L’échelle, sur une carte du monde

Pourquoi est-il préférable de ne pas mettre d’échelle (géo)graphique sur une carte du monde ?

Ce billet est une traduction en français et légèrement adaptée de l’expérimentation réalisée en anglais sur le sujet par Nicolas Lambert ; elle est par ailleurs accessible en version interactive ici


Si l’ajout d’une barre d’échelle graphique sur les cartes est essentiel à l’échelle locale, il est très discutable à l’échelle globale. En effet, selon la projection choisie, la longueur de la barre est susceptible de varier en fonction de la latitude, de sorte que l’échelle n’a pas la même valeur en tous points de la carte.

Voici un exemple, avec la projection de Mercator, qu’il n’est plus nécessaire de présenter tant ses altérations sont fortes de part et d’autre de l’équateur.

Le même exercice réalisé sur une projection équirectangulaire, montre des variations similaires.

Comment faire, si l’on souhaite ajouter (quand même) une échelle ?

La solution consiste à dessiner la barre d’échelle correspondant à la longueur mesurée sur l’équateur qui sert de référence, en spécifiant qu’elle n’est valable qu’à cet emplacement. Si l’usage veut que l’échelle soit placée au lieu de sa mesure, il est cependant possible de la déplacer ; de la positionner automatiquement avec geoviz en utilisant l’argument translate.

 

 



Citer ce billet
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (2023, 29 octobre). L’échelle, sur une carte du monde. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrly

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Beatrice Makelele dit :

    Merci beaucoup pour votre aide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search