Méfiez-vous des cartes … électorales


Billet à retrouver également sur l’humanité.fr.


Au lendemain des élections européennes de 2024 et de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée Nationale par le président de la République française, le pays fut plongé dans une période d’instabilité politique profonde. Le Rassemblement National (RN) est en effet arrivé en tête dans plus de 32 000 communes sur 35 000. C’est le fameux chiffre de 93 % qui n’a cessé d’être martelé dans de nombreux média pour illustrer la victoire objective et éclatante du RN aux européennes, ainsi que son ancrage dans la population française. Les cartes produites furent, elles aussi, explicites : des images teintées de bleu ou de brun1 qui semblent démontrer que l’arrivée de Jordan Bardella à Matignon n’est plus qu’une question de temps.

Ces images cartographiques reflètent-elles vraiment le rapport de force qui s’instaura entre les formations politiques françaises, dans la perspective des élections législatives ?

Pour analyser cela, nous proposons d’examiner la répartition des voies obtenues par le Rassemblement National à ces élections européennes, en les projetant dans les 577 circonscriptions électorales. Nous les mettons ensuite en regard des forces de gauche rassemblées aujourd’hui dans le Nouveau Front Populaire (NFP).

Les données
Les données consultées correspondent aux résultats électoraux finalisés de la France aux élections européennes de 2024. Communiquées par le Ministère de l’Intérieur français, le détail de ces résultats est librement accessible sur le site data.gouv.fr2. Les variables que nous avons mobilisées sont celles qui portent sur le nombre d’inscrits et sur le nombre de votants par circonscription électorale, à l’échelle géographique des circonscriptions.

Souhaitant par ailleurs cartographier les votes obtenus par le RN en les mettant en regard avec cette nouvelle construction politique qu’est le Nouveau Front Populaire (NFP), qui n’existait certes pas au moment des élections européennes, nous avons construit une nouvelle variable (NFP) à l’échelle des circonscriptions. Cette variable NFP correspond logiquement à la somme du nombre d’inscrits et du nombre de voix obtenus par les partis Europe Écologie les verts (EELV), Parti communiste français (PCF), Parti socialiste (PS) et La France insoumise (LFI).

À noter que le même regroupement n’a pas été fait entre les partis de l’extrême droite française, car ces derniers n’ont pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une alliance générale et au niveau national comparable à celle mise en place par la gauche, pour former le NFP. Compte tenu de ces choix, l’analyse cartographique proposée focalise l’attention sur le vote RN appréhendée comme l’une des deux grosses forces politiques actuellement en présence, la seconde étant le NFP ; les autres partis, formations et groupements politiques français étant regroupées dans une catégorie « Autres ».

Sur la première carte, nous colorons en bleu marine les circonscriptions dans lesquelles le RN est arrivé en tête. Cette image décrit factuellement la large victoire du RN, effectivement arrivé en première position dans 457 circonscriptions (soit 79 % de l’ensemble), contre 120 circonscriptions (soit 21%) pour l’ensemble des autres forces politiques. Si l’on considère la surface des territoires ainsi représentés, le RN est arrivé en tête dans 85 % du territoire national. Un véritable raz de marée…

Cette carte n’est pas sans rappeler une autre carte célèbre brandie par Donald Trump le 1er octobre 2019 sur le réseau social Twitter. Alors en plein procédure d’impeachment suite à l’affaire ukrainienne, Trump brandit cet argument cartographique pour revendiquer une légitimité populaire, celle de l’Amérique profonde et des arrière-pays. Mais il y a un hic.

Si la carte était recouverte de rouge, la couleur du parti Républicain de Donald Trump, les grandes villes, elles, ne votèrent pas pour lui. Trump fut en réalité élu avec 3 millions de voix de moins qu’Hillary Clinton et cela, malgré une carte totalement bardée de rouge. Cette carte représenta donc l’illusion d’une victoire. Qu’en est-t-il de celle présentée ci-dessus ?

Depuis les élections européennes, la situation politique en France a changé. Les forces de gauche se sont unies dans le Nouveau Front Populaire (NFP), seul moyen de contester la suprématie du RN dans nombre de circonscriptions électorales.

C’est pourquoi nous proposons une seconde carte considérant cette nouvelle force politique inédite, élaborée au lendemain des élections européennes. Comme sur la carte précédente, les circonscriptions où le RN est arrivé en tête sont teintées de bleu marine ; les circonscriptions gagnées par le NFP sont maintenant représentées en rouge, tandis que celles des autres forces politiques françaises sont toujours représentées en gris.

