Comment faire mentir les cartes

Selon l’écrivain Mark Twain, il existe trois types de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques. Et bien sachez-le, c’est encore pire avec les cartes ! On aurait tort, en effet, de considérer que les cartes représentent objectivement des réalités objectives. Et cela est tellement vrai qu’en 1991, un célèbre géographe américain, Mark Monmonnier, publiait un ouvrage qui allait devenir un best seller international au titre explicite : Comment faire mentir les cartes. Son propos : toutes les cartes contiennent des mensonges, qu’ils soient intentionnels ou non. Pis, selon lui, les cartes DOIVENT contenir des mensonges. Échelle, projection, symboles, généralisation, etc, bref, tous les concepts qui se trouvent derrière la conception cartographique, ne sont ni plus ni moins que des astuces pour simplifier une réalité complexe qui ne peut pas rentrer telle qu’elle sur une feuille de papier. Toute carte est donc composée d’une multitude de petits mensonges. Le tracé des côtes n’est pas vraiment comme il l’est dans la réalité. La forme même du Monde devient biscornue (et oui, il faut passer du globe terrestre au plan). Les choix des symboles, leur couleur, leur taille, peuvent avoir un effet très fort sur le message véhiculé. Et que dire des mots dans le titre ou dans la légende ? Même réalisée avec la plus grande honnêteté possible, la carte est toujours une forme de discours dont le contenu narratif est indubitablement dicté par des choix. À partir d’une même réalité, il est donc possible de dessiner mille et une représentations différentes. Et même à partir d’une statistique officielle, les expressions graphiques peuvent varier à l’infini.

C’est précisément cela que nous allons essayer d’illustrer ici. Prenons les chiffres des mobilisations du mouvement social du 29 septembre dernier. Quelle carte dessiner ? Quelles couleurs ? Quelles tailles de symboles ? Quels mots choisir ? Ici, contrairement aux cartes clé en main dont vous avez l’habitude, c’est à vous de déterminer le niveau de déformation souhaité. Alors, flop ou révolution ? Ou mettrez-vous le curseur ?

PS : merci à Cécile Gréa (Info’Com-CGT) pour m’avoir déniché ces données.
Données et code source : https://observablehq.com/@neocartocnrs/how-to-lie-with-maps


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nicolas Lambert (10 octobre 2022). Comment faire mentir les cartes. Carnet (neo)cartographique. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrl7


Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search