Entre corps et espace (Jean-David Nkot)

Jean-David Nkot est un brillant artiste plasticien camerounais né en 1989 à Douala, formé à l’Institut des Beaux arts de Foumban et installé à Douala, au Cameroun. Ce très exceptionnel artiste – bah, je dis ça parce que j’aime beaucoup son travail –  mobilise la carte et des éléments de la cartographie en support avant ou arrière de plusieurs de ses œuvres, liant deux mots-clés : corps et espace.

 Jean-David Nkot sur les frontières et les circulations

Profondément humaniste, Jean David Nkot a dédié l’une de ses séries aux circulations humaines et non aux migrations (il se défend de s’intéresser aux migrations en tant que telles) dans le monde contemporain qu’il donne à voir en les questionnant, du point de vue de l’humain. Ce qui l’intéresse c’est la matérialisation par l’art de cet entre-deux vécut entre lieux d’origine et de destination et qui correspond au voyage dans son ensemble, c’est-à-dire aux moments de circulations mais aussi à ces temps de pause, d’arrêts, finalement à ce qu’il qualifie la « zone grise ».

Ses œuvres montrent en effet des portraits des personnes noires, posant avec des cartes très prégnantes. Dans ce travail, la carte en elle-même ou des éléments de la conception cartographique sont une composante fondamentale de l’œuvre.

Les éléments cartographiques sont ainsi placés soit en arrière-plan soit au premier plan par rapport au sujet principal soit incrustés sur celui-ci.

Dans le premier cas, ces éléments sont des collages de sections de cartes réelles ou des bouts de carte fabriquées par l’auteur, des aplats, des points de repère. L’ensemble est toujours customisée pour servir le propos. En fonction de la position et de l’attitude du sujet, toujours évocatrice, les cartes sont complétées d’éléments de contexte : un tabouret pour signifier une localisation, un emplacement assez peu confortable, le tampon d’un visa évoquant le droit de passage, d’apparaître sur la carte, des mentions de lieux remarquables (Le Louvre par exemple), le dessin de voies de circulation plus ou moins importantes et ainsi de suite.

Dans le second cas, les éléments cartographiques, souvent un enchevêtrement fin de voies de circulation servent à cacher la personne représentée qui se laisse ainsi deviner, en n’étant pas au premier plan du décor. C’est le cas des séries Undesirables (2022) ou encore The Shadows of space (2019 à 2021 voir exemples ci-après).

Source : Afikaris.

Le travail de l’artiste autour de la cartographie et des circulations a notamment été interrogé par Anne Bokandé en 2020, dans le cadre le cadre de la Saison #6 Nouvelles Cartographies et du projet « Nouvelles cartographies – Lettres du Tout-Monde » du Labo 148.

L’entretien avec Jean-David Nkot qui en résulte, intitulé Les cartographies comme espaces de questionnement des circulations aujourd’hui et des manières d’habiter est disponible dans Bitume d’où est extrait le questionnement suivant de l’artiste.

 « Aujourd’hui vous voyez que c’est important de circuler librement, parce que lorsqu’un cas se déclare quelque part, un autre peut être espace d’accueil le temps de trouver des solutions. Pourtant, que faites-vous, vous, quand le reste du temps, vous fermez les frontières, et interdisez que d’autres entrent ? Si tout le monde commence à faire cela, comment s’en sortir ? Vous voyez bien qu’on a besoin de son voisin pour exister. » En Italie désormais ce sont les Cubains qui viennent aider les malades. Alors je me questionne : quelle sera la nouvelle cartographie du monde après la sortie de cet événement ? Comment les gens vont reconstruire la carte du monde ? Soit nous allons davantage nous enfermer, soit nous allons véritablement revoir les questions de frontières entre nous. Pas physique, mais entre humains. Comment avons-nous envie de les revoir ? La cartographie est quelque chose de crucial. On ne peut rien faire sans. Cela nous oriente. Mais quelles cartographies ? Est-ce que celles que nous utilisons actuellement nous conviennent ?

Jean-David Nkot à propos des européens qui résident en Afrique et ne veulent en partir.

 

A savoir également que Jean-David Nkot a participé avec Michel Ekeba et Géraldine Tobé (République Démocratique du Congo), dans le cadre de l’Art Space Projet (ASAP) présenté dans cet article du Monde, à l’œuvre « Memory of today, Memory of the future » qui a été placée sur le premier satellite météorologique africain lancé en décembre 2022 par Ariane Espace.

Un artiste vraiment exceptionnel, je vous disais en introduction, qui est représenté en France par la sympathique galerie Afikaris

 

Jean-David Nkot, Le transporteur, 2021 ©Jean-David Nkot. Source : Afikaris.



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2023, 28 septembre). Entre corps et espace (Jean-David Nkot). Carnet (neo)cartographique. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrlw

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search