Il est intéressant de pouvoir visualiser la manière dont les résultats cartographiques se contrastent lorsque la gauche est unie au sein du NFP. Si la victoire du RN demeure indéniable, celui-ci arrive en tête dans (seulement) 313 circonscriptions (55 % de l’ensemble), comme indiqué sur le diagramme. Le NFP remporte, quant à lui, et à lui seul, 259 circonscriptions (45 % de l’ensemble) ; les autres formations politiques sont arrivées en tête dans seulement 8 circonscriptions. L’union fait la force. Deux blocs se font face.

Mais, parce qu’il y a un mais, cette représentation cartographique n’est pas non plus sans poser quelques problèmes de perception. En effet, le découpage des circonscriptions électorales est réalisé de telle sorte que chacune d’elles rassemble un nombre comparable de votants. Ainsi, en zone urbaine dense, les circonscriptions présentent de très petites tailles à l’inverse des zones rurales où elles peuvent s’étendre sur des kilomètres. Leurs formes géographiques et leurs surfaces sont donc nécessairement hétérogènes. En utilisant ce découpage électoral comme support de la représentation cartographique, la carte survalorise donc, par construction, la perception des résultats obtenus dans les territoires peu denses qui sont caractérisés par leur grande taille, créant un effet d’absorption visuelle. Autrement dit, on ne voit qu’elles.

Pour y remédier, nous proposons d’assimiler chaque circonscription à un cercle dont la surface est proportionnelle au nombre d’inscrits. Pour des questions de lisibilité, les cercles sont écartés les uns des autres afin d’éviter leurs superpositions puis sont teintés, comme précédemment, en fonction du bloc politique arrivé en tête. Le résultat obtenu s’éloigne nettement de la carte de départ, puisqu’on obtient ici une carte beaucoup plus réaliste où la perception des couleurs de chacune des circonscriptions exprime fidèlement le rapport des forces RN et NFP.

Si le RN reste malgré tout en tête dans 55 % des circonscriptions et semble bien placé pour remporter les élections législatives qui se profilent, c’est sans compter sur le fait que les résultats électoraux sont le reflet de dynamiques politiques et sociales et non un simple bilan comptable.

Aussi proposons-nous une variante de la carte précédente où nous représentons en jaune les circonscriptions dans lesquelles l’écart de voix entre le NFP et son principal adversaire est de moins de 5 %. En d’autres termes, les circonscriptions électorales où rien n’est joué.

 

Dans cette configuration, 18 % des circonscriptions semblent très indécises et le RN ne semble plus en position de force que dans 45 % des cas – ce qui est déjà beaucoup trop. Rien n’est cependant joué. S’il ne nous est pas possible de prévoir à ce stade la manière dont vont se dérouler les élections législatives, dans ce contexte politique inédit, nous pouvons cependant affirmer que le combat n’est pas perdu, comme le laissait envisager la carte initiale qui était, disons-le, désespérante. La participation au scrutin tout comme le jeu complexe des reports de voix au second tour seront en effet déterminants.

Alors méfiez-vous des représentations cartographiques qui vous plongent dans l’apathie et rappelez-vous que les cartes ne sont jamais neutres. Mobilisons-nous, toutes et tous ensemble les 30 juin et 7 juillet prochain, pour faire gagner le Nouveau Front Populaire.

1 https://www.publicsenat.fr/actualites/politique/europeennes-le-rassemblement-national-en-tete-dans-93-des-communes


2 https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/elections-europeennes-2024-1/


Données et code source : https://observablehq.com/@neocartocnrs/mefiez-vous-des-cartes-electorales?collection=@neocartocnrs/lhumanite


Ils en parlent …

Géoconfluence (5 juillet 2024) Quelles cartes pour comprendre les élections de 2024 en France ?

Maps Mania (8 juillet 2024) France Defeats the Far-Right


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (26 juin 2024). Méfiez-vous des cartes … électorales. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11w5d


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 28/06/2024

    […] un article publié sur le blog Neocarto et dans l’Humanité.fr, Françoise Bahoken (Univ. Gustave Eiffel / Géographie-cités) et […]

  2. 30/06/2024

    […] premier article est proposé par Françoise Bahoken et Nicolas Lambert sur le carnet de recherches Néocarto le 26 juin …, et revient sur les représentations cartographiques qui se sont succédées dans les médias à la […]

  3. 16/07/2024

    […] Néocarto […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search