Sur l’émergence de la statistique graphique ou la naissance d’une École française de la cartographie thématique

L’émergence de la statistique graphique est présentée ci-dessous dans l’objectif de montrer qu’elle correspond également – c’est mon point de vue personnel – à la naissance d’une véritable École française de la cartographie de données statistiques localisées (en abrégé cartographie statistique), souvent nommée cartographie thématique.


« La statistique graphique est ainsi une sorte de langue universelle qui permet aux savants de tous les pays d’échanger librement leurs idées et leurs travaux au grand profit de la science elle-même. »
Émile Cheysson.

La statistique graphique, qui consiste à donner à voir sous une forme visuelle, graphique illustrée des données numériques ou le résultat de leurs traitements est entre autres le fait d’ingénieurs des travaux publics au XIXe siècle. Les grands maîtres de la géographie ne s’en sont pas préoccupés et lorsque ce fut le cas, ils adoptèrent une attitude méfiante face à cette nouvelle pratique associée à une géographie humaine. Vidal de la Blache a d’ailleurs déclaré à ce sujet que la géographie physique permet, elle au moins, « de ne jamais perdre contact avec la réalité ». Le ton était donné.

Il faut dire que la statistique, considérée ici comme une science émergente, a d’emblée été controversée. Elle est accusée de produire des nombres qui, disait-on alors, « encombrent l’esprit plutôt que ne l’éveille ». La qualité des données n’était pas prouvée à une époque où les mesures étaient par ailleurs imprécises et incertaines. C’est d’ailleurs de là que découle le conseil donné en 1900 de Jean Bruhnes (1839-1930) de n’être jamais dupe d’un nombre ! Bruhnes était pourtant un célèbre géographe français, à l’origine d’une géographie humaine appréhendée comme une sciences de l’occupation du sol par des sociétés.

Indépendamment de ces querelles universitaires, l’État français a vivement encouragé la production de graphiques, sous la forme de cartes et de diagrammes, pour illustrer les grands tableaux statistiques qui se multipliaient alors. Ces tableaux étaient soit de première main, pour être directement issus des recensements de la population sur différentes zones et des comptages du trafic sur des voies variées, et donc à impossibles à (se) les représenter dans leur globalité, soit de seconde main et élaborés pour présenter les résultats d’analyses d’une manière qui soit facilement compréhensible. Dans les deux cas, leur version graphique s’imposait.

Source : Émile Cheysson (1883) Population en France et à l’Étranger (Réforme sociale, 1er juillet 1883).

Plusieurs ingénieurs français se sont ainsi emparés de cette nouvelle approche graphique des données, qui témoigne de mon point de vue, de l’ouverture d’une école française de la cartographie. Certains auteurs tels Gilles Palsky ont d’ailleurs pu qualifier cette période d’âge d’or de la cartographie statistique tant elle fut foisonnante. C’est à ce moment que l’un d’entre eux, un dénommé La Serre, s’est vu confier la réalisation de douze cartes illustrant le trafic routier français (1856-1857). D’autres de ces ingénieurs vont également participer de cette épopée consistant à représenter des distributions de populations ou des données sur les « mouvements des transports » préalablement à la construction de grandes infrastructures (voies routières, ferroviaires, navigables et ports). Le plus connu d’entre eux est bien sur Charles-Joseph Minard (1781-1871), dont on rappelle qu’il introduisit à lui-seul, plusieurs éléments du langage cartographique.

La France va dès lors se distinguer par une entreprise majeure fondée sur le développement d’un langage graphique associé au traitement de ces données, accompagné de l’introduction de modèles graphiques. Un Album de statistique graphique est en effet créé à la fin du XIXe siècle, par un arrêté du 12 Mars 1878 décidant. La responsabilité de cette publication annuelle en confiée au tout nouveau bureau dédié aux cartes et graphiques du Ministère des travaux publics. Ce bureau est dirigé par ingénieur en chef des ponts et chaussées, Émile Cheysson (1836-1910), directeur des cartes, plans et archives et de la statistique graphique, qui coordonnera la réalisation des différentes éditions de l’Album à compter de 1879.

Pour Alain Desrosières, Cheysson est considéré comme le « représentant typique de cette dernière génération de statisticiens « amateurs » antérieure au XXe siècle. « Amateurs » ne signifie pas ici que cette activité soit peu sérieuse, mais non autonomisée en tant que telle. Bien qu’il ait frôlé quelques-unes des innovations majeures du siècle suivant, Cheysson est resté profondément tributaire de modes de pensée du XISe et même du xviiie siècle ».

L’Album de statistique graphique va donc servir à mettre en place une cartographie d’État dominée par le langage politico-moral d’obédience catholique de l‘époque ; les principes de la représentation de données statistiques et le corpus méthodologique et technique y afférent (qui ne participent pas de l‘apport de Cheysson) sont parallèlement en construction. Ce contexte est magnifiquement décrit par Alain Desrosières, dans le chapitre 15 de son ouvrage sur la quantification de la sociologie, qu’il consacre à l’Ingénieur d’État et père de famille Émile Cheysson et la statistique.

Édité en dix-sept volumes entre 1878 et 1899, l’Album est formé de deux types de planches : des planches de fondation publiées annuellement et des planches spéciales.

Source : David Rumsey Historical Map Collection. [Accéder à la pleine résolution]

Les planches de fondation portent sur les chemins de fer (Recettes brutes kilométriques ; Recettes nettes kilométriques ; Tonnage moyen de petite vitesse ; Mouvement moyen des voyageurs ; Recettes brutes des stations ; Tonnage et mouvement des voyageurs par station) et sur la navigation (Tonnages des voies navigables et des ports avec deux sous-catégories : une décomposition de ce tonnage en a) par courant de transport et en b) par nature des marchandises et un Chômage des voies navigables. Une note de bas de page précise la notion de courant de transport qui est d’usage en statistique et concerne le trafic intérieur, le transit, l’archivage ou l’expédition.

