Quand le fond de carte n’est pas qu’un simple contenant

Camarades cartographes, on explique souvent que l’information géographique se décline en deux grandes catégories. Il y a d’une part, le niveau géométrique qui décrit la forme et la localisation des objets géographiques ; c’est le fond de carte. Et d’autre part, il y a le niveau sémantique, constitué de chiffres ou de données textuelles permettant de caractériser les objets géographiques. On parle alors de données attributaires. A ces deux principales catégories, on ajoute parfois également un niveau dit topologique, qui définit les relations spatiales entre les différents objets (contiguïté, distance, etc.), mais c’est en réalité une information déduite du niveau géométrique.

Cette caractérisation de l’information géographique en deux grandes catégories permet aussi de comprendre comment se construit une carte statistique. Les données attributaires sont transformées en signes visuels à travers les règles de la sémiologie graphique, tandis que le fond de carte sert de contenant à cette information. Cette distinction contenu / contenant est donc un moyen pratique pour décortiquer et expliquer la construction d’une carte. Mais ce n’est pas si simple. En réalité, il n’y a pas d’une part un fond de carte qui viendrait uniquement servir de support, et de l’autre des données qui apporteraient une information sur un thème donné. En réalité, une carte est un construction beaucoup plus cohérente où fond de carte et données fonctionnent ensemble pour servir un seul et même message. Car tel est bien le but de toute carte : délivrer un message. Et pour cela, tous les éléments composant l’image peuvent être mis à contribution.

Cette première représentation (voir ci-dessous), publiée par le journal Libération en 2015 [voir] illustre parfaitement ce fait. Sur cette carte qui représente les pays à qui la France vent des armes, regardez bien le contour des pays du Monde. Il est composé d’une juxtaposition d’avions de chasse, de tanks, d’hélicoptères, de porte-avions ou de fusils mitrailleurs. Au delà de l’esthétique, la thématique est ici omniprésente et rend ainsi la représentation cartographique cohérente de bout en bout.

8f1932a5-ef7c-4974-8869-f8ee56905b6d-1

Il en est de même pour cette seconde carte publiée dans le journal Politis le 18 juin 2015. Ici, il est question des élections régionales de 2015. Pour illustrer ce thème, le cartographe a choisi de composer le fond de carte d’une multitude de bulletins de vote. là encore, harmonie parfaite entre le fond et la forme.

politis

Malgré tout, les cartes de ce type demeurent assez rares. Si vous avez connaissance d’autres exemples, merci de les partager dans les commentaires. L’appel à contribution est lancé 🙂

PS : Si vous souhaitez participer à la rédaction de ce blog, merci d’en faire la demande par email ou dans les commentaires.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Terriblement instructif. Je vais venir régulièrement piocher de nouvelles informations et renforcer ainsi culture et arguments. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.