Penser un monde sans frontières depuis l’Afrique

Ce n’est pas tous les jours que je peux me vanter d’être la co-autrice d’un document signé de la main d’Achille Mbembé, historien et politologue camerounais, diplômé de l’université Panthéon-Sorbonne Paris 1 et de Sciences Po Paris, avant d’être professeur d’histoire (de l’Afrique) aux États-Unis. Éminent penseur francophone sur l’Afrique post-coloniale et le pouvoir, il tire sa notoriété notamment de son esprit critique sur la décolonisation, les relations France-Afrique et le pouvoir de l’ancien colon français ; esprit qu’il exerce aujourd’hui en vrai globe penseur » depuis Johannesburg où il est installé.

Cette opportunité m’a été proposée par Migreurop, pour la réalisation d’un chapitre de l’Atlas des migrations dans le monde (2022) intitulé Penser un monde sans frontières depuis l’Afrique. Sont présentés ci-après quelques passages ainsi que la carte associé.e.s, le texte intégral étant disponible sur Cairn, mais pour abonné.e.s de l’ESR seulement – m’en faire la demande si souhaité.


« Décider qui peut se déplacer, s’installer, où et dans quelles conditions, est aujourd’hui au cœur des luttes politiques. Comment repenser l’utopie d’un monde sans frontières et partant, d’une Afrique sans frontières ?

Il faut partir du concept de libre circulation, en l’opposant aux conceptions africaines précoloniales du mouvement dans l’espace. Dans le modèle libéral classique, la sécurité et la liberté ont été définies comme un droit d’exclusion : l’ordre consiste à garantir l’ordonnancement inégal des relations de propriété. Affirmer les frontières de la nation, c’est affirmer les frontières de la race, donc donner une définition adéquate des frontières du corps, et de la centralité du corps dans le calcul de la liberté et de la sécurité.

L’Afrique précoloniale n’était sans doute pas un monde sans frontières (du moins pas au sens propre), mais les frontières existantes étaient toujours poreuses et perméables. Comme en témoignent les traditions de commerce à longue distance, la circulation était (et est toujours) fondamentale dans la production de formes culturelles, politiques, économiques, sociales et religieuses. S’arrêter, c’est prendre des risques ; pour survivre, il faut être constamment en mouvement, particulièrement en situations de crise. 
(…)
On retrouve cela dans les réseaux et les carrefours (qui sont importants dans la littérature africaine), ainsi que dans les flux de personnes et les flux de nature, tous deux en relation dialectique : dans ces cosmogonies on ne peut imaginer les individus sans ce que nous appelons la nature. (…)
».

L’idée à l’origine de la carte qui suit était d’illustrer cette assertion d’Achille Mbembé en montrant que l’Afrique n’est pas un endroit statique, immobile mais une terre truffée de mouvements à la faveur de diverses infrastructures de transport. Pour cela, il a fallu tenter de les cartographier de la manière la plus complète possible, même si l’exhaustivité est illusoire. Plusieurs sources d’information libres et gratuites ont ainsi dû être mobilisées, gérées simultanément et harmonisées pour pouvoir être représentées de manière lisible. 

Pour une Afrique des circulations et une circulation en Afrique

Source : Atlas des migrations dans le monde (2022).

L’Afrique dans son entièreté est striée de part et d’autre de linéaires de réseaux terrestres, routiers ou fluviaux, maritimes et aériens (non représentés) qui prennent place à différentes échelles ; un gigantesque réseau transafricain étant d’ailleurs en projet. Ces réseaux sont eux-mêmes ponctués de carrefours et autres hubs d’accès qui structurent les mouvements des personnes, des animaux, des monnaies et des biens, des savoirs et des religions en Afrique depuis plusieurs siècles. Si ces réseaux permettent de parcourir le continent depuis la nuit des temps, n’oublions pas que cela n’est pas toujours très facile : les infrastructures s’articulant parfois tant bien que mal avec la topographie locale, un environnement naturel et des conditions climatiques parfois difficile qui contraignent localement les libres circulations.

« (…) Le partage de l’Afrique au 19e siècle et le découpage de ses frontières selon les lignes coloniales ont transformé le continent en un immense espace carcéral, et chacun d’entre nous en un.e migrant·e illégal·e potentiel·e, incapable de se déplacer sauf dans des conditions de plus en plus répressives. Nous piéger est devenu la condition préalable à l’exploitation de notre travail, c’est pourquoi les luttes pour l’émancipation ont été si étroitement liées aux luttes pour le droit de circuler librement. Si nous voulons parachever la décolonisation, nous devons faire tomber les frontières coloniales et faire de l’Afrique un vaste espace de circulation pour elle-même, pour ses descendant·e·s et pour toutes les personnes qui veulent lier leur destin à notre continent. »


Référence :
Mbembe, A. & Bahoken, F. (2022). Penser un monde sans frontières depuis l’Afrique. Dans : Migreurop éd., Atlas des migrations dans le monde: Libertés de circulation, frontières et inégalités (pp. 144-147). Paris: Armand Colin. https://doi.org/10.3917/arco.migre.2022.01.0144

Billet lié : Françoise Bahoken (2022) Atlas des migrations dans le monde, Carnet néocartographique.

 



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2023, 20 avril). Penser un monde sans frontières depuis l’Afrique. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrlp

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 11/05/2023

    […] Penser un monde sans frontières depuis l’Afrique. Ce n’est pas tous les jours que je peux me vanter d’être la co-autrice d’un document signé de la main d’Achille Mbembé, historien et politologue camerounais, diplômé de l’université Panthéon-Sorbonne Paris 1 et de Sciences Po Paris, avant d’être professeur d’histoire (de l’Afrique) aux États-Unis. Éminent penseur francophone sur l’Afrique post-coloniale et le pouvoir, il tire sa notoriété notamment de son esprit critique sur la décolonisation, les relations France-Afrique et le pouvoir de l’ancien colon français ; esprit qu’il exerce aujourd’hui en vrai globe penseur » depuis Johannesburg où il est installé. Cette opportunité m’a été proposée par Migreurop, pour la réalisation d’un chapitre de l’Atlas des migrations dans le monde (2022) intitulé Penser un monde sans frontières depuis l’Afrique. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search