Quelle est la meilleure ligne ?

Les nouveaux environnements de représentation graphique interactive sont tout à fait intéressants et prometteurs pour cartographier des données localisées à différentes échelles. Si les efforts ont – et cela est logique – d’abord porté sur la représentation d’agrégats à des échelles locales ou internationales, moyennant différents systèmes de reprojections, ce que l’on sait encore moins, c’est qu’il est désormais possible de représenter d’une part, des données non agrégées et/ou d’autre part, des données localisées qui mettent en relation des lieux. Autrement dit, des données décrivant des échanges entre un système de lieux ou une trajectoire individuelle issue d’un enchaînement chronologique de lieux.

L’objet de ce billet est d’examiner les modalités d’automatisation de la cartographie d’une trajectoire individuelle, dans l’environnement d’Observable. La trajectoire mobilisée est réelle, il s’agit du parcours qu’une migrante a effectué entre le Cameroun et la France de 2015 à 2018. Les données mobilisées sont issues d’entretiens réalisés par Camille Schmoll et qui ont été mis en cartes par Nicolas Lambert, pour représenter la migration de Julienne, sur une carte publiée dans l’ouvrage Les damnées de la mer.

Cartographier une trajectoire individuelle

Les éléments nécessaires pour cartographier une trajectoire nécessitent une connaissance a minima de l’enchaînement des lieux dans l’espace et dans le temps, en l’occurrence de leurs coordonnées dans un espace-temps. Ainsi, indépendamment des considérations liées à l’individu analysé lui-même, pour chacun des trajets, il est nécessaire de disposer d’une :
– position en X du lieu d’origine ;
– position en X du lieu de destination ;
– position en Y du lieu d’origine ;
– position en Y du lieu de destination ;
– position en T des couples de lieux d’origine et destination ;

Il est important de noter que ces positions sont mesurées dans un espace mathématique, géométrique pour les besoins de la représentation, mais qu’il n’est pas nécessairement euclidien.

Le récit des trois années de voyage de Julienne vers la France était ponctué de lieux de résidence et de transit, dont il a été possible de reconstruire la trajectoire euclidienne à partir de leurs coordonnées (X,Y). La composante temporelle de la représentation a, quant à elle, été mise en œuvre différemment en fonction du support de la carte : c’est le temps du voyage qui a été représenté sur la version statique de la carte, tandis que c’est plutôt le temps de l’animation qui a été mis en œuvre sur sa version interactive.

Approche statique de la cartographie d’une trajectoire migratoire

Dans la version statique de la carte en deux dimensions de Julienne, le temps du phénomène est cartographié de manière usuelle (voir réf.). L’espace étant représenté sur les deux composantes du plan (X,Y), comme l’indique Bertin, « il n’y a plus de composante plan pour représenter le temps ». C’est pourquoi le plan temporel est alors transformé en attribut ou caractère du lieu concerné, par exemple une durée de présence, qu’il est alors possible de représenter graphiquement, directement sur la trajectoire.

Formalisation de la cartographie du temps dans l’espace

Source : F. Bahoken, 2021

C’est parce que la géographie du parcours incluant les lieux étapes est la focale d’observation du phénomène observé que la représentation met ici l’accent sur les lieux, d’où le choix de la carte et pas d’un diagramme symbolisant le temps (dans l’espace).

Cartographie du parcours illustrant la vie de Julienne, entre 2015 et 2018.

Source : N. Lambert, 2021

La temporalité de la migration de Julienne est toutefois représentée selon deux modalités :

  • par la figuration de la durée de présence, passée aux différents lieux mentionnées, par un cercle proportionnel au temps passé ;
  • par la symbolisation de la durée du voyage en lui-même, sur un axe vertical  croissant (symbolisant le temps qui passe) et à lire dans le sens du trajet effectué depuis le Sud (Yaoundé, au Cameroun) vers le Nord (Caen, en France).

On observe ainsi que si la partie la plus longue du voyage (en termes de distance-temps) concerne la partie africaine (entre Yaoundé et Zouara), compte tenu du tracé effectué, c’est également apparemment la plus fluide au sens où les arrêts sont moins longs et moins fréquents. Les extraits de récits apposés sur la droite de la carte décrivent les difficultés qui surgissent dès l’entrée en Lybie et jusqu’en Europe, les temps d’attente, etc..

Ces modalités de la représentation du temps sur une carte ne sont pas les seules possibilités envisageables, il était également possible de le représenter, par exemple, sur le modèle de la « bande-dessinée », en réalisant autant de cartes que d’étapes renseignées dans le récit.

