc) sont accessibles en cliquant sur “le petit tas de pancakes” 🙂

La carte, réalisée avec Umap, n’est malheureusement disponible qu’en Français pour l’instant (consultation le 26 mars 2018).

A l’échelle de la France, le collectif Sursaut citoyen propose également une carte recensant 1000 initiatives citoyennes de solidarité avec les migrants, sur la page d’accueil de son site web. Cette carte, un peu différente des précédentes, utilise la méthode des “clusters” rendus proportionnels (la surface des cercles est proportionnelle au nombre d’initiatives recensés dans le secteur à une échelle donnée). Sursaut citoyen, qui regroupe des bénévoles et salariés engagés auprès des migrants et réfugiés arrivés en France, propose ainsi une liste d’initiatives classées en différentes catégories : insertion, accompagnement juridique, formation, alimentation, interprétariat, etc. Les données affichées sur la carte ont étés collectées en crowdsourcing par plusieurs bénévoles et salariés du collectif. La carte est réalisée avec Leaflet et OpenStreetMap et est disponible en 5 langues (français, arabe, farsi, espagnol, anglais).

En définitive, si on dit encore souvent que la géographie ça sert d’abord à faire la guerre (Y. Lacoste, 1976), nous pouvons désormais rétorquer que la cartographie, dès lors qu’elle est appréhendée par les citoyens et les militants, se veut tout autant un outil au service de solidarités concrètes en faveur des populations les plus faibles. On progresse, non ?

Sources

PARIS : http://welcomemap.fr/

MARSEILLE : http://welcomemapmarseill.wixsite.com/maps

RENNE : http://www.welcomemaprennes.org/

FRANCE : https://sursaut-citoyen.org/

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *