Le super moit’ moit’

Il existe mille et une façons de représenter la population d’un territoire sur une carte. Souvent, on choisira de dessiner des cercles plus ou moins gros représentant le nombre d’habitants. Ou alors, on préférera des aplats de couleurs (aka des cartes choroplèthes) si l’on souhaite focaliser sur les densités. Dans les deux cas, des schémas spatiaux se révèlent et permettent de comprendre l’organisation de l’espace géographique étudié. Raison pour laquelle, dessiner une carte est souvent le point de départ de tout raisonnement géographique.

Mais au delà de ces 2 techniques de représentation assez classiques, on peut aussi s’amuser à caricaturer les données, les simplifier à l’extrême, pour réaliser des “croquis” parlants dont la logique spatiale saute aux yeux. C’est l’exercice auquel je me suis prêté ici. La méthode : découper la France de manière équivalente en terme de population. 32 millions de personnes d’un côté ; 32 millions de personnes de l’autre. Vert d’un côté ; rose de l’autre. Une répartition binaire. Mais comment opérer cette séparation ? Sur quel critère ? Vous vous en doutez, il y a là aussi plusieurs choix possibles.

Tout d’abord, prenons les choses dans l’ordre. Mettons d’un côté les communes les plus peuplées et de l’autre les communes les moins peuplées. Ainsi, en triant les communes par ordre croissant de population, on constate qu’il y a autant d’habitants dans 1000 communes que dans toutes les autres. Dit autrement, un ensemble de 1000 communes compte autant d’habitants que les 34 000 autres. La moitié de la population française vit sur 3% du territoire national. La carte est parlante et montre sans ambiguïté la concentration de la population française dans les villes. On peut choisir d’autres critères bien plus absurdes. En triant les communes par leur latitude, on observe logiquement une répartition nord/sud avec un constat : la population est concentrée plutôt au nord du pays. Par contre, en triant sur la longitude, on observe que celle-ci semble se répartir équitablement entre l’est et l’ouest. Autre cas de figure, si on considère le temps de transport en voiture pour se rendre à Paris, on constate que 50% de la population française habite à moins de 4 heures de la capitale. Et si l’on s’intéresse au littoral, la dernière carte nous apprend que 50 % de la population habite à moins de 140 km du bord de mer.

Au delà des ces exemples parfois un peu insolites et absurdes, disons caricaturaux, concluons sur la chose suivante. Faire une carte, c’est rarement représenter directement une donnée statistique telle qu’elle. Toute carte est la conjonction de données, de processus techniques, mais aussi d’idées et d’intentions. Faire une carte, c’est toujours un acte de création. Création artistique, scientifique ou politique. Car comme l’écrivait l’historien Christian Jacob en 1992 : “la carte matérialise une vue de l’esprit plus qu’une image du réel”. Simplifier le réel pour le rendre intelligible, tel est en effet le cœur du metier de cartographe.



Citer ce billet
Nicolas Lambert (2022, 23 septembre). Le super moit’ moit’ Carnet (neo)cartographique. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rrl6

Nicolas Lambert

Ingénieur de recherche CNRS en sciences de l'information géographique. Membre de l'UMS RIATE et du réseau MIGREUROP / CNRS research engineer in geographical information sciences. Member of UMS RIATE and the MIGREUROP network.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search