L’Afrique, un continent isolé dans la mondialisation (situation en 2018)

Indépendamment du choix crucial du système de projection à l’échelle mondiale, les cartographies de migrations mondiales réalisées à l’échelle internationale (au niveau des pays) donnent à voir ces flux démographiques par le seul prisme des États qui peut être vu comme un carcan.

Ces flux, parce qu’ils vont s’exprimer entre de nombreuses zones vont être d’autant plus nombreux, et, présenter des amplitudes importantes qui vont conduire à sélectionner l’information à représenter. L’enjeu est ici d’éclaircir leur image (réduire l’effet spaghetti) [1], ce qui suppose généralement de ne représenter que les plus importants, ceux qui sont jugés significatifs. Ces derniers vont ainsi focaliser l’attention sur certains pays d’origine (0) ou de destination (D) en fonction de considérations essentiellement géopolitiques. Le principal écueil est de ne pas autoriser une vision globale du phénomène migratoire qui soit indépendante des États. Si le cadre étatique, joue un rôle déterminant dans l’expression de certains flux en raison du rôle des frontières, il n’est pas toujours un cadre pertinent. D’après Vandermotten et al. (2017), les frontières nationales « (…) gomment les disparités intra étatiques et suggèrent que les ruptures suivent les frontières entre les États, qui seraient homogènes », ce qui bien entendu n’est pas le cas. Ne mobiliser que le cadre étatique est ainsi susceptible de fausser la représentation du monde en restreignant ces flux mondiaux dans un carcan.

Pour y remédier tout en restant au niveau mondial, il convient soit de changer de maillage territorial en utilisant, par exemple, une grille régulière, soit de changer de niveau d’observation, en agrégeant l’information à un « échelon pertinent » pour une vision mondiale du monde. Le plus simple consiste à cartographier ces flux migratoires à un « niveau régional », à les agréger pour mieux percevoir la logique d’ensemble de ces mobilités internationales à un niveau supra national ou bien infra national. De fait, les visions qui vont être mise en exergue sont celles qui s’exerce respectivement entre les régions ou au sein de ces régions.
Le niveau régional supra-national est d’ailleurs le point de vue adopté par François Héran, directeur de l’Institut Convergences migrations et Professeur élu au collège de France.

La carte de Héran (2018)

François Héran mobilise en effet souvent le niveau régional pour analyser les migrations mondiales, et, le graphisme pour illustrer ses analyses. Il présente notamment le graphique suivant lors de la Leçon inaugurale de la Chaire Migrations et sociétés, le 5 avril 2018 au collège de France. Une carte très intéressante sur le fond qui attira particulièrement notre attention.

Figure 1. La carte de Héran (2018)

Cette carte nous apparaît très importante, dans le contexte actuel. Cependant, parce qu’elle est peu élégante, elle ne contribue pas (de notre point de vue) à une communication efficace de l’information qu’elle véhicule, celle selon laquelle l’Afrique ne serait pas, dans l’ensemble, une partie prenante du système migratoire mondial.

Un graphique valant mille mots, selon le célèbre adage de Confucius, nous pensons qu’améliorer cette image, pour elle-même, permettrait, d’une part, de valoriser l’important discours sous-jacent qu’elle communique, d’autre part, d’être plus facile à comprendre et en même temps, plus agréable à regarder.

Aussi avons-nous décidé d’en construire une nouvelle version, en utilisant les outils contemporains de la cartographie actuelle. Pour cela, il convient d’abord de la déconstruire entièrement, pour pouvoir la reconstruire sous une autre forme.

Ses données

Cette carte décrit la répartition des immigrés en 2017, pour chacun des cinq continents (Amérique, Europe, Asie, Afrique et Océanie) à une échelle régionale de type nord, sud, est, ouest. Ces régions sont formées de groupes de pays variables. Ainsi, à titre d’exemples, l’Amérique est formée du nord, du centre, du sud et des caraïbes, l’Afrique est composée du Maghreb, de l’ouest, du centre, du sud et de l’est et l’Océanie est formée de l’Australie-Nouvelle Zélande et du groupe des îles.

Les données mobilisées correspondent à des estimations du FMI, de la banque mondiale et de l’OCDE. Collectées au niveau national, elles forment une matrice bilatérale asymétrique (le flux d’un pays A vers un pays B est différent de celui de B vers A) qui a donc fait l’objet d’agrégations au niveau régional.

Figure 2. La matrice des diasporas mondiales (Héran, 2018)

Ces données sont décrites par l’auteur dans un billet de la revue DeFacto [voir] d’où est extraite la figure 2 ; elles sont d’ailleurs illustrées par une autre version de cette carte réalisée par l’auteur.

