L’Atlas des migrations dans le monde (4e ed.)

Le 14 septembre dernier est parue la 4e édition de l’atlas de Migreurop, réseau euro-africain d’associations, de militant·e·s et de chercheuses et de chercheurs, dans l’objectif « de faire connaître et de dénoncer les politiques de mise à l’écart des personnes en migration ».

Ce nouvel atlas, dont la réalisation est dirigée par Sara Casella Colombeau est publié chez Armand Colin comme les précédentes éditions. Il est formé de cinq grandes parties agrémentées de photos réalisées ou sélectionnées par Sara Prestianni. Il est également illustré par plus d’une soixantaine de planches composées de une à deux cartes et graphiques produit.e.s par une quinzaine de cartographes (professionnel.le.s ou non) et dont la coordination de la réalisation a été confiée à Nicolas Lambert et David Lagarde. La vision élargie de la carte au sein de Migreurop, plus largement d’une production cartographique collective (fruit du travail complémentaire de cartographes/dessinateurs et d’experts des questions représentées), confine à l’Atlas, une fois de plus, cette richesse visuelle et narrative spécifique au langage cartographique mobilisé sur une approche engagée de la question des migrations internationales.

La particularité de cet atlas est également d’élargir la focale sur l’analyse des migrations en les appréhendant à l’échelle mondiale et non seulement à l’euro-méditerranée comme précédemment. L’accent est aussi mis sur la (double) notion de Liberté (et) de circulation qui fait écho à l’appel éponyme lancé par Migreurop en 2013. Ce véritable slogan en faveur d’une Liberté de circulation pour toutes et pour tous – dont on rappelle qu’elle correspond à l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme – est depuis cette date scandé par le collectif Migreurop pour souligner son rejet radical des politiques migratoires actuelles, sachant que la libre circulation est l’un des piliers de la construction européenne.

Aussi le collectif s’est-il emparé de cette notion de Liberté de circulation qu’il appréhende à différents niveaux sociaux, différentes échelles géographiques et au sein de différentes régions du monde. Son traitement dans l’atlas va en effet s’appuyer et en particulier dans la deuxième partie, sur cette partition du monde en espaces régionaux dits de libre circulation. Si plusieurs centaines d’espaces de ces types existent, seule une partie d’entre eux fait l’objet d’une analyse dans l’atlas. Seront notamment étudiés les conditions d’entrée, d’accès/suppression de la résidence, des travailleurs ou des marchandises telles la circulation des fraises, des savoir-faire ou encore des données personnelles.

Cet atlas propose ainsi, comme les précédents, une analyse critique des politiques qui ont été mises en œuvre par les États pour faciliter les mobilités de manière générale. Il donne également à voir la manière dont les migrant·e·s affrontent et détournent quotidiennement les politiques d’immigration restrictives pour mettre en œuvre leur propre liberté de circulation, dans une cinquième partie dédiée à l’autonomie des migrations et aux solidarités qui se mettent en place.

Si l’ouvrage décrit une situation contemporaine, il me semble important de mentionner ici que la première partie s’intéresse aux formes historiques de la migration, en l’occurrence de la liberté de circulation dans différentes régions du monde, en Asie mais aussi en Afrique pour ne citer qu’elles. La question de l’entrave actuelle des circulations des personnes originaires des différentes afriques présente à mon sens un nouvel éclairage lié à ce focus sur les mobilités et échanges de biens matériels, immatériels et vivants (animaux, humains) qui existaient avant l’arrivée des colons, présentant un état de la situation au XVe siècle qui a fait l’objet de recherches de fond réalisées par Muriel Samé Ékobo pour enrichir les cartes que j’ai pu réaliser. Les (carto)graphies de ces multiples possibilités de circulations historiques ayant depuis été entravées, leur visualisation fait écho à un texte littéraire d’Achille Mbembé traduit par Isabelle Saint-Saëns, qui suggère de penser un monde sans frontières depuis l’Afrique, propos qu’une dernière carte des infrastructures de transport dédiée à une circulation en Afrique et pour une Afrique des circulations vient renforcer.

Télécharger le Dossier de presse
Commander l’atlas chez Armand Colin..


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search