Source : David Rumsey Historical Map Collection. [Accéder à la pleine résolution]

Les planches spéciales concernent quant à elles des sujets variés, mais elles donnent souvent la part belle à la circulation par voie ferroviaire qui est majoritaire à l’époque en France.

Les procédés de représentation mis en œuvre dans cet ouvrage sont de deux types : des diagrammes pour exprimer « la variation d’un fait dans le temps » et des cartogrammes, pour exprimer « ses variations dans l’espace ». Les diagrammes de l’époque présentent une forme généralement rectangulaire, parfois polaire, tandis que les cartogrammes, qui ne sont ni plus ni moins que des diagrammes placés sur un fond de carte, apparaissent plus sophistiqués.

Source : David Rumsey Historical Map Collection. [Accéder à la pleine résolution]

 

« Le cartogramme associe la géographie à la statistique et peint le fait à l’emplacement même où il s’est produit ».
Émile Cheysson.

Trois grandes familles de cartogrammes sont mobilisés dans l’Album de Statistique graphique.

« le cartogramme à bandes » [ou carte de flux affectés sur réseaux décrivant le «  mouvement des transport », selon l’expression de Minard] où le fait est exprimé par une bande de largeur proportionnelle à son intensité le long de tracé de la voie qui lui sert de théâtre ;

Source : David Rumsey Historical Map Collection.

« le cartogramme à teintes dégradées » [ou carte choroplèthe], le plus connu, le plus populaire de tous. Il consiste en une carte géographique, dont les divisions régionales sont recouvertes de teintes nuancées suivant l’intensité du fait statistique à exprimer […]

Source : David Rumsey Historical Map Collection.

– « le cartogramme à foyer diagraphique ». Il combine le diagramme et le le cartogramme et comprend une série de diagrammes construits au chef-lieu de la circonscription qu’embrasse le fait considéré.[…] »


Source : David Rumsey Historical Map Collection.

C’est également à cette époque que les pictogrammes sont inventés. Gilles Palsky rapporte que Jacques Bertillon (1896, p. 143), le médecin (et statisticien) ayant participé aux Albums – et non le célèbre marchand de glace parisien – aurait dit que les pictogrammes « on s’en sert rarement, quoiqu’ils soient assez pittoresques. Par exemple, on peut représenter la production de blé en France à diverses époques par des piles de sacs de blé. De même on peut représenter la consommation de la bière par des bocks dont la hauteur est proportionnée à cette consommation. Tout cela est excellent pour l’enseignement ou pour une exposition universelle. Il va de soit qu’on ne s’en servira pas pour l’étude ».

A la fin du XIXe siècle, les principaux principes de la construction graphique et cartographique – incluant les principes variables visuelles – sont posés (et oui, ce n’est pas J. Bertin qui inventa les variables visuelles, nous y reviendrons ici – billet suivant).

D’après Émile Cheysson, « Cette méthode n’a pas seulement l’avantage de parler aux sens en même temps qu’à l’esprit, et de peindre aux yeux des faits et des lois qu’il serait difficile de découvrir dans de longs tableaux numériques. Elle a, de plus, le privilège d’échapper aux obstacles qui restreignent la facile diffusion des travaux scientifiques et qui tiennent à la diversité offerte par les différentes nations sous le rapport de leurs idiomes et de leurs systèmes de poids et mesures : ces obstacles sont inconnus au dessin. Un diagramme n’est pas allemand, anglais ou italien : tout le monde saisit immédiatement ses rapports de mesure, de surface ou de coloration »

Ces principes deviennent rapidement si populaires que leur usage dépasse le cadre professionnel. Amateurs et férus de graphique en usent et abusent parfois sans discernement, leur mise en œuvre ne faisant pas l’objet d’analyses critiques. Émile Cheysson va d’ailleurs s’en émouvoir lorsqu’il présente l’Album en 1878 à l’Exposition universelle.

Cheysson dénonce alors ce qu’il appelle la « confusion de langue » en ces termes.

« Le moment viendra où la science sera tenue de poser des principes généraux et d’arrêter des types déterminés qui correspondront aux besoins de la pratique. On ne devrait pas tolérer plus longtemps cette sorte d’anarchie à laquelle nous assistons. La langue graphique attend sa grammaire et son Vaugelas ».

Des statisticiens s’attacheront par la suite à essayer de formaliser cette pratique de la visualisation, de représentation, graphique des données, en multipliant les atlas …

Références :

Émile Cheysson (1878) Les méthodes de la statistique graphique à l’exposition universelle de 1878, Paris.

Émile Cheysson (1886), La statistique géométrique. Méthode pour la solution des problèmes commerciaux et industriels, conférence faite au congrès de l’enseignement technique, industriel et commercial, Bordeaux, 24 septembre 1886.

Alain Desrosières (1985), Émile Cheysson et la statistique, in Colloque Émile Cheysson, ingénieur social, Le Creusot, 26 janvier 1985.

Alain Desrosières (2013), Chapitre 15. L’ingénieur d’État ou le père de famille : Émile Cheysson et la statistique, in : Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument scientifique, Presses des Mines, Coll. Sciences sociales, p. 257-289

Gilles Palsky (2004), Le calcul par l’oeil, in Jean-Paul Bord et Pierre Robert Baduel (dir.) Les cartes de la connaissance, Karthala-Urbama (p.p. 588-605)



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2023, 18 octobre). Sur l’émergence de la statistique graphique ou la naissance d’une École française de la cartographie thématique. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrlx

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search