Explorer les facettes du Monde

Camarades cartographes, je vous l’ai souvent dit, concevoir une carte c’est toujours un acte créateur qui émane de son auteur. Il n’y a pas de relation mécanique entre les données et leur expression graphique. Il faut donc fait des choix. Certains diront qu’il faut apprendre à mentir intelligent. Car la carte n’est jamais neutre. Elle donne à voir un point de vue ; un regard sur le Monde.

Dans un chapitre d’ouvrage réalisé avec Ronan Ysebaert et Timothée Giraud (voir), nous avons cherché à explorer ce lien entre données et expression graphique. Pour cela, nous avons travaillé à partir des données de population carroyées du CIESIN. Et nous avons cherché à faire parler ces données de diverses façons. Je vous livre ci-dessous les grandes lignes de ce travail cartographique (en mettant de côté les considérations techniques et méthodologiques présentes dans l’article).

Voilà donc quelques cartes…

1 – L’inégale puissance démographique des États-Nations


La carte en cercles proportionnels donne à voire des tailles. Des poids. Elle construisent donc un discours de puissance. De rapport de force entre les États.

2 – Densités de population


A contrario, les cartes choroplèthes, construites sur des données relatives discrétisées, ne permettent quant à elles que d’exprimer une relation hiérarchique entre les lieux.

3 – Anamorphose


L’idée de puissance peut aussi être véhiculée dans un certain nombre de transformations cartographiques, comme les anamorphoses, qui vont jusqu’à s’affranchir de la géographie réelle. Sur ce type de cartes, ceux qui ne pèsent rien, sont carrément invisibilisées tandis que les puissant prennent toute la place sur le planisphère. La loi du plus fort.

4 – Carte par point


La carte par point vise à s’approcher artificiellement de la réalité géographique supposée. Mais n’oublions pas qu’ici comme ailleurs, il s’agit d’une construction.

5 – Débordement démographique

Une variante de cette représentation de la population mondiale par points consiste à répartir des signes proportionnels (souvent des cercles) régulièrement à la surface de la carte en d’en faire varier la surface en fonction des données sous-jacentes. Pour plus de lisibilité, ces cercles peuvent être écartés les uns des autres. Ici, l’information géographique déborde de la maille. Les cercles se rejoignent ; les frontières des États nation sont abolies.

6 – Un Monde sans frontières

Pour s’affranchir des frontières, les méthodes de lissage et d’interpolation spatiale permettent de proposer un monde de gradients, sans ruptures. On pourrait y voir aussi des « reliefs démographiques ».

7 – La moitié de la population vit dans seulement 6 pays

Cartographier c’est simplifier. Mais résumer la complexité d’un phénomène par un chiffre ou une image percutante n’est pas une mince affaire. Ici, nous proposons une simplification extreme pour réaliser une carte « punchline » en 2 classes seulement. Un monde coupé en deux. 50 – 50.

8 – La moitié de la population mondiale vit sur 3 % de la surface terrestre

Une variante de la carte précédente consiste à regarder où se concentre la population dans la grille pour constater que la population mondiale est extrêmement concertée à la surface de la Terre.

9 – Tout interagit avec tout…

« Tout interagit avec tout, mais deux objets proches ont plus de chances de le faire que deux objets éloignés » (Tobler 1970). Quoi de mieux qu’une réseau de points et de lignes pour illustrer cette idée ?

10 – Homo Urbanus

Lier la méthode de représentation et le message peut s’avérer très efficace. Alors comment exprimer cartographiquement que les Humains habitent aujourd’hui principalement dans des villes ? Simple. En représentant la population sous forme de barres d’immeubles.

11 – L’humanité en proie à la montée des océans

Ne sélectionner que les données à proximité des mers et océans permet de révéler que près de la moitié de la population mondiale vit près d’une côte.

12 – Un Monde local

De même, focaliser non plus sur les lieux peuplés en valeur absolue mais sur les lieux relativement peuplés au regard de leur voisinage, permet de construire une carte qui met en avant les potentialités locales.

13 – Terrae Incognitae

Enfin, en axant la représentation sur les vides, les terres lointaines et inconnues, les cartes peuvent aussi être des invitations au rêve et au voyage.

14 – Art et cartographie

Pour terminer, il ne faut pas perdre de vue que la capacité de séduction des cartes est grande et que leur esthétique frise parfois avec le monde de l’art, comme le rappelle cette dernière carte.

Conclusion

Ce petit exercice de style démontre une chose. Une même donnée géographique peut donner lieu à une multitude de représentations géographiques. Chacune d’elle fait parler les données à sa façon. Chacune d’elle focalise sur une facette du réel. Tel est donc là le pouvoir des cartographes. Faire parler les données. Et faire émerger d’un monde complexes, des représentations qui permettent d’en expliquer les structures sous-jacentes.



Citer ce billet
Nicolas Lambert (2024, 25 avril). Explorer les facettes du Monde. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9zp

Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search