Figure 3. La carte de Héran – version 2 (2018)

« La matrice bilatérale des diasporas donne une estimation du nombre de migrants par origine et par destination entre les 215 pays ou territoires de la planète. Le critère retenu pour l’origine est le pays de naissance (ou, à défaut, la nationalité) » (Héran, 2018), dans sa version de 2018 qui recense les données de l’année 2015.

Sa construction graphique

La construction de la carte de Héran mobilise l’ensemble des dimensions de la matrice : ses marges et son cœur qui correspondent respectivement aux carrés et aux flèches bleues. La carte prend la forme logique d’un diagramme liens-noeuds spatialisé. La localisation relative des différents continents respecte leur géographie selon une projection classique. Cela génère un effet de jointure manifestée par une absence classique de continuité spatiale visible sur la carte : la région Amérique du Nord est représentée deux fois.

Chacun des continents est symbolisé par un rectangle dont la forme rappelle celle du groupe de pays considéré, leur taille semble arbitraire (elle n’évoque pas les capacités d’émission ou de réception des régions). Les continents présentent une teinte unique, qui est reprise au niveau des sous-régions considérées pour faciliter la lecture. Les labels correspondent pour les lettres aux régions et pour les chiffres, au total des « immigrés dans un autre pays de la même zone », illustrant ainsi les données de la diagonale de la matrice, le nombre de migrants appartenant à la même sous-région.

Les différentes sous-régions sont reliées par des flèches bleues, de longueur et de largeurs variées. Les effectifs transférés d’un lieu à un autre sont mentionnés sur la pointe de la flèche, au droit de la zone de destination. La mention des valeurs sur les différents signes permet de visualiser sur la même figure les flux intra et inter régionaux.

La taille (dimension de largeur) des différentes flèches n’est pas vraiment pondérée en fonction de leur valeur, tout au plus est-elle soulignée pour en préciser l’ampleur plus ou moins importante, d’où l’importance de la mention du label.

Son commentaire

On observe ainsi, en particulier, que les flux les plus forts (17,5 millions de personnes) sont émis par l’Asie du Sud vers l’Asie de l’Ouest, suivies de ceux de l’Amérique du Centre vers l’Amérique du Nord (15,2 millions) et des Caraïbes vers l’Amérique du Nord (6,6 millions). Au niveau intrarégional, l’Asie de l’Ouest présente les migrations internes les plus importantes (13,2 millions), elle est suivie par l’Asie du Sud (11,2 millions) et l’Europe de l’Est (11,1 millions) et enfin par l’Afrique de l’Ouest (6,7 millions) pour ne citer que les valeurs mentionnées en caractères gras par Héran.

Si les différentes sous-régions d’un même continent échangent entre elles plus d’un million de personnes (qui correspond au critère général de filtrage de ces flux OD), on observe que celles de l’Afrique ne sont pas reliées, signifiant alors des valeurs de flux internes à l’Afrique qui sont faibles, voire peu significatives pour l’auteur, au regard des autres flux internes africains. En réalité, les flux de migrants non magrébins ne font pas l’objet de représentation. La région Maghreb est en effet reliée aux deux régions européennes occidentales et septentrionales, avec un flux ascendant de plus d’un million de personnes, et à l’Asie de l’Ouest avec des flux bilatéraux.

Son message

La carte montre notamment la place secondaire de l’Afrique dans le système global de migrations internationales. Hormis la région Maghreb, elle apparaît en effet « isolée ». Les plus gros flux migratoires mondiaux s’expriment en Asie du sud et de l’Ouest et en Amérique. Les flux africains apparaissent surtout internes, dans des proportions moindres par rapport à toutes les régions du monde, à l’exception de l’Afrique de l’Ouest qui se distingue au niveau mondial. Le désert du Sahara se révèle une barrière et la carte ne montre pas de flèches qui partent de l’Afrique noire (supposée envahir l’Europe).

La distinction des flèches traduit, au niveau mondial, un effet d’alignement horizontal caractéristique de la projection cartographique utilisée, ici de la manière dont les rectangles symbolisant les régions ont été dessinés. La direction générale des flux est est-ouest, elle révèle un gradient des régions économiquement riches depuis des régions économiquement pauvres que Héran a pu expliquer avec un autre graphique mobilisant des données économiques (le RNB/tête) dans la même conférence. Ainsi, dans la région formée de pays économiquement « faibles », les migrations internes sont les plus faibles par rapport à celle des autres régions. De même que les valeurs des flux interrégionaux émis par les régions « faibles » sont les moins élevées. De fait, les personnes provenant de ces régions économiquement « faibles » migreraient peu, d’après ces données, ce qui ne correspond pas au discours véhiculé.

