Je viens de ou bien je vais à Yaoundé ?

[UPDATE] 3 juin 2023.
L’ouvrage Villes enchantées coordonné par Raphaël PIERONI et Jean-François STASZAK a reçu le Prix du livre de géographie (étudiants, lycéens) 2023 !!! Un grand bravo !
Suis f
ière d’y avoir un peu participé avec la chanson dont il était question dans ce billet.


 

Dans ce court billet, comme dans le texte auquel il fait référence, s’il n’y a point de cartographies, ni de cartes et ni même d’images, il est tout de même questions de migrations. Ces migrations diffèrent cependant de celles que j’ai maintenant l’habitude d’examiner, car elles sont locales et concernent le cœur de l’Afrique noire. Elles sont aussi décrites par le recours à une chanson.

Pour rédiger le texte Je vais à Yaoundé commentant la chanson éponyme, je suis donc sortie de ma zone de confort, pour mon plus grand plaisir tant l’exercice fut amusant et rafraichissant.

Nous vous invitons donc à contribuer à Villes enchantées. L’idée est simple : il s’agit de choisir une chanson qui évoque plus ou moins directement une ville, un lieu ou un espace urbain, et d’écrire un court texte qui en fait le commentaire, d’un point de vue géographique ou urbanistique, mais qui peut être très subjectif. Il peut s’agit d’un lieu réel ou fictif, spécifique ou générique.

En répondant favorablement et à chaud à ce message tambouriné de Raphaël Pieroni et Jean-François Staszak (Univ. de Genève) sur la liste des géographes francophones, je me suis retrouvée face au petit défi personnel d’écrire un texte sur une ville (ah bon ? ben oui) à partir d’une chanson (ah?!). Je fus immédiatement saisie d’une sorte de stress lié à un excessif engouement pour cette idée, qui m’avait pourtant plue d’emblée. Mais n’y avais-je pas répondu favorablement trop rapidement ?

Quelle ville allais-je donc choisir d’évoquer ? Et ensuite quelle chanson ? C’est pas comme si j’écoutais de la musique tous les jours…

Vu l’un des chefs d’orchestre que je ne connaissais que de nom, j’ai immédiatement pensé qu’il fallait que je choisisse une ville africaine. Dakar fut la première qui me vint à l’esprit, évoquée par l’artiste Youssou N’dour, dans From Village to Town – un album que j’aime beaucoup -. Si ce texte pouvait convenir dans un contexte d’écriture professionnel, je ne trouvais pas l’idée satisfaisante pour deux raisons principales. La première est que les travaux sur l’Afrique subsaharienne/noire portent quasi exclusivement sur la belle et majestueuse Afrique de l’ouest : le Sénégal, le Mali, le Niger (mais moins le Nigéria), la Mauritanie et ainsi de suite. L’Afrique centrale m’apparaît (depuis quelques temps déjà) comme le parent pauvre de ces travaux sans que je sache vraiment pourquoi (enfin, je peux le deviner, mais je n’en suis pas spécialiste). La seconde raison est que je me suis étrangement sentie comme obligée d’écrire quelque chose sur Yaoundé, alors que j’avais initialement pensé à Dakar, et que, maintenant, je pensais aussi à Lagos. Ce choix de Yaoundé m’a questionné. pourquoi Celui-là ? C’est bizarre comme je m’assigne ici, moi-même, toute seule, une obligation de choisir cette ville, dont je savais qu’elle me renverrait immédiatement à une identité d’appartenance quasi exclusive à cette sous-région d’Afrique noire, alors que ce n’est pas le cas. Est-ce que les autres auteurs et autrices de cet ouvrage allaient choisir leur ville à chanter/enchantée en fonction d’un sentiment d’appartenance ?  Pourquoi je fais cela ? Tout de suite, à l’heure ou j’écris ces lignes, je ne me sens même pas, ou même plus de Yaoundé d’où je suis partie il y à plus de trente ans, après y avoir vécut quelques treize années de ma vie. Bref.

Ayant par ailleurs la conviction qu’il n’allait pas y avoir beaucoup de textes sur des villes africaines, j’ai donc réfléchi à une chanson sur Yaoundé. Laquelle choisir ? Comme cette chanson devait être “populaire” et qu’il fallait que je puisse écrire dessus, mon esprit s’est rapidement arrêté sur Je vais à Yaoundé de André-Marie Talla. Mais était-elle assez populaire pour le public européen occidental auquel l’ouvrage m’apparaissait se destiner ? Pour moi, en tous cas, elle l’était et c’est gaiment que je soumettais peu après l’appel, ma proposition de ville enchantée.

La réponse ne se fit pas attendre.

Les coordinateurs de l’ouvrage ayant accueilli favorablement mon idée, je me lançais dans la soirée qui suivi à l’écriture de ce court texte d’environ 700 mots, portant sur les mobilités des espaces ruraux vers les centres espaces urbains, dans le Cameroun des années 1975/1980.

Extraits

Lire la suite dans… Villes enchantées. Chansons et imaginaires urbains, pages 108-109.

ou le manuscrit auteur déposé dans HAL

Référence : Françoise Bahoken (2022), Je vais à Yaoundé, André-Marie Tala (1975), in : Raphaël Pieroni et Jean-François Staszak (coord.), Villes enchantées. Chansons et imaginaires urbains, Georg Editor, Seine-Bourg (Suisse), pp. 108-109. 



Citer ce billet
Françoise Bahoken (2023, 2 janvier). Je viens de ou bien je vais à Yaoundé ? Carnet (neo)cartographique. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrlk

Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search