Le cas du « left-to-die boat »

 

Camarades cartographes, pas de long bla bla aujourd’hui. Je tenais juste à porter à votre connaissance ce magnifique récit cartographique réalisé par Charles Heller et Lorenzo Pezzani en 2014. Ce film raconte en 17 minutes, l’histoire tragique du « left-to-die boat », un bateau pneumatique avec à son bord 72 migrants qui ont quitté la Libye en mars 2011 en direction de l’Europe. Très vite en panne de carburant, le bateau finira par dériver jusqu’à s’échouer à nouveau sur les côte libyenne 14 jours plus tard. Sur 72 passagers, 63 ont perdu la vie, dont 20 femmes et 3 enfants.

Ce qui rend ce récit unique, ce sont les traces. La trace GPS permanent d’appréhender la trajectoire du bateau. Les traces laissées par l’OTAN et ses navires de guerre omniprésents dans la zone depuis le début des émeutes en Libye. Les traces satellitaires montrant la présence de bateaux dans la zone.  Les traces laissées par le téléphone satellite utilisé pour lancer un appel au secours qui ne viendra jamais. Les traces photographiques prises par avion ou depuis un autre bateau. Les traces orales des survivants.

Toutes ces traces sont autant de preuves à charge démontrant une non assistance à personnes en danger. Car bien qu’ayant connaissance de la présence d’hommes, femmes et enfants sur ce bateau à la dérive, les autorités les ont bel et bien laissé mourir. Accablant !

Pour en savoir plus : http://www.forensic-architecture.org/case/left-die-boat

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.