[Billet] La frontière migratoire européenne

Camarades cartographes, j’étais la semaine semaine à Strasbourg avec Florence Troin et Anne-Christine Bronner, pour un atelier de cartographie expérimentale, organisé en marge de la venue de l’exposition Moving Beyond Borders [voir]. A cette occasion, j’ai pu parler au côté de Philippe Rekacewicz et de Lucie Bacon, des mes travaux/réflexions à propos de la frontière migratoire européenne. Je livre ici un résumé de mon intervention en m’appuyant sur une sélection de cartes. Parmi elles, une mise à jour de la « carte des morts » inédite.

Qu’est ce que la frontière européenne ? Quelle forme a t-elle ? Ou passe t-elle ? Pour répondre à cette question, prenons comme point de départ la carte de l’espace Schengen.

1. LA LIGNE

La première convention de Schengen date de 1985. Son premier objectif était de garantir tout autant le liberté de circulation des hommes et des marchandises que la sécurité des frontières extérieurs de l’Union. La raison d’être de cette convention consistait à mettre en place une abolition des frontières sans pour autant perdre le contrôle de la circulation des étrangers non européens. En fait, sur 126 articles de la convention, un seul traite en fait de la liberté de circulation. Tous les autres concernent la sécurité des frontières. Bref, la convention Schengen consiste à ériger une forteresse et mettre en place des dispositifs pour la protéger. Cette frontière apparaît sur la carte comme un ligne, tantôt terrestre, tantôt maritime, délimitant un espace clos à « protéger » par tous les moyens (politique des visas, accords de réadmission, expulsions, constructions de murs, etc.)

2. LE POINT

L’enfermement des migrants est également est moyen de contrôler et de limiter les mouvements de population. Les premiers lieux d’enfermement pour étrangers sont apparus dans les années 1960. Dans les années 1990, leur nombre a commencé à croître considérablement, et depuis 2003, les centres de rétention sont identifiés comme un nouvel outil de la politique migratoire en Europe. Ce dispositif d’enfermement, initialement improvisé pour faire face à la gestion de migrants sans droits dont on ne savait que faire, est devenu aujourd’hui un dispositif majeur de la politique migratoire européenne. A tel point, que l’enfermement a lieu dorénavant bien loin des frontières officielles de l’Union européenne. Ce processus « d’externalisation » consiste en fait à faire porter par un pays tiers la surveillance de nos propres frontières. C’est de fait une sous traitance par l’Union européenne de la surveillance de ses frontières ; c’est une délocalisation de la frontière. Les pays assignés au rôle de garde frontière n’ont bien souvent ni le cadre juridique, ni la capacité matérielle ni la volonté politique de l’assumer. Mais, sous la pression européenne (accords commerciaux avec l’UE, Aide publique au développement, etc), ils n’ont pas le choix . Au final, on voit se matérialiser sur cette carte des camps, une frontière réticulaire, une frontière en réseau, bien loin de la représentation linéaire traditionnelle.

3. LA ZONE

Entre 1996 et 2016, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime à 60 000 le nombre de migrants morts ou disparus à travers le monde. Pourtant, il est très difficile d’estimer le nombre de morts de la migration. Dans son rapport de 2016, l’agence Frontex (en charge de la surveillance des frontières) estime qui est même « impossible d’avoir un compte précis des personnes disparues ». Palliant cette absence de chiffres officiels, des associations, des militants, des universitaires se sont depuis longtemps lancés dans cette comptabilité macabre. La première association fut l’ONG néerlandaise United for Intercultural Action puis le journaliste italien Gabriele del Grande et son blog Fortress Europe. Puis, ces données ont étés compilées dans un travail de consolidation par le consortium de journalistes The Migrants’ Files. A travers la disparité de ces estimations apparaît la difficulté à établir un décompte précis et on ne peu que convenir d’un chiffre a minima, sous estimant la réalité. Mais même sous évalué, le bilan est impressionnant. Ce chiffre, il s’élève à 40 000 morts et portés disparus depuis le début des années 90. Un décompte annuel nous apprend également que l’année 2016, avec près de 6 400 personnes mortes ou portées disparues, et tandis que le nombre de personnes arrivées en Europe à été divisé par 3 par rapport à l’année précédente, aura été l’année la plus mortifère jamais recensée. Mais au delà de la simple comptabilité, ces données nous permettent aussi d’esquisser une géographie de cette frontière mortifère et de la mettre en regard des politiques migratoires menées par l’Europe. A chaque fois que l’Europe renforce le contrôle de ses frontières extérieures (et certaines de ses frontières intérieures), ce durcissement est sans effet sur l’intensité des circulations migratoires. Chaque fois qu’un point de passage est fermé (détroit de Gibraltar, îles Canaries, Lampedusa, etc.), les flux migratoires sont déviés mais jamais stoppés, rendant à chaque fois les trajets vers l’Europe plus chers, plus longs et beaucoup plus dangereux. La frontière migratoire devient donc ici mobile, telle une zone de conflit polymorphe qui se recompose en réponse aux déplacements incessants des des routes migratoires.

4. DISSYMÉTRIE

À la surface du globe, la population et la richesse sont réparties de façons inégales. Les principaux foyers de concentration humaine sont plutôt au Sud (Asie du Sud Est, Inde, etc.) ; les zones de richesse sont plutôt au Nord. En résumé, les régions les plus riches ne soient pas les plus peuplées. Or, la construction d’espaces géographiques strictement délimités, comme le sont les États-nations, et leurs politiques de libre échange, peut venir perturber des structures régionales antérieures. Des lignes de tension se créent, des lignes de séparation entre la masse de la population pauvre d’une part, et les pays riches “sanctuarisés” d’autre part. Pour illustrer cela, la question des visas et particulièrement marquante. Les pays dont les ressortissants sont dispensés de visas sont souvent les pays le plus riches pour qui circuler à travers monde sans entrave semble normal. Pour les autres, chaque pays fixant un montant journalier nécessaire pour séjourner sur leur territoire national (31€/jour en France, 45€/jour en Allemagne, 64€/jour en Espagne), la politique des visas devient une véritable discrimination financière. À l’échelle mondiale, l’accès à la mobilité vient donc se surimposer à la traditionnelle lutte des classes. Les riches sont ceux qui peuvent bouger ; les pauvres, ce sont les autres.

La carte présentée ici dessine deux mondes. D’une part, les pays du nord, sanctuarisés, ou les citoyens peuvent circuler librement la plupart du temps sans visas. Cette zone représente les deux tiers de la de la richesse mondiale pour seulement 15% de la population. D’autre part, les pays du sud, qui ont peu ou pas accès aux pays du nord. Ces pays concentrent 85% de la population mondiale. Entre les deux, sont déployés une myriade de dispositifs destinés à empêcher des mobilités pourtant inéluctables dans un monde globalisé ou guerres et conflits se multiplient. Murs, barrières, dispositifs juridiques, militaires, économiques, camps, … autant de couches qui se superposent pour dessiner une frontière complexe, mobile et multiforme. Mais une caractéristique essentielle de cette frontière, c’est qu’elle est dissymétrique. Elle est franchissable par les citoyens des pays riches ou par les riches et les élites des pays pauvres pour qui voyager semble normal. Mais, elle se veut étanche pour les plus pauvres qui ont pourtant de bonnes raisons de vouloir la franchir. La problématique sociale est ici au cœur de la logique migratoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *