Les réalités relatives de Google Maps

Camarades cartographes, rappelez-vous. Il n’y a pas si longtemps, le pouvoir de faire des cartes topographiques était uniquement l’adage des États, seules organisations taillées pour mettre en œuvre les dispositifs techniques et humains lourds permettant leur construction. Posséder la carte d’un territoire étant un atout stratégique évident, leur production en France, a longtemps été dans les mains du ministère des armées et sous couvert du secret défense. C’est encore le cas dans de nombreux pays à travers le monde. Pour mémoire, ce n’est qu’en 1940, avec la création de l’IGN, que la production cartographique ne dépendra plus directement de ce ministère. Il faut dire que pour un État, être en mesure de dresser des cartes précises est un sacré avantage. Les cartes offrent en effet un pouvoir administratif (permettant par exemple de lever l’impôt), un pouvoir économique et commercial, un pouvoir politique (souveraineté, revendication territoriale) et évidemment un pouvoir militaire. La géographie ça sert d’abord à faire la guerre, écrivait Yves Lacoste en 1976.

Aujourd’hui, la production des cartes topographiques s’est largement démocratisée. De nouveaux acteurs non étatiques sont apparus, à commencer par Google Maps en 2004, le célèbre service de cartographie en ligne du groupe Google, lui même créé 6 ans plus tôt dans la Silicon Valley. Ce transfert (ou partage) de pouvoir cartographique des États vers les multinationales est-il le garant de plus de transparence ? Rien n’est moins sur (voir note 1 en bas de page). Les choix cartographiques de Google Maps s’effectuent d’ailleurs dans une certaine opacité puisque Google travaille avec des algorithmes non transparents. Et que dire de la projection Mercator utilisée qui met en évidence les pays du Nord au détriment des pays du Sud ? Au premier abord, l’objectivité n’est donc pas de mise. Mais allons plus loin…

Les cartes Google nous disent-elles la vérité du monde ?

Croire cela c’est oublier un peu vite que Google est une entreprise commerciale et que, de ce fait, elle n’est pas dénuée d’intérêts. L’objectif premier de Google, c’est d’augmenter son chiffre d’affaire et de conquérir des parts de marchés. Et pour cela, la première chose à faire c’est de surtout ne pas faire de vagues. Ainsi, au lieu de proposer une vision du monde unique qui pourrait déplaire à certaines nations, Google Maps tend plutôt à s’adapter au récit national de chaque pays. Face à chaque conflit transfrontalier et pour chaque frontière disputée, Google ne tranche pas et donne à voir des réalités relatives. Par exemple, si vous êtes en Russie, vous voyez sur Google Maps que la Crimée est russe. Mais si vous êtes dans l’Union européenne, vous voyez qu’elle n’est pas russe. Même chose entre l’Inde et la Chine dont la frontière est l’objet d’une guerre larvée entre les deux pays depuis 1965. Sur la version indienne de Google Maps, c’est bien la frontière telle qu’elle est revendiquée par l’Inde qui apparait. Mais depuis la Chine, c’est la vision chinoise de la frontière qui est dessinée. Habile. La force de Google Maps est donc de montrer une réalité du monde relative, qui dépend de l’endroit où on se connecte. Pour Jean-Christophe Victor cela relève d’une quadruple malhonnêteté : intellectuelle, politique, cartographique et diplomatique. Rien de moins.

Google au service des riches et des puissants

Les cartes de Google sont aussi le reflet de l’intérêt que porte la firme à certains territoires. La cartographie de l’Afrique proposée par Google Maps est par exemple bien moins précise que celle des régions plus riches. Selon Alexandre Léchenet, rédacteur en chef de la revue « Nichons-nous (dans l’Internet) », l’Afrique, est mal cartographiée (en dehors des grandes villes) pour des raisons avant tout commerciales. De ce fait, si les centre villes sont généralement assez précisément représentées, dans certains quartiers pauvres dénués d’intérêts commerciaux, les maisons et les routes ne sont parfois pas du tout cartographiées.

Les militaires demandent également à Google de ne pas afficher certaines informations. Toujours selon Alexandre Léchenet, certaines bases des amis des USA sont floutées ou pixelisées (e.g. le pentagone, les bases de l’OTAN). Par contre, les bases militaires ou les camps de prisonniers en Corée du Nord sont apparemment précisément cartographiés et rendus visibles aux yeux de tous. Partialité cartographique ?

Enfin, quand on est super riche, disparaitre de Google Maps, c’est possible. Selon Bloomberg, si vous tapez l’adresse de Mark Zuckerberg dans Google Maps, le site renvoie directement à la maison voisine, rendant ainsi le domicile du PDG de Facebook complètement indétectable. Certains quartiers sont également totalement invisibles sur Google Street View. C’est le cas par exemple du bien nommé quartier de Los Angeles, « Hidden Hills », où vivent nombre de stars hollywoodienne. Dans ce ghetto doré, l’accès est strictement interdit aux voitures Google qui photographient les rues et les façades des maisons.

Le pouvoir cartographique

Dans un monde globalisé où les firmes multinationales sont devenues plus puissantes que nombre d’États, il n’est pas illogique que le pouvoir cartographique change de main. Mais, qu’elle soit produite par un État sous couvert de secret défense, ou par une firme transnationale à travers l’opacité de ses algorithmes, aucune carte du monde n’est dénuée de choix idéologiques et politiques. Une carte reste toujours une construction et non une représentation objective de la réalité. Et si la solution était de mettre la production cartographique directement dans les mains des citoyens [voir] ?


Note 1 – On peut rappeler aussi, que la technique d’optimisation fiscale du « Dutch sandwich » aurait permis à Google (via le conglomérat Alphabet), en transférant 15,9 milliards d’euros des Pays-Bas vers une société écran aux Bermudes, d’économiser de 2,4 à 3,7 milliards de dollars d’impôts en 2016. On peut donc mieux faire en terme de transparence.


Sources

http://www.20minutes.fr/web/1987411-20161229-google-maps-jean-christophe-victor-accusait-site-mentir-frontieres

https://www.franceculture.fr/geographie/comment-google-dessine-sa-carte-du-monde

http://www.liberation.fr/debats/2016/12/25/jean-christophe-victor-on-s-est-apercu-que-google-maps-mentait_1537394

https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-sur-les-reseaux/20161228.RUE6079/oui-google-maps-arrange-la-realite-pour-servir-ses-interets.html
https://mappemonde-archive.mgm.fr/num20/internet/int08401.html

https://www.bibamagazine.fr/insolite/fallait-le-savoir/insolite-des-stars-font-disparaitre-leurs-proprietes-de-google-maps-59135

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3758825/How-Kim-Kanye-disappeared-Street-View-Mystery-super-rich-gated-communities-invisible-Google-s-service.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.