C’est le printemps … des cartes !

La question demeure : où placer la limite, que définit la limite ? Une topologie de l’espace qui nous correspond (peut-être), et qui entoure ce « nous » qui reste parfois à définir.
Christine Plumejeaud, 2023.

Le printemps des cartes, c’est le nom d’un festival annuel de médiation scientifique organisé depuis 2018 autour des cartes et de cartographies de toutes sortes, par un collectif de géographes, cartographes, artistes et passionnés de la carte à Montmorillon. Issu d’une collaboration entre l’Université de Poitiers, la MJC Claude Nougaro de Montmorillon et l’Espace Mendès France de Poitiers, le festival illustre Montmorillon, une bourgade de la Vienne déjà rendue célèbre par ses éditions cartographiques et qui l’est désormais d’autant plus qu’elle accueille un festival de cartographie.

Le programme proposé cette année est très ambitieux, puisqu’il est question de la représentation des frontières pour (nous) aider à (nous) ouvrir à un monde qui n’a de cesse de se fermer ces derniers temps. Pour cela, le festivalier est invité à accueillir les beaux jours, en dépassant les frontières …

… grâce au concours d’une brochette de cartographes témoignant de la variété du métier et aussi de son dynamisme, sans cesse maintenu depuis la nuit des temps.

Le Festival de Montmorillon est composé de 8 rubriques principales de tous niveaux et accessibles à toutes et à tous.

Aussi riches et fournies les unes que les autres, les différentes rubriques sont combinées dans un programme à la carte qui évoque, par son motif à la Perpillou [mon grand cousin me souffle à l’oreille qu’on dit « carte en pyjama »] celui du Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosges.
Plus sérieusement, le programme permet d’alterner entre des conférences, des ateliers, des jeux grandeur nature et des sorties terrains, des tables rondes et des expositions … autrement dit entre des visions scientifiques, des présentations techniques-métiers, des expositions artistiques et/ou ludo-éducatives de cartes et autres processus cartographiques.
Ce qui est m’apparaît intéressant est qu’on voit cohabiter plein de vues différentes : des approches réflexives au sein de présentations pointues et des dispositifs légers plutôt destinés au grand public, à l’information mais aussi à la rêverie. Les propositions sont en effet organisées autour de férus de cartographie qui sont soit très connus, par leur présence dominante dans les médias et pour cause, il s’agit de nos camarades du quotidien le Monde (l’excellent Xémartin Laborde et ses collègues) que l’on ne présente plus, ou soit des collègues mobilisés pour la journée d’étude organisée par l’Atlas historique de la nouvelle Aquitaine et que je salue au passage.

La journée étant dédiée aux frontières, une présentation régalienne du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est organisée sur le rôle du cartographe dans la délimitation du territoire, dans l’écriture, dans « l’élaboration de la frontière ». Rien que àa.

Les présentations éducatives réalisées à destination d’un public de scolaires ne sont pas en reste : on notera le Forum climat organisé à la MJC de Montmorillon entre des élus et élèves ou encore l’exposition Habiter la terre formée de maquettes réalisée par des sixièmes ; ces dernier.e.s pourront ensuite s’amuser avec Zeplindejeux de cartes à jouer pour ne citer qu’eux.

La cartographie se vivant également à Montmorillon, le Festival vous conduira à arpenter le terrain pour admirer les différentes propositions, mais aussi participer activement à la fabrication de cartes, que ce soit dans le cadre d’une party organisée avec vos amis autour d’Open Street Map avec CartoONG, lors d’un atelier à terre de (dé)construction cartographique avec Anne Lascaux, ou bien la tête dans les étoiles, au planétarium de l’espace PMF. Vous pourrez également vous promener en « cartomobile » avec Morgane Dujmovic [Coucou’ Morgane, mais qu’est-ce que c’est ?], à moins que vous ne préfériez une immersion dans le 7e art proposée par Marina Duféal, pour explorer la relation entre la carte et le cinéma.

Bref, il y a de quoi faire, voir, entendre, pratiquer et cheminer sur ou avec des cartes à Montmorillon, et même en manger des cartes, à la carte (si si si, je vous l’assure, Christophe Terrier que j’avais pu rencontrer autour de cartes, non de tartes en cartes il y a quelques années, y propose des Modèles Numériques de Terrain [carte en relief et 3D] au chocolat, pour les plus gourmand.e.s).

Impossible de terminer ce petit billet sans mentionner que vous serez également pris en main par les étudiant.e.s de l’association Cassini des géographes poitevins qui vous apprendront à ne pas perdre le nord du langage cartographique, en réalisant une carte thématique –  qui en sera forcément une vraie –  avec magrit.

Les carnetiers de Néocarto vous souhaitent un bon festival à Montmorillon.

En savoir plus sur Le printemps des cartes


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search