Des cartes choroplètes sans classes ?

Les recherches de Tobler, bien que fondamentalement inscrites en géographie humaine, impliquent toujours des disciplines connexes et transversales, à savoir les mathématiques pour la formalisation et le traitement numérique, l’informatique pour le développement d’outils et la cartographie pour la représentation des résultats obtenus.

Dans ce court article de 1973, W. Tobler interroge le regroupement en classes qui fait partie de la méthode de représentation cartographique en plages de couleurs, les cartes choroplèthes [Lire la définition sur  Hypergeo/chroplèthe]. Il s’agit, en effet, d’une forte réduction de l’information, qui était mise en rapport avec la faible capacité de dessiner des plages de nuances complexes selon les techniques existantes. Elles sont remises progressivement en cause à l’époque, avec la disponibilité d’outils de reproduction graphique nouveaux, les traceurs et l’écran.

Carte choroplèthe sans classes, en hachures n&b

Waldo Tobler explique qu’il est en effet possible de contourner le regroupement des séries statistiques continues en classes. Il faut pour cela disposer d’équipements, permettant de construire « (…) une carte choroplèthe sur laquelle l’intensité visuelle est exactement proportionnelle à l’intensité de la valeur de la donnée. Parce qu’il n’y a pas eu de regroupement en classes, il n’y a pas d’erreur de discrétisation. Le difficile problème de l’optimisation du découpage en classes, intensément étudié est alors contourné. »

Lire la suite dans le document traduit…

Dans le cadre du programme TTT, nous avons redéveloppé en .JS la méthode de Tobler, et proposons de la comparer avec d’autres discrétisations.

Dans cette page interactive en ligne, utilisant un carnet Observable, on peut comparer directement une carte choroplèthe réalisée avec une classification des valeurs (quantiles ou intervalles égaux) ou sans classification, c’est à dire en couleurs continues, selon la proposition de W. Tobler.

La page interactive permet de comparer les deux représentations, en changeant le nombre de classes ou la couleur, pour évaluer la lisibilité et la pertinence de la proposition.

NB : Cette note a été écrite en collaboration avec Françoise Bahoken.

Références :

Waldo R. Tobler, Laurent Jégou. 1973, Choropleth Maps Without Intervals?. 2022.

Waldo R. Tobler. 1973. Choropleth maps without class intervals. Geographical analysis, 5(3), 262-265.

Laurent Jégou, Quantiles vs continuous choropleths maps, Notebook Observable.

Voir aussi :

La collection TTT des travaux en français de et après Tobler : hal.archives-ouvertes.fr/TTT/

L’espace de travail collaboratif sur les traductions : ./tributetotobler/traductions


Laurent Jégou

Enseignant-chercheur en géographie et géomatique, Univ. Toulouse-Jean Jaurès et UMR LISST-Cieu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search