Ce ne sont donc pas des populations « pauvres » qui migrent à l’international à un niveau mondial, mais des personnes qui présentent un capital financier et même social important. De même que l’Afrique, n’est pas une région dont on peut considérer qu’elle est partie prenante des migrations internationales ; elle apparait pour l’essentiel déconnectée du système, isolée. Seul sa partie maghrébine apparaît connecté au système européen.

Ce message nous apparaissant fondamental, nous décidons de proposer une variante de la représentation initiale.

 

Cartographier l’isolement de l’Afrique dans le système migratoire mondial

Produire une nouvelle version de la carte de Héran consisterait, par exemple, à cartographier l’un des éléments clés de son message, en l’occurrence cet isolement de l’Afrique au niveau mondial (d’autres hypothèses sont possibles). Pour ce faire, nous avons utilisé l’environnement R.

Reconstruction des données

L’information géographique que nous utilisons correspond à des données géométriques sur mesure qui ont été préparées en amont, de manière à coller exactement avec l’information statistique régionale à cartographier. En l’absence d’informations précises sur le regroupement sous-régional des différents États de chacun des continents, opéré par Héran, nous avons agrégé le fond de carte des pays du monde en fonction de la nomenclature en sous-régions ses données statistiques fournies par les Nations unies.

L’information statistique est issue du fichier Migration Stock at subregional level, 2019 Source : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2019). Celui-ci est proposé au format xls comme suit.

Figure 4. La matrice bilatérale des stocks de migrants (Nations unies, 2019)

Précisions sur les données : Ce jeu décrit l’effectif de population d’une nationalité donnée, parti ou accueilli dans un pays autre que le sien. Il autorise ainsi une représentation sous la forme de stocks dans les pays de départ ou d’arrivée, et/ou sous la forme de flux de populations étrangères entre deux entités (nœuds et liens). Les liens de ces flux mettent en relation des pays de résidence (ceux de destination, placés en lignes dans le fichier .xls) avec des pays d’origine (ceux de départ, placés en colonnes dans le fichier .xls), correspondant à ceux dont les personnes recensées en tant qu’étrangères portent la nationalité. Il reconstruit par là une donnée origine-destination (OD) à partir d’effectifs de migrants que l’on est autorisés de représenter sous la forme de flux. [voir ici].

La matrice de départ est formée de 11 305 couples d’OD et de 3 variables (lieu d’origine, lieu de destination, valeur du flux). Sa représentation naïve prend la forme suivante.

Figure 5. Les relations migratoires mondiales, d’après les Nations unies (2019)

Pour simplifier l’image de ces relations et en permettre une lecture aisé, il convient de réduire le nombre de signes linéaires représentés. Rappelons que trois grandes familles de possibilités sont envisageables.

  • La première consiste à fusionner graphiquement toutes ces lignes de manière à faire apparaître comme des routes préférentielles de migrations (edge bundling).
  • La seconde possibilité conduit à sélectionner les flux à représenter en raisonnant, soit sur les lignes/colonnes de la matrice – donc sur les lieux d’origine et/ou de destination –  et/ou soit sur le cœur de la matrice, sur les relations entre les lieux.
  • La troisième possibilité consiste à changer de niveau d’observation, à agréger les flux ou les lieux à un niveau géographique supérieur. C’est l’option choisie par Héran pour réaliser sa carte, en la présentant à un niveau interrégional.

La géométrie reconstituée est ensuite présentée en projection polaire, notamment pour éviter l’effet de jointure mentionné précédemment. Les pays sont agrégés à un niveau supra régional, à partir de la clé d’agrégation contenue « sub-régions »  dans le fichier des pays.

Figure 6. Les sous-régions du monde d’après l’ONU (2019)

La géométrie constituée, il s’agit enfin de construire les deux tableaux de flux d’intérêt : la matrice d’appartenance sub régionale (pour la vision intra régionale) et la matrice d’interactions régionales (pour la vision inter régionale, supra nationale). Pour en savoir plus sur la construction de ces matrices d’appartenance, voir ici, § 7.3 (page 306 et suivantes).

Représentation des flux

Nous reconstruisons ensuite les flux entre les différentes régions en les agrégeant selon un critère d’appartenance à l’un des territoires sub régionaux définis par les Nations Unies. Nous arbitrons aussi sur le niveau du critère de seuillage de l’information de flux à conserver de manière à ce que la carte à réaliser soit lisible. Plutôt que de choisir le million de personnes ayant migré comme l’a fait Héran, et, en l’absence d’informations sur l’origine de ce critère, nous décidons simplement d’éliminer les petits flux, c’est-à-dire les signes graphiques linéaires qui présentent des valeurs trop faibles pour garantir la lisibilité de la figure, par conséquent son efficacité dans la communication de ce message sur l’isolement de l’Afrique dans le système migratoire mondial

En l’absence d’informations précises sur la valeur du critère de seuillage, Tobler (1982) recommande en première intention de ne représenter que les flux qui sont supérieurs au flux moyen, ce qui place ce seuil pour nos données à 829 personnes. Après quelques tests, ce flux inter régional moyen ne nous apparaît pas assez élevé pour être maintenu ; deux raisons principales peuvent être avancées :

  • il n’éclaircit pas suffisamment la figure, générant un effet spaghetti régional ;
  • il ne nous permet pas de coller suffisamment à la carte de Héran.

Nous changeons alors de logique et raisonnons selon les positions (plutôt que sur l’intensité des valeurs), ce qui nous permettra de comparer l’ordre pris pas les différentes couples d’OD, visualiser quels sont les plus importants dans l’ensemble ; ce registre présentant par ailleurs l’avantage de nous éviter de nous intéresser ici à la courbe de distribution des flux… Nous mobilisons ainsi les déciles pour ne représenter qu’une part en % de flux qui contribuent à une visualisation d’une sélection importante et significative de l’interaction totale. Nous décidons de ne représenter que les 10% de signes graphiques qui contribuent à l’interaction totale la plus forte, ce qui positionne le critère de sélection des flux OD à représenter à 2 000 personnes au moins.

Nous appliquons enfin les règles propres la sémiologie cartographique de ces flux mondiaux. A la différence de la carte de Héran, les rectangles qui représentent les sous-régions sont pondérés : leur taille est proportionnelle à la valeur du flux intra régional, en milliers de personnes en 2019. De la mème façon que les flux bilatéraux supérieurs à 2000 personnes sont dessinés tels des rectangles (pseudo orientés) de manière à ce que leur largeur puisse être proportionnelle aux valeurs considérées.

Le résultat obtenu, présenté sur la Figure 7, peut être considéré comme une variante de la carte de Héran de 2018.

Figure 7. L’Afrique, un continent encore isolé dans la mondialisation

Pour coller au plus près avec la carte de Héran, nous avons utilisé des rectangles et des flèches, accompagnée de leurs labels pour cartographier ces migrations mondiales. A vous de la commenter maintenant (dans la section commentaire de ce billet).

 

Sur le choix de l’outil

Cette carte a été construite avec R/mapsf.  Si elle convient à l’objectif initial … nous avons eu beaucoup de mal à dessiner ces flèches, surtout, des flèches pondérées qui soient bilatéraleset qui respectent les principes de la sémiologie cartographique des flux en étant véritablement parallèles (entre une paire d’OD) et convergentes/divergentes vers/depuis les lieux d’OD. Si cette possibilité existe dans R, elle nous a semblé inadéquate à nos besoins. En réalité, il n’est pas vraiment possible dans R d’agir sur ces figurés linéaires au-delà de la pondération de leur largeur – comme ce que nous avons proposé ci-dessus – il n’est par exemple pas possible de les orienter précisément …

La solution, tout en restant dans R, serait alors d’utiliser un autre package d’analyses cartographique de ces flux, ce que nous vous présenterons prochainement. À suivre…

 

Notes :

[1] Les termes en italique, qui renvoient à la manifestation d’effets graphiques spécificité à la cartographie de flux au niveau monde sont présentés dans cet article : Françoise Bahoken. Représenter la mondialisation par des flux, le rôle de la distance cartographique perçue. M@ppemonde, Maison de la géographie, 2022, 29p. ⟨hal-03658037⟩

Références :

François Héran, « Diasporas à l’échelle des continents », De facto [En ligne], 1 | novembre 2018, mis en ligne le 14 novembre 2018. URL :
 
François Héran, Leçon inaugurale de la chaire Migrations et Sociétés du collège de France, Paris, 2018.
 
Waldo R. Tobler, Cartographic study of movement tables, Presentation in the National Computer Graphic Assembly – session on Statistical Graphics – Mapping, Anaheim, 1982, 17-06-1982.
 
Christian Vandermotten, Clarisse Didelon-Loiseau, Christian Dessouroux. Une représentation cartographique du monde au-delà de la contrainte des frontières étatiques, CIST2018 – Représenter les territoires / Representing territories, Proceedings du 4e colloque international du CIST, Mar 2018, Rouen, France. pp.628-634.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search