UN AUTRE MONDE en carte est-il possible ?

Les cartes à l’échelle mondiale contribuent à la construction de nos représentations mentales du monde. Si le rôle des projections a souvent été étudié, le choix plus ou moins contraint de la maille étatique ne contribue pas moins à construire une vision particulière du monde marquée par l’existence de discontinuités au niveau des frontières nationales et de situations homogènes à l’intérieur des pays. Or dans bien des cas les phénomènes qui structurent l’espace mondial ont finalement peu de sens à l’échelle nationale tandis que le poids des États dans les représentations du monde nuit à la prise en considération des enjeux globaux.
Clarisse Didelon-Loiseau etal (2017)


C’est ainsi que commence un papier que j’aime bien intitulé UN AUTRE MONDE ? Cartographier le monde sans frontière : enjeux méthodologiques et sociaux publié en 2017 par Clarisse Didelon-Loiseau (Univ. Panthéon Sorbonne Paris 1), Christian Vandermotten (Univ. Libre de Bruxelles/IGEAT) et Christian Dessouroux (Univ. Libre de Bruxelles/IGEAT & metrolab), pour présenter le fond de carte du monde qu’elles ont construites afin que la cartographie mondiale se départisse des limites politico-administratives nationales.

En effet, sans s’inscrire dans une posture géopolitique effective ou militante, les autrices, et plus généralement les cartographes, enseignantes et/ou chercheuses qui s’intéressent au niveau mondial peuvent souhaiter également dire ou produire un discours géo(carto)graphique neutre, indépendant des contingences politiques.

Aussi peuvent-elles être intéressées par une cartographie du monde qui ne s’appuie pas sur les frontières étatiques reconnues par les Nations unies – de la même façon qu’elles peuvent souhaiter ne pas systématiquement mobiliser une projection de leur données sur un fond de carte de type Mercator.

En effet, à petite échelle et à des fins de comparaisons entre territoires, pour une étude au niveau mondial, ce n’est pas tant la finesse de la maille d’observation qui intéresse que sa capacité à rendre compte de phénomènes globaux, pour eux-mêmes, c’est-à-dire hors du cadre étatique imposé par les représentations classiques. Dis comme cela, la maille qui va servir de support à la représentation cartographique peut alors poser problème.

C’est pourquoi Clarisse Didelon-Loiseau et ses collègues ont proposé en 2017/2018 un découpage infranational du monde autorisant des analyses sur des entités comparables et harmonisées en termes de population et no seulement de surface.

La partition du monde qu’ils proposent pour affiner la cartographie de phénomènes mondiaux est la suivante.

Exemple de maillage territorial infranational mondial
proposé par Didelon-Loiseau et al. (2017)

La méthodologie de partitionnement des états pour la construction de différentes versions de ce fond de carte et de la base de données associée est présentée dans deux articles accessibles librement (voir références).

La représentation non étatique autorise ainsi l’émergence de nouvelles hypothèses à des niveaux infranationaux cohérents mettant au jour de nouvelles discontinuités dans les phénomènes étudiés, discontinuités non liées à l’existence des frontières étatiques.

Jugez-en par vous mêmes sur les cartographies suivantes de la même donnée de densité de population en 2013.

La densité de la population mondiale en 2013 – niveau national

Source : C. Didelon-Loiseau  et al (2017)

La densité de la population mondiale en 2013 – niveau infranational

Source : C. Didelon-Loiseau  et al (2017)

Le changement de maillage a un effet net sur la représentation des densités de populations, en offrant une vision plus nuancée de la répartition de la population et, surtout, qui fait fi de la maille nationale.

Ce qu’il me semble vraiment intéressant de souligner ici, avec cet exemple, c’est le côté arbitraire des frontières nationales systématiquement mobilisées au niveau mondial, alors qu’elles agissent comme un carcan et sont globalement insuffisantes pour représenter des phénomènes socio-économiques discrets (le problème ne se pose pas de la même façon pour représenter des phénomènes physiques), masquant les spécificités locales, les discontinuités, etc. Attention, cela ne signifie pas que les États ne soient pas pertinents, seulement que le partitionnement du monde qu’ils imposent ne constituent qu’une vision, parmi d’autres des phénomènes sociaux-économiques mondiaux.

Ce problème d’adéquation du fond de carte au phénomène à représenter et au discours sous-jacent n’est absolument pas nouveau, tout comme les représentations à l’échelle mondiale du monde. De même que sur le plan méthodologique, la question nouvelle, puisque ce sujet de la maille d’observation est un effet du problème classique des unités spatiales modifiables (MAUP).

C’est pourquoi les autrices précisent que, à la différence des méthodes alternatives de représentation de type cartes carroyées, par points, lissées, cette proposition de choroplèthe infra nationale (le maillage restant discret) « permet de localiser correctement les valeurs des densités (au contraire des cartes par points) mais aussi et surtout de pouvoir cartographier d’autres données (au contraire des cartes en carroyage) » ; elles proposent alors de cartographier le PIB par habitant PPA sur leur fond.

Pour conclure, ce fond permet de réduire au maximum l’hétérogénéité ou l’homogénéité fallacieuses des images du monde qui pourraient résulter des cartographies réalisées sur des fonds de carte caractérisés par de trop grandes inégalités de tailles des mailles, selon les pays. Cela s’inscrit dans l’objectif bien connu de Clarisse Didelon-Loiseau de promouvoir le niveau Monde comme échelle d’analyse pertinente de phénomènes économiques et démographiques et de montrer que cette échelle peut faire sens comme territoire global d’analyse d’un certain nombre de questions.


[Message personnel] Ayant eu la chance de pouvoir tester ce fond de carte, je pense que ce serait bien qu’il puisse être mis à disposition quelque part, afin que celles et ceux, bien sûr, qui réalisent des cartographies mondiales puissent s’en emparer et proposer d’autres visions du monde par la carte.


Références :
– Clarisse Didelon-Loiseau, Christian Vandermotten et Christian Dessouroux, 2017, UN AUTRE MONDE ? Cartographier le monde sans frontière : enjeux méthodologiques et sociaux, Le Monde en cartes, Revue du Comité français de cartographie, n° 234. [Accéder]
– Christian Vandermotten, Clarisse Didelon-Loiseau, Christian Dessouroux. Une représentation cartographique du monde au-delà de la contrainte des frontières étatiques. CIST2018 – Représenter les territoires / Representing territories, Proceedings du 4e colloque international du CIST, Mar 2018, Rouen, France. pp.628-634. ⟨hal-01854520⟩


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search