Agloe, la ville de papier

Comment créer une ville de toute pièce à partir d’une simple feuille de papier ? Pour le savoir, l’histoire commence aux Etats-unis, avec la « ville » d’Agloe (Etat de New-Yok).

Agloe est une ville factice inventé par la compagnie Esso au début des années 30 et insérée sur leurs cartes topographiques de l’Etat de New-York, à la jonction d’une route sans nom avec la route NY 206, près de Roscoe (lat/lng : 41.9638 / -74.9072). Le nom Agloe, provient en fait des noms des deux auteurs de la carte : Otto G. Lindberg et Ernest Alpers. Mais pourquoi une fausse ville ? Cette ville, appelée ville de papier dans le roman « la face cachée de Margo » de John Green (Paper Towns en anglais), est en réalité un piège au droit d’auteur (copyright trap1) pour éviter d’éventuels plagiats. Le principe est simple, si cette ville se retrouve sur une carte d’une compagnie concurrente, la preuve du plagiat est avérée et un procès peut être lancé. Astucieux2.

Quelques années plus tard, on retrouve effectivement la ville d’Agloe sur une carte concurrente, celle de Rand McNally. Le plagiat semble donc acté et un procès a lieu. Mais, ce n’est pas si simple, et c’est là que l’histoire devient amusante. Car entre temps, dans les années 50, en lieu et place du point indiqué sur le carte, a ouvert un commerce intitulé « Agloe General Store ». Consequence de quoi, pouvant prouver l’existence réelle et matérielle de ce lieu, McNally se defend et gagne le procès. Patatras ! Plus tard, et même si le magasin fini par fermer, on retrouvera encore la ville d’Agloe sur les cartes Google Maps3 et dans différentes bases de données américaines.

La carte a ainsi une valeur performative et anticipe sur la réalité (C. Jacob, 1992)

Agloe est donc un endroit où une invention de papier est devenue réelle. Un point sur une carte s’est transformé en endroit materiel, plus concret que ne l’auraient imaginé les gens qui l’ont crée. Bref, le fantasme démiurgique du cartographe. Je me devais donc absolument d’en parler 😉

Notes

1 – Le même principe existe également avec l’integration de fausses rues sur les cartes à plus grande échelle. On parle alors de « trap street ».

2 – En réalité, le procédé consistant à incorporer de fausses informations sur les cartes n’est pas seulement utilisé pour protéger des droits d’auteurs mais a aussi longtemps été utilisé sur les cartes militaires pour tromper l’ennemi : divulguer de fausses informations, maquiller, saboter, déplacer un lieu,  dissimiler un site, etc. Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter au célèbre ouvrage de Mark Monmonier : comment faire mentir les cartes ?

3 – Agloe était présente dans Google Maps en 2004 mais a finalement été supprimée quelques années plus tard.

Références

http://www.slate.fr/life/84889/carte-agloe-ville-existe-pas
http://bigthink.com/strange-maps/643-agloe-the-paper-town-stronger-than-fiction
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agloe
https://8e-etage.fr/2014/03/26/lhistoire-dune-ville-fantome-qui-fut-qui-nest-plus/

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/09/2017

    […] trouvé cette extraordinaire information sur le blog Neocarto. Agloe était une ville factice inventée par la General Drafting Company au début des années 30 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *