Cartographie d’un duel électoral NFP-ENS : le cas de la 10e circonscription des Français de l’étranger

Ce travail a été réalisé avec la collaboration de Kalliopi ANGO ELA, professeure de Géographie et ancienne sénatrice des Français à l’étranger pour Europe Écologie Les Verts, Directrice de Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique centrale et de Muriel SAMÉ EKOBO, professeure de Géographie et chercheure à la Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique centrale.


Le Nouveau Front Populaire (NFP) représenté par Elsa DI MÉO (NFP-PS) est arrivé en tête du premier tour des élections législatives dans 34 des 48 pôles électoraux de la circonscription n°10 des Français établis hors de France. Ensemble (ENS) représenté par Amal Amélia LAKRAFI (ENS-Renaissance) arrive en seconde position, avec 12 de ces pôles. Les Républicains (LR) et les Divers-Gauche (DIV-G) n’arrivant en tête, chacun, que dans un seul bureau de vote.

Cette circonscription n°10, qui enregistre environ 155 000 électeurs répartis sur 49 pays du Moyen-Orient et de l’Afrique, a montré un taux de participation beaucoup plus élevé qu’à l’habitude (32,06 %) même s’il peut sembler relativement faible au regard de la moyenne nationale (66,7 %).

Les résultats du premier tour des élections législatives du 30 juin 2024 révèlent deux blocs politiques. Celui du NFP, correspondant à deux Afriques : la première couvre une large bande, depuis l’Afrique sub-saharienne jusqu’à l’Afrique Orientale,de N’Djaména à Maputo, en incluant la côtière (Cotonou, Lomé, Accra). La seconde bande s’étend de l’Afrique orientale au Proche Orient, depuis Djibouti et Alexandrie (en Égypte) jusqu’à Erbi au nord et Manama au nord-est. Le bloc d’ENS apparaît surtout dans les circonscriptions périphériques de ce territoire. Est-ce à dire que le NFP serait en passe de l’emporter au second tour de ces législatives ?

– Carte n°1 –

 

En regardant de plus près la distribution des votes, on observe que ce sont les pôles électoraux importants, en termes de nombre d’inscrit.es, par conséquent de votant.es, qui ont remporté la mise. Si les trois-quarts des circonscriptions consulaires ont mis en avant le NFP, il ne dispose cependant que de 253 voix d’écarts avec ENS, respectivement 11 651 et 11 398 voix pour chacune des deux candidates.

– Carte n°2 –

Les gros pôles électoraux tels Beyrouth au Liban, Dubaï, Abou-Dabi, Koweït et Mascate dans la péninsule arabique, Port-Louis à Maurice ou Tananarive à Madagascar ont donné plus de voix à ENS.

 

L’effet de proximité du vote au 1er tour

On peut observer trois anomalies dans la répartition générale des voix qui résulte d’un effet de proximité, ce qui signifie que les électeurs ont d’abord voté pour le ou la candidate la plus proche d’eux. Cet effet de proximité, que l’on peut interpréter sur la cartographie du nombre de voix d’écart entre les deux premiers canditat.es, se manifeste de deux manières : sur le plan politique et au niveau géographique.

– Carte n°3 –

La première anomalie résulte d’un effet de proximité politique au profit de LR à Beyrouth au Liban (voir Carte n°2). Ce gros pôle électoral (18 751 inscrit.es) a placé le LR en tête (avec 1415 voix), mais avec une très courte avance de 16 voix (voir Carte n°3) sur le NFP arrivé en seconde position (1399 voix). Les électeurs ont manifestement voté pour un Français du Liban, Lucas LAMAH, qui leur est proche ; la casquette LR devenant alors secondaire.

La seconde anomalie concerne le pôle de Douala au Cameroun, qui bénéficie d’un effet de proximité géographique au profit du NFP (voir Carte n°2). Alors que ce fief électoral de la « Droite française à l’étranger » n’avait jamais voté majoritairement à gauche, il arrive en tête sous les couleurs du NFP et avec 48 voix d’avance. Douala a favorisé la proximité de Elsa DI MÉO, qui a rappelé au cours de sa campagne qu’elle est résidente à Yaoundé. Le NFP est aussi arrivé en tête à Yaoundé (43% des votes), avec 98 voix d’avance sur ENS (voir Carte n°3).

Une anomalie similaire s’observe à Amman en Jordanie où le NFP est arrivé largement en tête (63% des votes) en obtenant 240 voix, soit 150 voix de plus que ENS arrivé en seconde position (voir Carte n°3). Ce pôle situé dans la capitale de la Jordanie a également bénéficié d’un effet de proximité géographique : Anne-Claire YAEESH, la suppléante de Elsa DI MÉO résidant sur place.

Enfin une anomalie à Sanaa, au Yémen, plaçant Nathalie MAZOT (DIV-gauche) en tête, ne peut pas être considérée comme significative dans la mesure où il n’y a eut qu’une seule voix exprimée.

L’enjeu du Liban dans la victoire du NFP

L’enjeu électoral entre les deux blocs politiques en présence dans cette circonscription n°10 des Français établis hors de France est au Liban, où les deux candidates sont finalement assez proches en nombre de voix, avec une courte avance pour ENS dans un duel qui l’oppose au NFP.

Deux éléments vont par ailleurs jouer dans le duel du second tour entre Elsa DI MÉO, la candidate la plus représentée et la plus représentative sur l’ensemble du territoire et Amal Amélia LAKRAFI, la candidate sortante en mandat depuis 2017.

Le premier est le report des voix de l’extrême droite qui n’est arrivée en première ou en deuxième position dans aucune des circonscriptions des Français de l’étranger. Le second élément tient à la bascule des électeurs français du Liban pour ENS, alors qu’ils avaient placé LFI en tête aux élections européennes de 2024 (trois semaines auparavant). Majoritairement favorables à la cause palestinienne, leur vote au second tour traduira aussi leurs inquiétudes face à  une extension du conflit Gaza-Israël sur leur territoire.

Ces élections législatives françaises étant très politiques, en raison de la position de l’extrême droite Française à la porte de Matignon, il serait vraiment dommage que les Français qui sont largement établis en Afrique et dans la péninsule arabique ne permettent pas au NFP, déjà en tête avec 48 circonscriptions et 253 voix d’avance, de l’emporter.

Au-delà des résultats de ce premier tour des législatives anticipées dans la 10ème circonscription, la singularité du vote des Français de l’étranger paraît remarquable dans un contexte national qui semble porter l’extrême droite Française aux portes de Matignon. La remise en cause de la binationalité et de l’immigration rendent particulièrement vulnérables les 3,5 millions de concitoyens et leurs familles, tout en remettant en lumière les valeurs défendues par la gauche.

À vos votes !


Citation suggérée par les autrices :
Françoise Bahoken, Kalliopi Ango Ela et Muriel Samé Ekobo (05 juillet 2024), Cartographie d’un duel électoral NFP-ENS : le cas de la 10e circonscription des Français de l’étranger, Carnet (neo)cartographique. Mis en ligne le 05 juillet 2024 à l’adresse https://neocarto.hypotheses.org/21165.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Françoise Bahoken (5 juillet 2024). Cartographie d’un duel électoral NFP-ENS : le cas de la 10e circonscription des Français de l’étranger. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11yag


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search