L’expédition géographique de Détroit

« Afterall, it is not the function of geographers to merely map the earth, but to change it. »
(Dr. William Bunge, 1971)

Camarades cartographes, bonne année à vous tous. Pour bien démarrer l’année 2018, Je commence ici une série d’articles consacrés aux cartes radicales. Ce travail est pour moi un moyen d’exercer une veille sur ce sujet et de le partager au fur et à mesure. Il ne s’agit donc pas d’articles scientifiques mais plutôt de simples notes de lectures synthétiques. Si j’ai omis des références ou ai effectué des raccourcis un peu trop sévères, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires. Cela me permettra d’amender et d’améliorer les textes. C’est parti. Pour ce premier billet de l’année, je remonte en 1968…

The Detroit Geographic Expedition

L’expédition géographique de Detroit (Detroit Geographic Expedition) fut une démarche originale visant à construire une géographie hors des murs de l’université et de l’ancrer dans une logique de revendication sociale. Elle a été fondée en 1968, peu de temps après l’émeute de Détroit de 1967, qui demeure l’une des émeutes raciales les plus destructrices et les plus meurtrières de l’histoire des États-Unis.

Le but de cette « expedition » était le suivant : sortir du cadre purement académique en faisant travailler ensemble des géographes universitaires, des géographes amateurs et des membres de la communauté afro américaine ; créer et utiliser la géographie (et les cartes) pour défendre la justice sociale et contester les injustices raciales. Les principaux artisans de cette démarche étaient le Dr Bunge, un universitaire réputé qui a fini par se faire renvoyer de l’université à cause de ses méthodes pédagogiques peu académiques (e.g. emmener ses étudiants blancs dans les bidonvilles de Détroit), et Gwendolyn Warren, une jeune fille noire de 18 ans, ancienne présidente des Infernos, un club pour adolescents du quartier Fitzgerald de Detroit.

Cette expérience originale et éphémère (1968-1970) de géographie populaire menait de front plusieurs chantiers :

– Conduire des recherches sur l’injustice raciale à Detroit ;
– Donner des cours gratuits pour les résidents noirs des quartiers pauvres ;
– Collecter des données géographiques ;
– Construire des cartes ;
– Montrer à quel point la ville est injuste pour ses résidents noirs.

Où les navetteurs écrasent les enfants noirs sur la route Pointes-Downtown

Un des travaux les plus emblématiques de cette période fut la recherche sur les décès d’enfants causés par des accidents de voiture (voir carte supra).

Cette carte en noir et blanc représente un quartier de détroit, ses zones résidentielles et les routes empruntées par les navetteurs qui le traversent. En effet, ce quartier de détroit est situé entre les banlieues blanches aisées à l’est et le centre-ville à l’ouest. De par sa localisation, il subit des flux incessants de voitures, avec un risque d’accident mortel important pour les enfants du quartier. Sur la carte, des points noirs représentent ces “accidents” (enfants du quartier tués par des voitures). Avant ces travaux, personne ne tenait le registre du nombre de morts.

Pour Denis Wood, dans son livre Rethinking the Power of Maps, cette carte est à considérer comme une “carte de meurtre” où les navetteurs blancs, en se précipitant vers et depuis le travail, écrasent des enfants noirs. C’est “une carte où des adultes blancs tuent des enfants noirs”.

Au final, ce travail cartographique vise à montrer que les décès des enfants ne sont pas des incidents isolés mais plutôt le résultat d’un système d’injustice spatiale et raciale de la ville de Détroit. C’est une carte “en colère”1 qui dénonce une situation inacceptable et permet d’ouvrir un débat politique sur les injustices sociales.

1 – Terme emprunté à Philippe Rekacewicz

Source

https://civic.mit.edu/blog/kanarinka/the-detroit-geographic-expedition-and-institute-a-case-study-in-civic-mapping


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.