Formalisation de la cartographie de l’espace dans le temps

Source : F. Bahoken, 2021

Aujourd’hui, il est également possible de représenter cette spatio-temporalité de la migration de manière animée et interactive. Cependant, dans la version géonumérique proposée ci-après, le temps qu’il a été choisi de représenter est celui de la représentation et non celui du phénomène en lui-même.

Cette apparente restriction se justifie – s’il fallait le faire – , par la nécessité d’explorer ici les possibilités de représentation du mouvement du voyage offertes par le support numérique, en particulier celui du carnet observable.

La vie de Julienne (2015-2018) – extrait

Source : N. Lambert, 2021

Ainsi, la migrante est symbolisée par un mobile animé qui se déplace le long d’une trajectoire dont on va observer des modalités de dessin, car, à ce stade, ce n’est pas tant le parcours de vie sensible dont il est question que les modalités de la transcription cartographique de son voyage.

Approche interactive reproductible de la cartographie d’un voyage

Le passage à la version géonumérique interactive permet en effet d’explorer les différentes possibilités de mise en relation des lieux pratiqués par l’individu concerné. Le cheminement exact entre les lieux n’étant pas connu avec précision – ie les réseaux ou les modes de transport utilisés, n’étant pas précisés – seule une représentation approximative plus ou moins fine du voyage peut être réalisée.

Si sur la carte statique le tracé de la ligne est réalisé manuellement et par conséquent approximé et non reproductible, sur sa version géonumérique, le même tracé est automatisé, par conséquent reproductible (en plus d’être également approximé).

L’approximation tient en réalité au type d’interpolation de la ligne à mettre en œuvre entre les points pour figurer le déplacement entre les lieux. Si plusieurs possibilités sont envisageables, toutes les propositions ne semblent cependant pas adaptées au phénomène à représenter.

Exploration des modalités de cartographie d’une ligne symbolisant une trajectoire individuelle

Sélectionnez un type de courbe
et explorez le changement de la morphologie de la ligne

Source : N. Lambert, 2021

Sur le choix de l’interpolation de la ligne dans l’interprétation qualitative de la migration réalisée

A l’échelle de la représentation, on pourrait penser que le choix de l’interpolation importe finalement assez peu pour la connaissance de cette migration, que seule la vision d’ensemble de la trajectoire pourrait compter puisque le tracé ne saurait être précis par définition. Certes, en l’absence de connaissance sur le  type de route, ce qu’il est importe de géovisualiser c’est bien à la fois l’allure générale de la courbe, sa longueur, sa forme et ses discontinuités qui peuvent intervenir localement, en fonction du contexte socio-géo-économique de la migration (type de lieux, expérience au lieu, etc.) que ce qui se passe en un lieu en particulier (pour cela, il eut fallu changer de niveau d’observation, changer d’échelle).

Les ruptures apparentes de la ligne révèlent en effet soit les temps d’attente/durées passées ou de présence aux lieux et/ou soit des bifurcations dans le parcours. La ligne suggère également, par sa forme, un déplacement plus ou moins rapide (avec peu de pauses), plus ou moins agréable. Une ligne courbe, par exemple suggère probablement un tracé effectué en douceur, insinuant un déplacement ludique, agréable, à l’inverse d’une ligne accidentée, angulaire qui suggèrerait un tracé moins agréable.

La forme de la ligne représentant un déplacement n’est donc pas si anodine que cela, au contraire. Son tracé, bien que très formalisé et automatisé, pourrait également être une manière de révéler la difficulté du parcours, la pénibilité du déplacement, la complexité du voyage, sa longueur … tout comme la vitesse de progression vers la destination finale projetée peut être appréhendée.

Enfin, outre l’analyse sur la sémantique de la géométrie de la trajectoire, l’automatisation et son caractère aisément reproductible ici pourrait peut-être permettre de cartographier simultanément plusieurs trajectoires, migratoires en l’occurrence, à des fins d’analyse comparative de leurs routes, par exemple.

Références :
– Camille Schmoll, 2021, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Éditions La découverte, Cahiers Libres.
– Nicolas Lambert, 2021, mapping a route (from some gps coordinates), Carnet Observable.
– Françoise Bahoken, 2021, La représentation graphique de narrations de mobilités spatiales, aspects formels, In : Comment cartographier les récits / Mapping Methodologies. Éditions de l’UMR Territoires, 22 p, 2021. ⟨hal-03346211⟩



Citer ce billet
Françoise Bahoken et Nicolas Lambert (2022, 8 décembre). Quelle est la meilleure ligne ? Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrli

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/12/2022

    […] un billet intitulé « Quelle est la meilleure ligne ? » publié le 8 novembre 2022 dans le carnet néocartographique, Françoise BAHOKEN, chargée de recherches à l’Université Gustave Eiffel, membre associée […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search