L’effet K

En 1921, deux cinéastes russes, Lev Koulechov et Vsevolod Poudovkine, mirent en place une expérience connue aujourd’hui son le nom de “Effet-K” (ou effet Koulechov). Cette expérience tendait à démontrer l’importance du montage sur l’esprit humain et sa perception des choses. En d’autres termes, notre perception d’une image dépend de celle qui la précède et de celle qui la suit. En s’appuyant par exemple sur un gros plan de l’acteur russe Ivan Mosjoukine le regard dirigé hors champ, suivie de différentes images – une assiette de soupe, un cercueil, une petite fille qui joue – et en demandant aux spectateurs leurs avis sur cette image, ceux-ci trouvèrent que le jeu d’acteur était très juste pour exprimer tantôt la faim, tantôt a compassion ou tantôt la tendresse. En résumé, une image plutôt neutre au départ peut prendre un sens et une coloration particulière en fonction du contexte dans lequel elle est montrée. C’est le fameux effet-K.

L’importance du contexte vaut en réalité pour n’importe quelle image. Conséquence de quoi, une image tirée de son environnement de publication initial peut vouloir dire complètement autre chose que ce qu’a vraiment voulu dire son auteur. Par exemple, un dessin défendant l’athéisme dans un journal satirique comme Charlie hebdo peut très bien être dénaturé en dessin anti-musulman si celui-ci est réutilisé dans une revue d’extrême droite où les propos hostiles aux musulmans se déversent à flots continus. En occultant l’intention initiale, en changeant le contexte, un propos sarcastique peut être pris au premier degré et donc changer radicalement de sens.

Il en est évidemment de même pour les cartes géographiques qui, nous le savons, véhiculent toutes un discours. Par exemple, la carte des morts aux frontières que j’ai réalisé et mis à jour à de nombreuses reprises pour le réseau Migreurop (voir) tend normalement à démontrer et dénoncer, c’est mon intention, les effets néfastes de la politique migratoire européenne qui fragilise les parcours des personnes migrantes en les rendant plus longs, plus couteux et plus dangereux. Dans ce contexte, celui de Migreurop, cette carte vise in fine à promouvoir la liberté de circulation et d’installation pour tous. Mais si cette même carte est réutilisée par ceux qui veulent fermer les frontières, elle devient alors une preuve géographique que les migrations sont trop dangereuses et qu’il convient donc de tout faire pour les stopper. Le sens change alors radicalement. Un vrai détournement.

En résumé, le contexte de publication renferme toujours un commentaire implicite de la carte ou de l’ensemble de cartes ; un angle, un point de vue, une approche. La syntaxe narrative de la carte, son idéologie sous-jacente, peut être alors interprétée différemment selon tel ou tel contexte car celui-ci effectue une « contamination sémantique ». Gare aux détournements.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *